Photo: Jimmy Filipvsky, Unsplash
19 janvier 2017Auteure : Véronique Leduc

Les 10 tendances alimentaires de 2017

De quoi sera faite notre alimentation pour les 12 prochains mois? Blogueurs et journalistes ont fait leurs prédictions. Selon les nombreux articles publiés sur le sujet, plus d’une trentaine d’aliments ou d’habitudes devraient faire leur place en 2017. Voici 10 tendances qui ressortent plus que les autres.

Le curcuma

Cette épice orangée devrait se tailler une place de choix cette année. En tous les cas, c’est un des éléments qui est le plus souvent mentionné par les médias. On l’adoptera pour son goût, mais aussi pour ses propriétés médicinales. Le curcuma aiderait à prévenir l’arthrite et le cancer, en plus d’améliorer la circulation sanguine. On peut l’ajouter aux smoothies, aux cafés ou aux thés, aux gins, aux soupes ou aux légumes.

alt="curcuma"

Le charbon activé

Je n’en avais jamais entendu parler, mais le charbon végétal activé revient à quelques reprises dans les tendances alimentaires pour 2017. Selon certains, cette poudre fabriquée à partir de matières végétales organiques (noix de coco, bois ou autres) serait «détoxifiante» (un terme assurément galvaudé). Même si les nutritionnistes ne s’entendent pas sur ses vertus, les limonades, cocktails, pains et biscuits au charbon activé devraient faire leur arrivée cette année. Au Royaume-Uni, où les grands chefs autant que les supermarchés mettent le nouvel ingrédient de l’avant, la tendance semble déjà bien établie.

Photo: Instagram Village Juice
Photo: Instagram Village Juice

Le poke

Je vous en parlais la semaine dernière et assurément, en 2017, il sera difficile de passer à côté! Déjà, les restaurants servant ce bol regroupant les ingrédients qui pourraient composer un sushi (riz, poissons crus, avocats, mangues, concombres, algues, œufs de poissons, graines de sésame et mayonnaise épicée) sont de plus en plus nombreux. Et le poke (prononcé poké), qui nous vient d’Hawaï, fait présentement énormément parler dans les médias.

Photo: Alpha, Flickr.
Photo: Alpha, Flickr

Le bol Bouddha

Pour certains, le bol Bouddha, qui porte ce nom en raison de sa ressemblance avec le ventre rond du personnage, pourrait s’apparenter au poke. Par contre, pour les initiés, il n’en est rien. Si le poke s’inspire du sushi et vient d’arriver au Québec, le bol Bouddha, lui, est servi depuis des années dans certains restaurants végétariens. Pensez au bol dragon de chez Aux Vivres, à Montréal. Le bol Bouddha est composé aussi de riz tiède, mais auquel on ajoute plutôt du tofu cuit et toutes sortes de légumes crus ainsi qu’une sauce souvent à base de levure alimentaire. S’il était surtout l’apanage des végétariens, le bol Bouddha semble vouloir conquérir une clientèle plus vaste.

Photo: Instagram Myriam Dali.
Photo: Instagram Myriam Dali

Le sorgho  

Selon la conférence sur l’alimentation et la nutrition qui a eu lieu à Boston en octobre dernier, le sorgho, qu’on décrit parfois comme le «nouveau quinoa», sera tendance en 2017. Cette plante céréalière cultivée dans les régions chaudes est bonne pour la santé et très polyvalente. Elle se consomme autant sous forme de farine que de graines.

Photo: PROINRA DIST, Flickr
Photo: PROINRA DIST, Flickr

Les graines germées

Leurs bienfaits sont nombreux, elles sont fraîches, locales et biologiques. Et leurs avantages sont augmentés par le processus de germination qui améliore le potentiel nutritif initialement présent dans les graines. On peut les faire germer chez soi et les ajouter aux salades ou sandwiches.

Photo: Frédérique Voisin-Demery, Flickr
Photo: Frédérique Voisin-Demery, Flickr

Le fruit du jacquier

Selon le site Pinterest, toujours précurseur des tendances à venir, le fruit du jacquier, originaire de l’Inde et du Bangladesh, serait en tête de liste des 10 aliments à surveiller en 2017. C’est que ce fruit, l’un des plus gros au monde, peut remplacer la viande de belle façon puisque sa texture s’y apparente énormément.

Photo: Thierry Baboulenne, Flickr
Photo: Thierry Baboulenne, Flickr

Les protéines végétales

L’année 2017 devrait continuer à voir diminuer la consommation de viande. Comme les tendances précédemment mentionnées le démontrent, les noix, les graines et les céréales continueront cette année à prendre de plus en plus de place. On mentionne aussi les protéines d’insectes comme une alternative d’avenir. Un récent sondage montre d’ailleurs que la demande mondiale en protéines non animales devrait doubler d’ici 2024.

alt="lentilles"

La fin du gaspillage alimentaire

Côté habitudes alimentaires, la volonté de diminuer au maximum le gaspillage alimentaire prend de l’ampleur. Désormais, on prône l’utilisation de toutes les parties des aliments. Les frigos communautaires de partage de nourriture, les légumes moches qu’on réutilise ou le dernier livre du chef Daniel Vézina par exemple sont en accord avec cette volonté.

Photo: Yvonne Lee Harijanto, Unplash
Photo: Yvonne Lee Harijanto, Unplash

L’alimentation intuitive

Vous entendrez sûrement parler de l’alimentation intuitive dans les mois à venir. On pourrait la décrire comme étant le fait d’écouter les signaux de satiété de notre corps pour guider notre alimentation. L’alimentation intuitive vise aussi le plaisir de manger lentement en savourant chaque bouchée. Au diable les régimes: en 2017, on écoute notre corps!

Photo: Jimmy Filipvsky, Unsplash
Photo: Jimmy Filipvsky, Unsplash

À vos assiettes!

Bien sûr, les prédictions des tendances alimentaires ne sont pas infaillibles, mais la plupart du temps, ces annonces permettent de cerner des courants plus larges. Par exemple, l’an dernier, dans ce texte où je répertoriais les modes alimentaires annoncées pour l’année 2016, il était question d’une consommation de viande en diminution, de l’achat local, des breuvages fermentés, des nouilles ramen, de l’élimination graduelle des ingrédients artificiels, de l’avocat (bonjour les milliers de photos de tartines à l’avocat sur les réseaux sociaux!), du chou-fleur partout et de l’eau parfumée. Et puis, comme rien n’est coupé au couteau, gageons que la plupart de ces tendances de 2016 garderont aussi leur place en 2017.

Parfois, on passe à côté. C’est peut-être le cas de ceux qui avaient annoncé pour 2016 une passion marquée pour les toasts au parmesan, le retour du Jell-O, le popcorn aux algues ou les assaisonnements à bagel…

D’autres fois, l’annonce s’est peut-être simplement faite un peu trop rapidement. C’est sûrement le cas des insectes ou du cannabis comme aliments, ou encore, de l’impression 3D alimentaire.

Prêts pour 2017? À vos assiettes!