22 octobre 2019

Texte présenté par Place des Arts

Taj Express: hommage à Bollywood

En Inde, le cinéma est plus qu’un art: il représente une culture et un art de vivre et il fait partie de la vie de nombreux Indiens. À travers le monde, les films de Bollywood sont de fiers représentants de cet univers vibrant et coloré. Inspiré de ces derniers, le spectacle Taj Express, présenté les 20 et 21 novembre à la Place des Arts, est le remède tout indiqué pour contrer la grisaille de l’automne.

Un style unique

Bollywood, contraction entre Bombay et Hollywood, désigne la plus importante industrie du cinéma musical indien, basée à Bombay (l’actuelle Mumbai) et dont les films sont réalisés en hindi. Les nombreuses œuvres réalisées par Bollywood ont contribué à la popularité du cinéma indien. Elles sont désormais exportées dans le monde entier et les fans du genre sont nombreux. Certains décrivent même Bollywood comme étant l’industrie cinématographique la plus populaire du monde.

Parce qu’en effet, Bollywood reproduit l’expansion du cinéma hollywoodien, mais avec un avantage clair: sa part de marché du cinéma en Inde est plus forte que celle des films américains aux États-Unis avec une quasi-totalité des entrées en salles pour des films nationaux.

Tout de même, ce n’est pas pour rien qu’on retrouve le mot Hollywood dans Bollywood: le genre mélange des danses et des chants de style indien résolument pop avec des histoires dignes des grandes comédies musicales et romantiques d’Hollywood. Résultat? Des pièces accrocheuses et des chorégraphies à grand déploiement interprétées avec un enthousiasme contagieux!

Les films de Bollywood apportent certainement un regard différent sur les genres et dérangent les conventions cinématographiques auxquelles nous sommes habitués. Et manifestement, le style inspire. Imaginez: il paraît même que Baz Luhrmann, réalisateur du Moulin Rouge, a affirmé s’être inspiré des films de Bollywood pour une partie des chansons et des séquences de danse du film à succès de 2001.

Un cinéma qui dure

Mais attention: ce n’est pas parce qu’on entend davantage parler des films venus de l’Inde de ce côté-ci du globe depuis une vingtaine d’années seulement que le cinéma indien est nouveau, au contraire! En 2013, l’Inde célébrait le centième anniversaire de son industrie cinématographique. En effet, plusieurs estiment que c’est le film muet en noir et blanc Raja Harishchandra, sorti en 1913, qui a apporté le 7e art au pays.

Depuis, la popularité du cinéma en Inde ne semble pas se démentir; un siècle après ses premiers balbutiements, on estimait à près de 1500 le nombre de films produits au pays en 2012.

Un rôle politique et social

En Inde, le cinéma est plus que du cinéma. Certains, comme Farooq Sheikh, un célèbre acteur indien des années 1970, croient même que «le cinéma est le ciment culturel le plus solide qui soit». Puis, Avijit Ghosh, un éditorialiste du Times of India, précise en affirmant que «le cinéma est l’art le plus démocratique». Selon lui, «il a contribué à gommer les différences sociales. Dans les salles obscures, les divisions entre castes et religions sont momentanément oubliées». Ce n’est pas rien!

Fort de ces qualités, le cinéma de Bollywood étend maintenant ses tentacules à un tel point que de nombreux films du genre ont été tournés au Canada! Vancouver, Toronto, Calgary, Niagara Falls et Hamilton, en Ontario, ont entre autres été le décor de films de Bollywood.

Bollywood sur scène

C’est l’esprit de ces films qui divertissent à travers le monde des milliards de personnes qui est mis en scène par le spectacle Taj Express qui, après un tour du monde, s’arrête à Montréal.

Taj Express, fusionnant le cinéma, la danse et la musique, raconte l’histoire d’un jeune compositeur qui connaît enfin le succès à travers sa musique en suivant les traces de son idole. Une histoire qui célèbre la culture et la société modernes indiennes, la musique pop, la culture de Bollywood et les traditions profondes de l’Inde par des costumes colorés, des danses festives et de la musique endiablée.

Les chansons mises de l’avant sont celles de A.R. Rahman, gagnant d’un Oscar et compositeur, entre autres, de la fameuse chanson Jai Ho du film Slumdog Millionaire, sorti en 2008 (ça vous dit quelque chose?). Ajoutez à cela une directrice de la chorégraphie qui a travaillé sur plus de 75 films du genre, 3 acteurs principaux, 3 musiciens, 12 danseurs et 11 danseuses et vous obtenez du Bollywood en trois dimensions à son meilleur!

Taj Express, après une tournée internationale, viendra montrer ses couleurs sur la scène du Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts les 20 et 21 novembre 2019.