8 septembre 2016Auteure : Anne Pélouas

Plein air

Randonnée d’automne: les essentiels pour être bien équipé

En automne, avec les paysages colorés et le temps frais, les conditions sont parfaites pour aller marcher en forêt ou grimper sur les hauteurs. Encore faut-il prendre quelques précautions en matière de vêtements, d’équipement et de nutrition. Voici quelques conseils utiles.


Comment on s’habille?

Le multicouche est plus que jamais de rigueur par températures changeantes. «Le trois-couches», précise Sammy Boulifa, conseiller plein air à la boutique MEC du Marché central de Montréal. La couche collée au corps pour évacuer la transpiration (en polyester ou laine mérinos), la couche intermédiaire qui isole (laine polaire ou duvet léger), et la coquille supérieure, qui protège du vent ou de la pluie (coupe-vent respirant ou goretex). Et tant mieux si cette dernière reste au fond du sac à dos…

Pour moi, le pantalon-short en fibres synthétiques est passé de mode, mais pas pour Sammy. Il est certes utile pour passer du mode short au mode pantalon, mais comme j’ai rarement froid aux mollets, je lui préfère le style capri, couvrant le genou.

Sur la tête, la casquette est toujours de rigueur pour les jours de grand soleil et, aux pieds, il ne faut pas lésiner sur la qualité des bottes de randonnée, offrant adhérence et stabilité. «C’est très important en automne, insiste Sammy, car on marche souvent sur des surfaces mouillées et glissantes (roches, racines ou carrément dans la boue)». Des semelles qui faisaient l’affaire sur terrain sec deviennent alors propices aux glissades non contrôlées…

Et dans le sac?

Dans le «fond de sac», j’ai toujours pour ma part - surtout l’automne - de petits gants, une tuque et un col en polyester pour l’arrêt au sommet, sur un site venteux ou si le temps se rafraîchit en cours de randonnée. Sammy adore pour sa part le «chaos-tube» en laine mérinos, un col multifonctions qui peut servir de bandeau, de tuque ou de foulard, séchant rapidement.

Plus l’automne avance, plus il faut par ailleurs redoubler de prudence face à la «concurrence» des chasseurs en forêt. Le mieux est d’éviter les secteurs de chasse et dans tous les cas de porter des couleurs vives. Les chasseurs éviteront ainsi de vous confondre avec du gibier et, si vous ne pouvez pas vous déplacer à la suite d’une chute, vous serez nettement plus visible qu’en noir…

alt="rando-automne"

Comment on s’équipe?

«Évitez de trop remplir votre sac et n’en prenez pas un de plus de 20 livres», conseille Sammy. En même temps, ne délaissez pas les essentiels… En plus du «fond de sac vêtements», beaucoup négligent des éléments essentiels à emporter avec soi, même pour une randonnée de jour. Le cellulaire, c’est bien utile, mais pas suffisant pour la sécurité. La carte des sentiers qu’on veut emprunter est le minimum, plus une boussole ou un GPS si on sait s’en servir. «Tout le monde devrait aussi avoir un sifflet, un couteau et de quoi faire du feu pour se réchauffer, note Sammy. En cas de blessure ou si l’on s’est perdu, le sifflet et le feu permettront de vous repérer plus facilement».

Règle élémentaire de sécurité aussi: la lampe frontale (au moins une par groupe), car en automne, il fait nuit de plus en plus tôt!

Pour marcher, les plus jeunes n’ont pas besoin de bâtons, mais pour les autres, en avoir un ou, mieux, deux télescopiques permet non seulement de répartir l’effort musculaire, mais aussi d’avoir un meilleur équilibre, surtout quand les feuilles tombent et qu’on ne voit plus très bien où l’on met les pieds dans le sentier.

Qu’est-ce qu’on mange ou boit?

Pour une journée, pas besoin de transporter un réchaud pour manger un repas chaud. Sammy, comme moi, opte pour le thermos (avec thé ou soupe) pour avoir une boisson chaude à la pause du midi. Et un bon bouillon aux légumes dans mon cas. Le thermos permet de limiter l’eau à emporter même s’il ne faut pas sous-estimer le besoin de s’hydrater correctement durant toute la randonnée, même en automne. Un litre par personne est à cet égard le minimum à avoir avec soi, mais si le dénivelé ou le kilométrage à parcourir sont importants, il faut plus...

Chacun fait ensuite à sa guise: sandwich nutritif, salade de légumineuses, saucisson, muffins, noix et fruits secs, barres de céréales pour les collations… Place à l’imagination, tout en veillant au poids que vous aurez à porter sur le dos!