La chronique Voyage de Marie-Julie Gagnon

Auteur(e)

Marie-Julie Gagnon

Auteure, chroniqueuse et blogueuse, Marie-Julie Gagnon se définit d’abord comme une exploratrice. Accro aux réseaux sociaux (@technomade sur Twitter et Instagram), elle collabore à de nombreux médias depuis une vingtaine d’années et tient le blogue Taxi-brousse depuis 2008. Certains voyagent pour voir le monde, elle, c’est d’abord pour le «ressentir» (et, accessoirement, goûter tous les desserts au chocolat qui croisent sa route).

5 façons inusitées de changer d’air

Vous ressentez l’envie pressante de mettre les voiles? Voici cinq façons hors du commun de le faire… ou de s’évader sans bouger.


1- Crier en Islande

En attendant de pouvoir nous envoler pour l’Islande, l’office de tourisme nous invite à enregistrer un cri libérateur afin de relâcher les tensions accumulées pendant la pandémie et à écouter ceux d’autres voyageurs cloués au sol. «Your scream will be blasted from speakers placed in Kálfshamarsvík, North Iceland» («Votre cri retentira dans des haut-parleurs installés à Kálfshamarsvík, en Islande du Nord»), nous assure-t-on après l’enregistrement. Mieux vaut peut-être toutefois prévenir les voisins avant de se livrer à l’exercice…

L’office de tourisme de l'Islande vous invite à enregistrer un cri libérateur afin de relâcher les tensions accumulées pendant la pandémie. Capture d'écran lookslikeyouneediceland.com

2- Échanger sa fenêtre avec celle d’autres confinés

L’initiative a beaucoup circulé sur les réseaux sociaux: le site Window Swap propose de découvrir la vue d’une autre personne de manière aléatoire et de partager la sienne. On peut ainsi cliquer de fenêtre en fenêtre pour changer de décor. Certaines vues sont spectaculaires, d’autres, d’une éblouissante banalité. Le plus dur? Arrêter de cliquer pour se balader d’un univers à l’autre… Hautement addictif.

La fenêtre de Nat, au Mexique. Capture d'écran window-swap.com

3- Un safari virtuel au Sri Lanka

Jusqu’au 13 novembre, il est possible de prendre part à des «couch safaris» au Sri Lanka. Bien que ces visites à distance soient gratuites, il est nécessaire de s’inscrire sur le site de l’office de tourisme du Sri Lanka pour y participer et poser ses questions en direct au guide, en anglais. La bonne nouvelle? Les curieux peuvent visionner les vidéos de chacun des safaris sur le site ou la page Facebook par la suite.

4- Découvrir le monde des Premières Nations

Le site et l’application mobile Native Land nous convient à un voyage dans le temps et l’histoire en parcourant une carte du monde tel qu’il était avant l’époque de la colonisation. Ce projet développé par Victor Temprano, originaire de la Colombie-Britannique, nous entraîne sur les territoires ancestraux du Canada, des États-Unis et d’une grande partie du Mexique, mais aussi d’autres continents. En glissant le curseur, en cliquant sur une région ou en entrant une adresse, nous découvrons la nation qui s’y trouvait bien avant qu’un certain Christophe Colomb débarque en Amérique. Le créateur, qui collige les informations depuis 2014, ainsi que les membres de l’organisation à but non lucratif, qui collaborent aujourd’hui au projet, se défendent bien d’avoir voulu faire une carte parfaite. N’empêche, ce «work in progress» représente un travail colossal et un bon point de départ pour quiconque s’intéresse aux Premières Nations.

Les cartes du site Native Land permettent de découvrir la nation qui se trouvait sur un territoire donné bien avant qu’un certain Christophe Colomb débarque en Amérique. Photo: Facebook Native Land

5- Partir travailler dans une grande roue… au Japon.

Transporter son bureau sous le soleil de la Barbade ou des Bermudes? Pfff! Beaucoup trop banal. Yomiuriland, près de Tokyo, propose plutôt des «workations» incluant l’accès à une grande roue équipée du WiFi. Pour la modique somme de 1 900 yens (23,54$ CA) pour une personne, par jour, ou 3 600 yens (44,60$ CA) pour deux, le parc thématique loue des stations de travail près de la piscine, en plus de ce bureau inédit entre ciel et terre, comme le rapportent CNN et Insider.

Yomiuriland, près de Tokyo, propose aux travailleurs de venir passer des journées dans la grande roue équipée du WiFi. Photo: Facebook Yomiuriland, Tokyo

Intéressé? Avant de réserver un billet d’avion, rappelez-vous toutefois que le gouvernement du Canada recommande d’éviter tout voyage non essentiel. Vérifiez également si les touristes canadiens sont les bienvenus (si oui, sous quelles conditions), la situation pouvant évoluer à tout moment.