Photo: Facebook Sépaq
10 octobre 2019Auteure : Anne Pélouas

Des activités de plein air pour se rendre à l’hiver en douceur

Dans cette saison automnale qui hésite entre poussées de gel et poussées de chaleur, certaines précautions sont de mise pour sortir jouer dehors. Cela ne devrait pas vous empêcher de profiter des couleurs, qu’elles soient encore dans les arbres ou en tapis épais dans les sous-bois.

Capsule météo

Les météorologues nous ont prévenus que l’automne serait plutôt frisquet et l’hiver, hâtif. Pour les amateurs de plein air, cela veut dire que, dès maintenant, il est utile d’emporter tuque, mitaines, doudoune, imperméable ou veste Goretex dans son sac à dos, voire de les porter sur soi. En randonnée en altitude, par exemple dans les Adirondacks, il est aussi prudent de se munir de bons crampons, car la roche des sommets dénudés est bien souvent glacée en plein cœur de l’automne.

Certains vont se réjouir de la neige précoce annoncée par Météomédia et sont déjà dans les starting blocks pour préparer leurs skis ou raquettes. Il faudra attendre un peu, mais rappelons-nous que les moyennes de chutes de neige en automne sont de 21 cm à Montréal, 36 cm à Québec, 40 cm à Gaspé, 55 cm à Saguenay et 62 cm à Val-d’Or. Signe annonciateur d’un hiver hâtif au Québec: les sommets des monts Chic-Chocs, en Gaspésie, ont reçu leur première neige début septembre, avec un mois d’avance, et celui de la Station Mont-Tremblant à la toute fin de septembre.

Du coup, la reine du ski de fond hâtif prévoit ouvrir sa première piste le 25 octobre. La Forêt Montmorency (au nord de Québec) s’est fait une spécialité depuis sept ans de conserver au printemps plusieurs milliers de mètres cubes de neige artificielle sous des tonnes de copeaux de bois. L’équipe du centre de plein air prévoit donc d’étaler de nouveau cette neige sur une piste de ski de fond d’au moins de deux kilomètres de long… en attendant la neige naturelle. Avis aux amateurs!

Photo: Facebook Forêt Montmorency - site officiel

Profitez de l’automne

Les sentiers de randonnée sont aux mieux ce mois-ci; ceux de vélo de montagne aussi et les balades en canot ou kayak sur lacs ou rivières sont, dans plusieurs régions du Québec, une façon d’apprécier encore plus les coloris automnaux. De plus, ceux qui sont équipés de bonnes tentes et sacs de couchage savent combien il peut être agréable de dormir au frais en plein air. Avec des vêtements adéquats et un feu de bois en soirée comme au petit déjeuner, le camping automnal est encore non seulement possible, mais source de plaisir.

Camping automnal

De nombreux campings restent d’ailleurs ouverts au moins jusqu’au week-end de l’Action de grâce et les réservations de dernière minute sont faciles. Dans les parcs nationaux du réseau SÉPAQ, un avis de grève des employés pour le prochain long week-end a été émis, mais la direction assure que les sentiers demeureront ouverts et les hébergements, accessibles.

Plusieurs parcs – comme ceux du Mont-Mégantic, du Mont-Orford ou du Mont-Tremblant – sont même ouverts au camping jusqu’à la fin octobre et on peut aussi choisir la formule plus confortable du prêt-à-camper.

Photo: Facebook Sépaq

Vélo de montagne

L’automne est, à mon goût, idéal pour le vélo de montagne, qui réchauffe vite le corps si on opte pour la montée plutôt que pour la seule descente. Ceux qui voudraient s’initier à ce sport et éviter dès le départ de prendre de mauvaises postures et habitudes gagneraient à participer à une sortie de groupe, voire à suivre un cours. Dans la région de Lanaudière, la station de Ski Montcalm a développé un bon réseau de pistes de vélo de montagne pour les amateurs de tous les niveaux et donne aussi des cours aux débutants tous les week-ends jusqu’au 20 octobre, sur réservation.

Photo: Facebook Ski Montcalm

Randonner «aux oiseaux» dans Chaudière-Appalaches

L’automne, environ 80% des grandes oies des neiges passent au-dessus de nos têtes et font halte sur le fleuve Saint-Laurent (ou non loin) pendant 19 jours, en moyenne. Elles font chez nous leurs réserves d’énergie avant de continuer leur migration de l’Arctique vers des aires d’hivernage au sud des États-Unis. Les plus grandes concentrations sont généralement observées du 5 au 20 octobre. 

Les sites de choix – avec courts sentiers – sont donc nombreux pour les observer, notamment dans Chaudière-Appalaches. Une escapade à L’Isle-aux-Grues, joyau ornithologique de la région, vous en mettra ainsi plein la vue. Le traversier fait exceptionnellement la navette (gratuite) plusieurs fois par jour entre le 14 et le 20 octobre pour s’y rendre depuis Montmagny. Sur l’île, la réserve Jean-Paul Riopelle est le site d’observation «aviaire» privilégié.

Photo: Facebook Tourisme Isle-aux-Grues

Autres bons plans dans la région: le sentier de l’ancien quai de Cap-Saint-Ignace qui mène au bord du fleuve, où l’oie des neiges fait halte régulière. C’est aussi le cas un peu plus à l’est, à la réserve naturelle du Méandre-de-la-Rivière-Vincelotte.

À Montmagny même, où s’organise le Festival de l’oie blanche (du 10 au 14 octobre), on peut suivre le Sentier de l’oie blanche à pied ou la Véloroute des migrations à bicyclette pour accéder à la Pointe-aux-Oies. Tant d’occasions de saluer ce visiteur ailé tout en marchant ou pédalant!