La chronique Vin

Auteur(e)

Jessica Harnois

Sommelière et animatrice, Jessica Harnois a travaillé pour les plus grands établissements au monde, a occupé le poste de sommelière en chef à titre d’acheteuse de vins pour les Services SAQ Signature, a été responsable du Courrier vinicole et de la prestigieuse Cave de garde de la SAQ, en plus d’avoir été présidente de l’Association Canadienne des Sommeliers Professionnels et Vice-Présidente de l’APAS (Alliance Pan-Américaine des Sommeliers). Avec l’agence d’animation Vins au Féminin, elle a conceptualisé le jeu Dégustation Vegas qui démocratise le vin. Vous pouvez la voir à la télé, l’entendre à la radio et la lire dans plusieurs magazines.

18 juillet 2019

Tout ce qu’il faut savoir sur le fameux vin orange

Les vins orange, qu’on appelle aussi «vins de macération», sont des vins blancs vinifiés comme des vins rouges. On en voit de plus en plus sur les rayons depuis le début des années 2000, bien que cette technique de vinification ne soit pas nouvelle. En fait, elle existerait depuis plus de 6000 ans! Le vin était alors produit dans des amphores de terre cuite.

Les couleurs du vin

Il existe une multitude de façons de produire du vin. De façon très générale, les vins blancs sont obtenus par pressurage après les vendanges à partir de raisins blancs. Ils sont frais, fruités et présentent souvent – du moins on l’espère! – une belle acidité et parfois une minéralité marquée.

Les vins rouges sont pour leur part produits par fermentation, à partir de raisins rouges entiers. En fait, c’est la peau qui contient les molécules colorantes, le jus de raisins étant presque toujours blanc. Le temps de macération (avec les peaux, les pépins et même les tiges) fera donc toute la différence sur la couleur du vin, ainsi que sur sa structure, ses tanins et son goût. Bien entendu, le type de cépage a aussi un grand impact sur l’intensité de la robe.

Contrairement à ce que certains pourraient croire, les vins rosés ne sont pas issus d’un mélange de vin blanc et de vin rouge, bien qu’il existe quelques exceptions, notamment dans les champagnes. Ils sont plutôt produits par macération de raisins rouges, sauf qu’on enlève les peaux, pépins et autres avant que le vin ne soit trop foncé, parfois au bout d’une demi-journée seulement. Ils peuvent aussi être produits par pressurage avec des raisins rouges.

La quatrième teinte du vin: orangé

Alors, qu’en est-il du vin dit «orange»? Vous l’aurez peut-être deviné: c’est en faisant macérer des raisins blancs avec leurs peaux et pépins, comme s’il s’agissait de vin rouge, que l’on produit ce type de vin. Les peaux, qui contiennent notamment des polyphénols et des anthocyanes, confèrent à la robe sa jolie couleur.

Ces vins, comme les rouges, ont une structure tanique, contrairement aux blancs. Ils sont plus digestes, plus aromatiques et moins acides que ces derniers, tout en conservant leur fraîcheur. Aussi, on y goûte moins l’alcool et le sucre n’y est pas marqué, ces vins étant très secs. À la fois complexes et frais, ils sont polyvalents, accompagnant aussi bien les fruits de mer que les plats plus goûteux.

Aujourd’hui, il est rare de visiter un salon de vins sans pouvoir déguster ces vins de macération. Ces derniers ont même leur festival bien à eux, le Orange Wine Festival en Australie. Il en est déjà à sa cinquième édition.

Des découvertes à faire

Le Québec produit lui aussi ses vins orange, comme le Frangine de Pinard et filles (32$). De plus, on en trouve de plus en plus souvent sur les cartes des restaurants, à déguster au verre. C’est aussi une bonne façon de les découvrir.

Si vous préférez faire la dégustation à la maison, voici trois vins orange à essayer, pour le plaisir de la découverte!

Fiegl Ribolla Gialla Collio 2017

La famille Fiegl produit du vin depuis 1782. Ce vin italien du Frioul-Vénétie Julienne est un beau produit pour commencer votre exploration. La vendange pour ce vin est faite à la main. Après trente jours de macération, le vin vieillit pendant 18 mois en tonneaux. Au nez, il est floral et fruité, avec une touche de camomille. Comme la plupart des vins orange, il est sec et frais, en plus d’être bien équilibré.

Ce vin italien est un beau produit pour commencer votre exploration des vins orange. Photo: SAQ.com

Fiegl Ribolla Gialla Collio 2017. 24,55$.

Adega de Penalva Maceration 2018

C’est dans la région montagneuse du Dao que poussent les raisins qui servent à produire ce vin orange à prix très raisonnable. Issus de cépages moins connus, soit les cerceal branco, malvasia et encruzado, ils macèrent une dizaine de jours avant de séjourner dans des cuves d’inox. Au nez, les arômes de miel embaument, alors qu’en bouche, on y dénote de l’orange, des épices et du thé vert.

Photo: SAQ.com

Adega de Penalva Maceration 2018. 23,50$.

Négondos, Julep

Négondos est un vignoble québécois établi depuis 1993. Il prouve que convictions écologiques et vins exceptionnels sont tout à fait compatibles. Depuis 2015, Mario Plante élabore ce vin orange bio qui se vend très rapidement chaque année. Aussitôt produit, aussitôt parti! Au nez, on y dénote des fruits tropicaux mûrs. Le tout est bien balancé, avec une bouche ronde en finale. C’est un très beau produit de notre terroir, qu’on peut acheter au vignoble ou déguster dans des bars, buvettes ou restaurants.

Photo: Facebook Négondos Vignoble Biologique

Achat au vignoble. 30$.