La chronique Voyage de Marie-Julie Gagnon

Auteur(e)
Photo: Mélanie Crête

Marie-Julie Gagnon

Auteure, chroniqueuse et blogueuse, Marie-Julie Gagnon se définit d’abord comme une exploratrice. Accro aux réseaux sociaux (@technomade sur Twitter et Instagram), elle collabore à de nombreux médias depuis une vingtaine d’années et tient le blogue Taxi-brousse depuis 2008. Certains voyagent pour voir le monde, elle, c’est d’abord pour le «ressentir» (et, accessoirement, goûter tous les desserts au chocolat qui croisent sa route).

Barcelone en 2022

Barcelone a presque retrouvé l’affluence de 2019. Pendant l’été, je m’y suis arrêtée à deux reprises pendant un voyage en Espagne. Trop de monde? Tout est relatif…



Avant la pandémie, la capitale catalane accueillait 12 millions de visiteurs par an, pour 1,6 million d’habitants. En juillet 2022, Barcelone a vu défiler un million de touristes, ce qui reste de 12,7% inférieur au nombre de visiteurs reçus en juillet 2019.

L’ensemble de la Catalogne a toutefois surpassé ses chiffres prépandémie, rapporte L’Indépendant. «Sur l’ensemble du pays, les chiffres d’avant COVID sont presque atteints. Ne manque désormais à l’Espagne que le tourisme venu d’Asie encore fortement limité par la pandémie.» Environ 2,5 millions de vacanciers ont déambulé dans la région, contre 1,5 million en juillet 2021.

Place de Catalogne, Barcelone. Photo: Marie-Julie Gagnon

Un aperçu sur le terrain

Ma dernière visite à Barcelone remontait à 2016. Depuis, de nombreux reportages ont fait état de l’incidence du surtourisme.

Dans le quartier Barri Gothic, qui a vu le prix de ses loyers grimper en flèche à cause de la grande popularité d’Airbnb, il n’était pas rare, même lors de mon dernier séjour, de voir des affiches demandant aux touristes de rentrer chez eux.

Les croisiéristes contribuent aussi à irriter certains résidents. «Le port de Barcelone se trouve au centre-ville», a rappelé Xavier Marcé, adjoint au tourisme et aux industries créatives de la mairie de Barcelone, lors du colloque sur le tourisme du futur à Nantes en septembre 2021. Son accès est donc facile pour les visiteurs d’un jour. Considérant qu’un seul bateau peut transporter environ 3000 passagers, leur arrivée ne passe pas inaperçue.

Le port de Barcelone se trouve au centre-ville, son accès est donc facile pour les visiteurs d’un jour. Photo: Marie-Julie Gagnon

Pour prendre le pouls de la ville pendant la haute saison touristique, il me fallait aller me promener du côté de la mythique Rambla, artère qui traverse Barcelone de la Plaça de Catalunya au monument consacré à Christophe Colomb, près du port. La rue ne m’est pas apparue plus bondée qu’en 2016. Peut-être parce que j’ai choisi d’y aller en début de soirée? Du côté du port, même sentiment: il y avait du monde, mais rien pour crier au surtourisme.

À la Sagrada Familia, que je n’avais encore jamais eu la chance de visiter – vive le système en ligne, qui simplifie l’achat des billets et la réservation d’une plage horaire! –, les touristes se massaient près des différents points d’intérêt, mais la visite se faisait de manière fluide.

À la Sagrada Familia, les touristes se massaient près des différents points d’intérêt, mais la visite se faisait de manière fluide. Photo: Marie-Julie Gagnon

Grandiose comme on l’imagine, le chef-d’œuvre de Gaudi éblouit même les plus blasés. La vue de la ville depuis les tours est tout aussi spectaculaire, mais le prix exorbitant laisse pantois: 94 euros pour deux personnes (une adulte et une ado) pour visiter l’intérieur et monter dans l’une des tours.

La vue de la ville depuis les tours est spectaculaire. Photo: Marie-Julie Gagnon

J’ai manqué de temps pour aller jeter un coup d’œil du côté du Barri Gotic, qui reste incontournable pour son histoire. Y louer un appartement m’apparaît cependant une mauvaise idée, ne serait-ce que pour respecter la quiétude que les résidents tentent de retrouver depuis plusieurs années. Tant d’autres hébergements – et plus abordables – sont disponibles ailleurs dans la ville!

Mon grand coup de cœur cette fois-ci? Le quartier Gracia, où j’ai posé ma valise lors de ma seconde escale.

Un dimanche soir de juillet dans le quartier Gracia. Photo: Marie-Julie Gagnon

Quartier très prisé des artistes, il ne semble pas avoir encore conquis la majorité des touristes. Entre les rues piétonnes, les restaurants, les places – dont la charmante Plaça de John Lennon – et les parcs, on s’imagine aisément s’y installer pendant un long séjour.

Murale de la charmante Plaça de John Lennon. Photo: Marie-Julie Gagnon

À distance de marche de Gracia, le parc de Les Aigües, qui mène aux bunkers (El Turó de la Rovira) construits dans les années 1930, alors que les avions de l’armée du général Franco frappaient la ville sans relâche, compte certaines des plus belles vues.

Le parc de Les Aigües compte certaines des plus belles vues. Photo: Marie-Julie Gagnon

Le meilleur conseil si vous souhaitez vous y rendre? Préférer l’automne ou le printemps à l’été pour profiter pleinement des multiples attraits de cette ville où il fait si bon vivre.

Un des nombreux parcs de Barcelone. Photo: Marie-Julie Gagnon

Pratico-pratique:

  • En octobre, la température à Barcelone oscille généralement entre 17 et 23 degrés.
  • Si vous souffrez de claustrophobie, mieux vaut peut-être éviter les escaliers qui mènent aux tours de la Sagrada Familia.
  • Bien que rien ne remplace une visite avec un guide, l’application mobile de la Sagrada Familia permet de découvrir l’endroit de manière autonome.
  • Air Transat propose des liaisons Montréal-Barcelone et Montréal-Madrid de mai à la fin octobre, ainsi que des vols vers Malaga, sur la Costa del Sol, toute l’année.
  • En plus de leurs différents avantages respectifs, la classe économie avec Option + et la Classe Club d’Air Transat permettent d’éviter la longue file du point de contrôle à l’aéroport et l’embarquement prioritaire.
  • Pour voyager en Espagne en train avec une passe Eurail, il est nécessaire de réserver son siège en personne à la gare. Des frais supplémentaires peuvent s’appliquer.
  • Le gouvernement espagnol vient de lancer une passe de trains gratuits (trains de banlieue et régionaux et 50% de rabais pour certains trajets sur les réseaux longue distance et grande vitesse) pour limiter l’usage de la voiture au quotidien.

Merci à Air Transat et Eurail, grâce à qui ce voyage a été possible.