Prix d’excellence en architecture 2024: nos coups de cœur

On l’admet, plusieurs laideurs architecturales affligent nos paysages au Québec. Reste qu’il se construit aussi du beau et de la qualité à la grandeur de la province. La preuve en trois coups de cœur, lauréats des Prix d’excellence en architecture 2024 de l’Ordre des architectes du Québec (OAQ).


Pavillon d’accueil de l’Insectarium de Montréal

La magnifique métamorphose de l’Insectarium de Montréal avait raflé l’an dernier l’un des deux Grands Prix de l’OAQ. Même si le pavillon d’accueil est moins spectaculaire, il mérite néanmoins sa place parmi les gagnants.

Même s'il n'est pas spectaculaire, le pavillon d'accueil mérite néanmoins sa place parmi les gagnants. Photo: James Brittain

Ce petit bâtiment triangulaire sans prétention s’inscrit à merveille dans le contexte du Jardin botanique. Sa forme n’est pas anodine: elle permet d’entrer d’un côté et de sortir par l’autre, sans interrompre son chemin. Les bords du large toit carré, qui semble seulement posé sur les piliers du triangle, abritent les visiteurs lors des averses et les protègent du soleil.

Les bords du large toit carré, qui semble seulement posé sur les piliers du triangle, abritent les visiteurs lors des averses et les protègent du soleil. Photo: James Brittain

En laissant les immenses portes ouvertes du printemps à l’automne, les architectes de Pelletier de Fontenay brouillent les frontières entre l’intérieur et l’extérieur. On aime particulièrement le revêtement d’acier Corten aux motifs ondulants, qui s’oxydera au fil des années. Les plantes grimpantes y étendent déjà les bras, comme si, lentement, la nature reprenait ses droits.

En laissant les immenses portes ouvertes, les frontières entre l’intérieur et l’extérieur sont brouillées. Photo: James Brittain

La boîte à lumière

Derrière ce nom hautement poétique se cache une rénovation bien pensée d’un shoebox, ces maisons aussi petites qu’une boîte à chaussures (ou presque) qui témoignent du passé ouvrier de la métropole et que l’on retrouve dans plusieurs quartiers, à l’ombre des plex.

Un étage a été ajouté en recul, ce qui permet de conserver la façade d’origine tout en créant une terrasse de plus. Photo: Ronan Mézière

Celui-ci se situe dans l’arrondissement de Rosemont—La-Petite-Patrie. Il a été agrandi pour répondre aux besoins d’un couple passionné d’architecture et d’art qui voulait s’établir en ville. Les concepteurs de _naturehumaine ont ajouté un étage en recul au-dessus, ce qui permet de conserver la façade d’origine tout en créant une terrasse de plus.

Ce qui frappe surtout, c’est la quantité étonnante de lumière naturelle qui baigne la résidence. «La façon dont la luminosité pénètre au cœur des espaces de vie est un clin d’œil aux multiples puits de lumière arrondis du musée Miro de l’architecte Josep Lluís Sert à Barcelone», explique la firme d’architecture.

Une quantité étonnante de lumière naturelle baigne la résidence. Photo: Ronan Mézière

Côté ruelle, un nouveau bâtiment surmonté d’un jardin sur le toit abrite un atelier et une suite pour les invités. Le terrain était quand même assez grand pour ajouter en plus une cour intérieure avec spa.

On a un faible pour l’imposant escalier métallique tout de blanc vêtu et pour le bois blond, qui donne de la chaleur à l’ensemble.

On aime le bois blond, qui donne de la chaleur à l’ensemble. Photo: Ronan Mézière

Promenade Samuel-De Champlain – Phase 3

Redonner le fleuve aux Québécois: voilà la mission dont les architectes de Daoust Lestage Lizotte + Stecker ont été investis avec la phase 3 de la promenade Samuel-De Champlain. Un défi complexe, relevé avec brio, qui se coiffe du Grand Prix 2024 de l’OAQ.

Redonner le fleuve aux Québécois: voilà la mission de ce projet complexe, relevé avec brio. Photo: Maxime Brouillet

Ce projet signature transforme 2,5 km d’autoroutes et de voies ferrées en un espace urbain accessible à tous. La station de la plage, qui regroupe un bassin de baignade, un miroir d’eau, un grand pavillon et, comme son nom l’indique, une plage, a d’ailleurs fait de nombreux adeptes depuis son inauguration l’été dernier. L’intérieur du bâtiment, avec ses planches peintes en blanc, rappelle les stations balnéaires.

La station de la plage, qui regroupe un bassin de baignade, un miroir d’eau, un grand pavillon et, comme son nom l’indique, une plage, a d’ailleurs fait de nombreux adeptes depuis son inauguration l’été dernier. Photo: Stéphane Groleau

La promenade offre de son côté une vue spectaculaire sur le Saint-Laurent. Vers l’ouest, les jardins évoquent les prairies maritimes. On craque pour les immenses «galets» gris qui flanquent le chemin de part et d’autre. À l’est, le marais existant est mis en valeur par un laminage de quais.

On craque pour les immenses «galets» gris qui flanquent le chemin de part et d’autre. Photo: Maxime Brouillet

On a aussi porté une attention particulière à la biodiversité. Pas moins de 1 055 arbres, 28 950 arbustes et 117 000 herbacées indigènes ont été plantés.

On espère que les berges du fleuve redeviendront avec ce projet un lieu de rencontre, comme c’était le cas au siècle dernier.

On espère que les berges du fleuve redeviendront avec ce projet un lieu de rencontre, comme c’était le cas au siècle dernier. Photo: Adrien Williams

D’autres projets dignes de mention

Les prix d’excellence de l’OAQ donnent l’occasion de découvrir d’autres réalisations remarquables au Québec.

L’École de l’Étincelle à Chicoutimi, issue du Lab-École, offre douceur aux élèves avec son écrin de bois et de blanc. L’ensemble aurait selon nous mérité une touche de couleur ou plus d’arbres, mais ce n’est qu’un détail.

L’École de l’Étincelle à Chicoutimi, issue du Lab-École, offre un écrin de douceur aux élèves. Photo: Maxime Brouillet

L’Atelier Pierre Thibault s’illustre encore une fois cette année. En collaboration avec ultralocal architectes, la firme a conçu la Distillerie du St.Laurent. Malgré son aspect industriel, le tout ne détonne pas dans le paysage de Rimouski.

Malgré son aspect industriel, la Distillerie du St.Laurent. ne détonne pas dans le paysage de Rimouski. Photo: Maxime Brouillet

On peut voir tous les projets lauréats sur le site web de l’OAQ. Qui sait, ça pourrait vous donner des idées d’escapades au Québec.