La chronique Culture avec Claude Deschênes

Auteur(e)
Photo: Martine Doucet

Claude Deschênes

Claude Deschênes a travaillé à la radio et à la télévision de Radio-Canada pendant 33 ans, principalement à couvrir la scène culturelle pour le Téléjournal et le Réseau de l’information (RDI). On le retrouve maintenant à France 2 comme collaborateur de l’émission Télématin. Il continue aussi de partager son intérêt pour la culture et les arts sur différentes plateformes. On peut suivre ses reportages sur le blogue claudedeschenes.ca. Il a aussi publié sur le site d’actualité Huffington Post Québec et dans différentes publications de la presse écrite. Claude Deschênes agit aussi comme animateur et porte-parole d’événements ainsi que conférencier, notamment dans le réseau des universités du troisième âge.

Territoires des Amériques, un documentaire immersif pour célébrer les 60 ans de carrière de l’artiste René Derouin

Ça fait des jours que j’attends le bon moment et c’est maintenant que ça se passe.



L’artiste René Derouin est tellement prolifique et toujours en action qu’il y aurait de l’actualité pour parler de lui pratiquement chaque semaine. Cet été, il a veillé à la bonne marche de l’édition 2021 des Jardins du précambrien, un événement majeur qu’il a créé à Val-David en 1995. Jusqu’au 14 novembre, il expose ses œuvres nouvelles à la Galerie Michel Guimont de Québec. À Griffintown, on peut voir l’œuvre d’art public Un phare sur le fleuve qu’il a réalisée pour le projet de condominiums Mary Robert, rue Wellington. Et voilà qu’un documentaire sur son travail prend l’affiche à la Société des arts technologiques (SAT) à Montréal après avoir été présenté cet été à Sorel et à Mont-Tremblant. Un film qui célèbre soixante ans de carrière en art visuel, on ne peut pas passer à côté de ça!

Territoires des Amériques du réalisateur Patrick Bossé n’est pas un documentaire classique. Il y a d’abord le choix du format. Bossé a opté pour la formule immersive. Le film, produit par Hubblo, est proposé en 360 degrés, «Fulldome» comme on dit dans le milieu, c’est-à-dire sur un écran de projection sphérique. Avec des images tout le tour de la tête, le spectateur est immergé dans l’histoire.

L’autre particularité, c’est que le documentaire est en soi une œuvre d’art. Pour ce qui est du récit de ses soixante ans de pratique artistique, René Derouin est l’unique narrateur. On ne se lasse pas de l’écouter expliquer, dans une langue simple et chaleureuse, comment il s’est forgé à travers les épreuves, les rencontres, les apprentissages, les migrations.

En ce qui a trait à la facture visuelle, l’artiste a donné carte blanche à l’équipe de production pour l’animation graphique des éléments qui se retrouvent dans ses tableaux. Par exemple, les rapaces, souvent présents dans son iconographie, se détachent des toiles et volent au-dessus de nos têtes. Quand il nous entretient des territoires d’Amérique qu’il a arpentés, on les survole avec lui, le Grand Nord du Québec avec ses grands espaces ou le Mexique avec toute sa richesse historique. On comprend combien le séisme meurtrier qu’il a vécu à Mexico en 1985 a pu ébranler ses convictions. On plonge au fond du Saint-Laurent pour constater à quoi a bien pu ressembler ce geste qu’il a posé en 1994 lorsqu’il a largué les 19 000 figurines d’argile qu’il avait créées pour son projet Migrations.

Sindre Ulvik Péladeau a vraiment fait un travail d’animation prodigieux.

Autre intérêt du film, c’est qu’il nous permet de voir René Derouin à l’œuvre aujourd’hui et maintenant parce que cet homme ne cesse jamais d’être actif. L’équipe du film a suivi l’artiste dans la création d’une gigantesque œuvre sur bois. On constate que même s’il a de l’aide pour graver, pour peindre, pour nettoyer l’atelier, il est, bien droit et concentré, avec une énergie sans faille, le seul capitaine à bord de son odyssée artistique alors qu’il a 85 ans bien sonnés. Un roc, ce René Derouin!

D’ailleurs, l’exemple qu’il donne de l’homme toujours actif, conscient de son environnement et ouvert aux transformations du monde, ne peut faire autrement que fouetter notre propre immobilisme, notre mollesse à l’égard de notre planète et notre réticence aux changements. En vieillissant, on a besoin de modèle comme ça.

Si je vous dis ça, c’est que j’ai eu l’impression d’être bien vieux quand le film s’est terminé. Pourquoi? Je vous le confie, il est bien difficile de s’extirper élégamment du fauteuil dans lequel on a été enfoncé pendant les 45 minutes de la projection. Pour pouvoir apprécier l’écran de 360 degrés, on prend place sur une sorte de pouf (bean bag chair) qui nous met à la verticale. Se relever de là n’est pas facile. Sachez-le!

Renouer avec le spectacle vivant avec Les Ballets Jazz de Montréal

J’ai arrêté d’avoir peur de sortir et je suis allé voir un spectacle en salle cette semaine. Oui, oui, dans une salle bondée, un soir de première! Qu’est-ce qui m’a convaincu de mettre fin à des mois de confinement? Vanishing Mélodies des Ballets Jazz de Montréal. Mais encore? Ce n’est pas tous les jours qu’on est convié à une première mondiale. Qui plus est, ce spectacle, présenté par Danse Danse, marque le début de la saison 50e anniversaire des Ballets Jazz de Montréal, une compagnie que je suis depuis les années 1970 alors que Geneviève Salbaing, Eddy Toussaint et Eva Von Genscy en étaient les dirigeants. J’ai même suivi des cours aux Ballets Jazz à l’époque où la compagnie avait une école là où se trouve aujourd’hui Le Diamant à Québec.

Photo: Sasha Onyshchenko

Et puis, il y a une autre raison pour laquelle je ne voulais pas manquer ce rendez-vous. La musique de Vanishing Mélodies est de l’auteur-compositeur-interprète montréalais Patrick Watson, un artiste que j’adore. On y entend une quinzaine de chansons, dont les sublimes Adventures in Your Own Backyard et Here Comes the River.

Photo: Sasha Onyshchenko

Pendant une heure quinze minutes, les 14 danseurs de la compagnie font ondoyer leurs corps au rythme de la musique atmosphérique de Watson et aux inflexions de sa voix magistrale. En solo, en duo ou en groupe, les danseurs tournent, virevoltent, s’élèvent, s’abattent au sol, s’arcboutent, courent, se rattrapent, s’enlacent, se repoussent, tendent les bras, les jambes, se plient, se déplient. Il y a de la détresse et de l’urgence dans ces mouvements, mais aussi quelque chose qui ressemble à la volonté de sauver les souvenirs du naufrage. Les chorégraphies de Juliano Nuñes et Anne Plamondon traduisent parfaitement le sens que le metteur en scène Éric Jean a donné à ce spectacle qui parle de mémoire qui fuit et qu’il faut rattraper coûte que coûte. Les numéros de danse sont reliés par le récit d’une femme tétanisée par le diagnostic d’Alzheimer qu’on vient de lui donner. Une comédienne défend le texte en français écrit par Éric Jean.

Photo: Sasha Onyshchenko

Vanishing Mélodies est d’une beauté poignante et ce spectacle ne pouvait arriver au meilleur moment pour célébrer la vie qui reprend et l’importance d’en profiter pendant qu’on est vivant et qu’on peut encore se créer de beaux souvenirs dont il restera – souhaitons-le – toujours une trace, quoi qu’il arrive.

Photo: Sasha Onyshchenko

Les Ballets Jazz de Montréal sont au Théâtre Maisonneuve avec ce spectacle jusqu’au 6 novembre. Au moins trois représentations sont déjà prévues à travers le Québec: le 19 janvier au Grand Théâtre de Québec, le 25 janvier à la Salle Maurice-O’Bready de Sherbrooke et le 1er février au Carré 150 de Victoriaville.

Croyez-moi, renouer avec le spectacle vivant, ça fait vraiment du bien.