2018 est une année à oublier pour Facebook, qui n’a cessé de nager d’un scandale à l’autre.
19 décembre 2018Auteur : Maxime Johnson

Rétrospective techno 2018: en hausse, en baisse

2018 tire à sa fin. Après 12 mois de succès pour les uns et d’échecs pour les autres, Avenues.ca dresse le bilan techno de l’année.

En hausse

L’intelligence artificielle

L’intelligence artificielle est probablement la technologie qui a le plus laissé sa trace en 2018, tant pour les particuliers que pour les grandes entreprises. À la maison, plusieurs se sont mis à parler à leurs gadgets connectés (grâce à l’intelligence artificielle) au cours des derniers mois, et d’autres ont réalisé des photos mieux réussies que jamais (grâce aussi à l’intelligence artificielle).

Les grandes entreprises ont pour leur part repoussé les limites de ce qui était possible. On retient notamment le dévoilement de l’outil Duplex par Google, un logiciel capable de faire des appels et de parler avec de vrais humains, notamment pour réserver une table au restaurant ou prendre un rendez-vous au salon de coiffure.

On savait que l’intelligence artificielle était l’avenir. 2018 a prouvé qu’elle était aussi le présent.

Les technologies financières

Longtemps récalcitrantes aux changements technologiques, les entreprises financières adoptent de plus en plus les «technologies financières», aussi appelées fintech dans le jargon.

Il aura fallu attendre longtemps, mais des géants sont (enfin) capables d’offrir des services qui correspondent aux besoins des utilisateurs modernes, souvent grâce à des associations avec de jeunes pousses technologiques.

Banque Nationale Assurances a par exemple annoncé récemment la possibilité de souscrire une assurance-vie avec un téléphone intelligent, tandis que Weatlthsimple a lancé au début de l’automne un outil permettant d’acheter des actions et des fonds sans commissions, avec une application mobile.

Et tout indique que ce vent de changement ne fait que commencer.

Amazon

Grosse année pour Amazon, qui a brièvement franchi le cap des 1000 milliards $ US de capitalisation boursière sur les marchés.

L’entreprise a fait des avancées sur tous les fronts. Elle a lancé des dizaines de produits technologiques et a poursuivi sa croissance dans le commerce en ligne et comme fournisseur de services Internet. Amazon a même lancé des commerces sans caissiers, où une technologie de reconnaissance faciale reconnaît le client et débite automatiquement ses achats de son compte.

Malheureusement, Amazon ne fait pas que des heureux. Le traitement de ses employés dans ses entrepôts, l’utilisation de sa technologie de reconnaissance faciale par des corps policiers et le développement de son second siège social à New York (à grands frais pour les contribuables) déplait. Est-ce que 2019 marquera un certain retour de balancier pour l’entreprise? C’est à voir.

Amazon a lancé des commerces sans caissiers, où une technologie de reconnaissance faciale permet de débiter automatiquement les achats d'un compte.

En baisse

La réalité virtuelle

Cette technologie, que plusieurs pressentaient comme d’avenir il y a quelques années seulement, bat désormais de l’aile.

Elle a pourtant continué de progresser cette année, avec tous les principaux fabricants qui ont dévoilé des casques améliorés, plus légers qu’auparavant, avec de meilleures résolutions et qui fonctionnent désormais sans fil.

Mais force est de constater que la réalité virtuelle – du moins dans sa forme actuelle – n’intéresse tout simplement pas les consommateurs. Il faudra probablement un bouleversement technologique important, et non de simples mises à jour évolutives, pour changer la donne.

La réalité virtuelle – du moins dans sa forme actuelle – n’intéresse tout simplement pas les consommateurs.

Les cryptomonnaies

Un bitcoin acheté au début 2018 valait 22 000$. Aujourd’hui, il s’échange à 4 400$.

Et la cryptomonnaie la plus connue n’est pas la seule dans cette situation. Un ethereum vendu 1700$ en début d’année ne vaut plus que 127$ aujourd’hui. C’est moins de 10% de sa valeur.

Il a toujours été acquis que les cryptomonnaies étaient volatiles et qu’elles représentaient un investissement risqué. La situation pourrait encore changer, mais 2018 donne l’impression qu’il s’agissait aussi d’une bulle qui ne cesse de se dégonfler.

Facebook

2018 est une année à oublier pour Facebook, qui n’a cessé de nager d’un scandale à l’autre.

Dans cette (longue) liste, on retient notamment le dévoilement du scandale Cambridge Analytica, les révélations concernant le rôle de Facebook dans l’influence des élections américaines de 2016 par des puissances étrangères, le vol de données d’utilisateurs, la présence de bogues ayant mis en danger des photos privées de millions de personnes, les prises de décisions moralement douteuses de ses dirigeants et beaucoup plus.

Seule bonne nouvelle au tableau pour l’entreprise, les appels répétés au boycottage ne semblent pas avoir l’affectée. Celle-ci poursuit toujours sa croissance, et atteint désormais 1,495 milliard d’utilisateurs tous les jours. Malgré ses déboires, Facebook affiche aussi des revenus records cette année, avec 13,727 milliards $ US au dernier trimestre seulement.

Voilà qui devrait aider à faire passer la pilule.

2018 est une année à oublier pour Facebook, qui n’a cessé de nager d’un scandale à l’autre.