La chronique Partir

Auteur(e)

Marie-Julie Gagnon

Auteure, chroniqueuse et blogueuse, Marie-Julie Gagnon se définit d’abord comme une exploratrice. Accro aux réseaux sociaux (@technomade sur Twitter et Instagram), elle collabore à de nombreux médias depuis une vingtaine d’années et tient le blogue Taxi-brousse depuis 2008. Certains voyagent pour voir le monde, elle, c’est d’abord pour le «ressentir» (et, accessoirement, goûter tous les desserts au chocolat qui croisent sa route).

15 mai 2019

Astrotourisme: à la poursuite de la belle étoile

Les étoiles sont partout. Sur les enseignes des hôtels, au cinéma, sur les dictées de notre enfance. S’il est difficile de les apercevoir en levant les yeux en ville, certains coins du monde attirent des milliers de visiteurs qui souhaitent les contempler sans obstacles. Pleins feux sur une tendance en plein essor: l’astrotourisme.

De l’Australie, je me rappelle les effluves d’eucalyptus dans les montagnes bleues, les koalas de Kangaroo Island et le vin de la Yarra Valley. Mais, parmi mes souvenirs les plus vifs, les étoiles d’Alice Springs, en plein cœur du pays, occupent une place particulière. Entre deux chansons country, un astronome a raconté de petits bouts de ciel aux convives qui prenaient part à un grand barbecue en plein air. Je me suis alors sentie comme lors de mes premières plongées sous-marines. Au-delà de la surface terrestre, il y a tant à explorer! On a beau faire le tour du monde, jamais on n’aura assez d’une vie pour entrevoir ne serait-ce qu’une parcelle des richesses de notre planète, et encore moins de notre système solaire.

N’empêche, les étoiles guident de plus en plus les touristes à la recherche d’un voyage unique. Les lieux les plus réputés pour observer le ciel sont loin des mégapoles et exempts de pollution lumineuse. Travel + Leisure a concocté une vidéo présentant les sites les plus prisés. Les déserts, dont ceux de l’Australie, trouvent généralement une place de choix sur les différentes listes. Des visites guidées thématiques permettent également de pousser l’expérience un peu plus loin.

Photo: Greg Rakozy, Unsplash

Les meilleures destinations

«Trouver un endroit suffisamment obscur pour véritablement pouvoir contempler l'espace infini est devenu à lui seul un argument touristique», constate Sciences et Avenir.

La compagnie américaine Scott Dunn propose des expériences axées sur l’astronomie dans une dizaine de pays dont l’Australie, l’Alberta, la Jordanie, le Portugal, le Pérou et le Chili. «La popularité de l’astrotourisme continue son ascension, résume pour sa part le magazine Brides dans un article publié le 9 mai 2019. Chez Scott Dunn, les réservations pour des expériences célestes ont augmenté de 120 % par rapport à l’année dernière.»

«L'hôtellerie de luxe aussi souhaite offrir plus que ses cinq étoiles, écrit pour sa part la journaliste Dorane Vignando dans L’Obs. Exemple avec l'hôtel Anantara Kihavah, aux Maldives, qui s'enorgueillit d'avoir construit son propre observatoire avec un télescope télécommandé.»

Le label «réserve de ciel étoilé» permet par ailleurs de repérer les lieux les plus propices à l’observation d’étoiles. Au Québec, la première réserve se trouve à Mont-Mégantic. La Réserve internationale de ciel étoilé du Mont-Mégantic (RICEMM) est gérée par l’ASTROLab du parc national du Mont-Mégantic, où se trouve l’observatoire le plus performant au Canada. Tous les mois de juillet, les passionnés s’y donnent aussi rendez-vous pour le Festival d’astronomie populaire.

Photo: Facebook ASTROLab du parc national du Mont-Mégantic

Jasper, en Alberta, accueille la deuxième plus grande réserve de ciel étoilé au monde, après le parc national Wood Buffalo, au nord-est de l'Alberta et dans le sud des Territoires du Nord-Ouest. Tous les ans, en octobre, se déroule le Festival annuel du ciel étoilé de Jasper. Il est toutefois possible d’avoir des étoiles plein les yeux 365 jours par an. «L’île Pyramid, le lac Maligne, la colline Old Fort Point et le front du glacier Athabasca sont quatre endroits exceptionnels et accessibles toute l’année dans le parc pour observer le ciel étoilé», recommande Parcs Canada, qui recense plusieurs réserves de ciel étoilé un peu partout au pays.

Des éclipses aux aurores boréales

Les phénomènes rares, comme l’éclipse totale du 21 août 2017, déclenchent aussi les passions. D’ailleurs, on parle déjà de la prochaine, qui aura lieu en 2024, et des meilleurs endroits où se rendre pour l’observer!

En 2018, la populaire plateforme de réservation Airbnb a profité de la proximité de Mars et de la plus longue éclipse lunaire du 21e siècle pour inviter ses membres à visiter le plus grand télescope au monde, dans les îles Canaries, en Espagne. La compagnie a bien sûr sauté sur l’occasion pour souligner le fait que quelque 3000 logements disponibles en location sur sa plateforme étaient équipés de télescopes.

Et les aurores boréales?

Les aurores boréales font aussi partie des phénomènes les plus traqués par les voyageurs à la recherche d’expériences uniques. L’Alaska, la Laponie, le nord de la Norvège, le Yukon et le nord du Québec misent notamment sur l’engouement pour ce phénomène lumineux, qui ne se manifeste toutefois pas sur commande. Inaugurée en 2016, l’auberge Waastooskuun Inn, à Chisasibi, à la Baie-James, propose de les observer depuis une pièce vitrée.

Photo: Mathieu Dupuis, Facebook Tourisme Eeyou Istchee Baie-James

À Churchill, au Manitoba, les aurores boréales ont inspiré à des compagnies la création de forfaits permettant de se sustenter tout en les observant. Après avoir proposé RAW: Churchill au lieu historique national Fort Prince-de-Galles, Frontiers North invite maintenant les curieux à prendre part à la Dan’s Culinary Experience. À bord du Tundra Buggy, véhicule emblématique de l’entreprise, les participants se rendent dans un restaurant éphémère aménagé sur la rivière Churchill. Pendant le repas, les convives se livrent à la contemplation des traînées vertes… si la chance est au rendez-vous.

Parce qu’il ne faut jamais oublier la part de hasard dans toute expérience concoctée par Dame Nature. À une époque où tout est calculé, n’est-ce d’ailleurs pas là l’une des choses qui rend ce genre d’aventure aussi excitant?