La chronique Culture avec Claude Deschênes

Auteur(e)
Photo: Martine Doucet

Claude Deschênes

Claude Deschênes a travaillé à la radio et à la télévision de Radio-Canada pendant 33 ans, principalement à couvrir la scène culturelle pour le Téléjournal et le Réseau de l’information (RDI). On le retrouve maintenant à France 2 comme collaborateur de l’émission Télématin. Il continue aussi de partager son intérêt pour la culture et les arts sur différentes plateformes. On peut suivre ses reportages sur le blogue claudedeschenes.ca. Il a aussi publié sur le site d’actualité Huffington Post Québec et dans différentes publications de la presse écrite. Claude Deschênes agit aussi comme animateur et porte-parole d’événements ainsi que conférencier, notamment dans le réseau des universités du troisième âge.

Festival Mural: de l’art urbain mur à mur

Montréal est une ville de festivals. Il y a des incontournables et, en six ans, le Festival Mural en est devenu un. Cet événement d’art urbain transforme la ville comme pas un et de manière durable. Cette année, une vingtaine de nouvelles murales seront créées, portant à 80 le nombre d’œuvres permanentes. Vous avez jusqu’au 17 juin pour voir les muralistes à l’œuvre.



Photo: Claude Deschênes
L'oeuvre de Michael Reeder. Photo: Claude Deschênes

Cette année, le grand mur situé près de la permanence du Festival Mural, boulevard Saint-Laurent (entre Sherbrooke et Prince Arthur), a été attribué à Michael Reeder, un Texan de 36 ans dont les personnages aux yeux qui fument sont reconnaissables entre tous.

Photo: Claude Deschênes
À l'oeuvre: l'artiste espagnol Demsky. Photo: Claude Deschênes

Vis-à-vis, l’artiste espagnol Demsky joue avec les couleurs, les formes et les perspectives. Les styles diffèrent vraiment d’un mur à l’autre.

Photo: Claude Deschênes
L'oeuvre de Tristan Eaton sur le mur arrière du Renaud-Bray. Photo: Claude Deschênes
Photo: Claude Deschênes
L'Américain Tristan Eaton. Photo: Claude Deschênes

De nouveaux murs s’ajoutent cette année. L’Américain Tristan Eaton a obtenu l’autorisation de réaliser son œuvre sur le mur arrière de la librairie Renaud-Bray, angle Drolet et Marie-Anne. L’artiste, qui en est à sa première participation au festival montréalais, souhaitait faire une murale qui reste. Il faut savoir que sur certains murs les fresques changent tous les deux ans. Au moment de mon passage, Tristan Eaton s’affairait à régler les détails de son prochain contrat dans le quartier Soho à New York. Eaton n’est pas connu seulement dans le milieu du street art. Il s’est fait un nom dans le monde du graphisme. Il a notamment dessiné des jouets pour Fisher-Price et fait des pubs pour Hasbro, Pepsi, Nike et Barack Obama.

Photo: Claude Deschênes
À l'oeuvre: la Québécoise Cyrielle Tremblay. Photo: Claude Deschênes

Il y a des femmes chez les muralistes. La Québécoise Cyrielle Tremblay, diplômée universitaire en graphisme, a tellement à cœur l’art public qu’elle s’est installée au Mexique, le pays de Frida Kahlo, reconnu pour sa longue tradition de muralisme.

Photo: Claude Deschênes
L'artiste Sandra Chevrier. Photo: Claude Deschênes

Sandra Chevrier en est à sa première participation à Mural. Les femmes et la bande dessinée sont omniprésentes dans son travail. Samedi, lors de la finale du festival, une projection animera sa murale.

Photo: Claude Deschênes
L'installation de Kate Raudenbush au parc du Portugal. Photo: Claude Deschênes

Photo: Claude Deschênes

L'installation de Kate Raudenbush au parc du Portugal. Photo: Claude DeschênesSur votre parcours, le parc du Portugal, devant la maison de Leonard Cohen, est le lieu où vous pouvez reprendre vos esprits. Cet îlot de fraîcheur et de calme accueille une installation de Kate Raudenbush. Les organisateurs de Mural l’ont invitée lorsqu’ils ont vu son travail au festival Burning Man, un événement gigantesque alliant expression artistique et croissance personnelle qui se tient annuellement dans le désert du Nevada. L’œuvre qu’elle a créée pour Montréal s’appelle Art Blast, et elle représente un jet de peinture sortant d’une bombe aérosol.

Photo: Claude Deschênes
Le portrait de Leonard Cohen signé Kevin Ledo. Photo: Claude Deschênes

L’an dernier, le Festival Mural avait pris de vitesse l’organisme MU en réalisant une murale en hommage à Leonard Cohen. L’immense portrait du poète montréalais, signé Kevin Ledo, est toujours là, angle Napoléon et Saint-Dominique.

Photo: Claude Deschênes
Le rideau de fer du cinéma L'Amour peint par El Sol 25. Photo: Claude Deschênes

De sa propre initiative, le propriétaire du cinéma L’Amour a décidé de prendre part au Festival Mural. Il a demandé à El Sol 25 de peindre son rideau de fer. Le lettrage est à la base du travail de ce muraliste vivant à Brooklyn, mais si on se fie à son site internet, les fesses et les seins peuvent aussi lui servir de canevas.

Photo: Claude Deschênes
Le stationnement souterrain devenu un lieu inspirant grâce au duo Cyrcle. Photo: Claude Deschênes
Photo: Claude Deschênes
Le stationnement souterrain devenu un lieu inspirant grâce au duo Cyrcle. Photo: Claude Deschênes

L’art mural gagne maintenant les stationnements souterrains. Lune Rouge, la nouvelle compagnie de Guy Laliberté qui loge dans l’ancienne Maison Alcan, rue Sherbrooke, a fait appel au duo américain Cyrcle pour qu’il fasse du parking de ses employés un lieu inspirant. Le week-end dernier, dans le cadre de Mural, on pouvait visiter les deux étages du stationnement alors qu’il n’y avait pas d’autos. Cool!

Photo: Claude Deschênes
Des visites guidées sont offertes au coût de 20$. Photo: Claude Deschênes

Le Festival Mural se tient principalement sur le boulevard Saint-Laurent, qui est fermé entre Sherbrooke et Mont-Royal. Des visites guidées sont offertes au coût de 20$. Et la beauté de cet événement, c’est qu’il est toujours temps de se reprendre, car les murales sont là pour l’année à venir.

Photo: Claude Deschênes
Le boulevard Saint-Laurent sera fermé jusqu'au 17 juin. Photo: Claude Deschênes