Éditorial

Auteur(e)

Jean-Benoît Nadeau

Chroniqueur au Devoir et collaborateur au magazine L’actualité, Jean-Benoît Nadeau a publié plus de 1 000 reportages et chroniques, remporté deux douzaines de prix journalistiques et littéraires, signé huit livres, vécu dans trois pays, élevé deux enfants et marié une seule femme.

L’expérience du Lab-école

Malgré la polémique que son annonce a provoquée dans le milieu de l’éducation, il faut se réjouir du projet de Lab-école, une initiative proposée par trois personnalités de premier plan: le chef cuisinier Ricardo Larrivée, le triathlonien Pierre Lavoie et l’architecte Pierre Thibault.



Le terme «Lab-école» vient tout droit du dernier budget Leitão, où il n’est mentionné que très brièvement. Le Lab-école, c’est tout simplement un groupe de réflexion bénévole sur l’architecture scolaire, appelé pompeusement «laboratoire» ou «Lab-école». Profitant d’une subvention de fonctionnement de 1,5 million de dollars sur un an, le Lab-école aura pour mission d’accoucher des plans de l’école de demain.

La polémique autour du projet s’explique d’abord par le fait que le collègue Denis Lessard de La Presse, à qui nous devons le scoop de jeudi dernier, a bousculé le calendrier d’un projet qui ne devait être annoncé qu’après Pâques et qui n’était pas encore ficelé. Nombre d’intervenants ont appris par les médias l’existence de cette initiative pour laquelle ils n’avaient pas été consultés – et pour laquelle ses principaux promoteurs n’étaient eux-mêmes pas disponibles pour répondre aux médias, étant occupés à autre chose.

Tout de même, il s’est trouvé un Pierre Thibault pour dire à Alain Gravel: «Une bonne école bien conçue, cela vaut un prof adjoint.» Ce qui résume joliment l’enjeu d’écoles démodées et délabrées.

Il est tout à fait louable de voir trois personnalités qu’on n’associe pas directement au milieu éducatif prendre en main la problématique de l’organisation physique de l’école. Cette initiative fait penser à la croisade du financier Jacques Ménard contre le décrochage scolaire, en 2009.

Cette initiative n’arrive pas dans le vide. Sur avenues.ca, notre collègue Emilie Laperrière, dans son texte Réinventer l’école, faisait d’ailleurs état de plusieurs expériences probantes de rénovation scolaire ailleurs dans le monde, mais ici aussi, au Québec, comme Design 375˚ou l’Académie Sainte-Anne.

Photo: Pixabay
Photo: Pixabay

Il faut toutefois déplorer la réaction épidermique des représentants syndicaux, qui ont dégainé plus vite que leur ombre en tirant à boulets rouges sur l’initiative.

Ceux-ci reprochaient unanimement au Lab-école de faire un travail de réflexion sans les enseignants. Pourtant, la formulation même du projet dit exactement le contraire. En effet, on peut lire dans le plan économique du Québec, section éducation, page 27:

«En collaboration avec des leaders engagés, des chercheurs, des architectes et le milieu scolaire, le "Lab-école" examinera les meilleures pratiques et les plus beaux exemples de réussite pour développer l’expertise québécoise en cette matière et mettre en commun les connaissances de ces collaborateurs en vue de construire les écoles les plus stimulantes et admirées au monde.»

À la décharge des enseignants, il faut bien dire qu’ils sont épuisés de traiter avec un gouvernement qui a joué deux ans de trop au pompier pyromane. Il n’y a rien de glorieux à entendre le ministre Leitão se péter les bretelles parce qu’il doit embaucher 2000 éducateurs dans l’urgence après avoir pratiqué deux ans de coupes inutiles, voire nocives.

Le gouvernement doit beaucoup au milieu éducatif, qui s’est mobilisé pour garder le cap sur certains objectifs, comme la lutte au décrochage scolaire, qui a diminué de 10% en dix ans à Montréal malgré les compressions budgétaires. Chapeau!

Cela dit, il nous semble que, dans le très vaste milieu éducatif québécois, il y a de la place pour toutes les réflexions. Des dizaines de groupes de réflexion travaillent déjà à la nuée de défis pédagogiques que les années de vaches maigres ont aggravés.

Cela n’interdit nullement d’amorcer, en parallèle, une autre réflexion sur le long terme en matière d’architecture scolaire.

Nous formulons trois vœux par rapport aux travaux du Lab-école:

1) Qu’il ne cède pas aux «lubies» et aux «gadgets».

Nos écoles soviétiques sans fenêtres étaient une idée géniale des années 1960, alors que l’on investissait lourdement en éducation. Quant aux fameux tableaux blancs de Jean Charest, ils étaient censés réinventer l’enseignement, rien de moins. Nos trois mousquetaires du Lab-école devront d’ailleurs transcender leurs propres lubies — on pense ici à Ricardo et son jardinage urbain. On ne voudrait pas que leur architecture s’inspire des «cubes énergie» de Pierre Lavoie…

2) Qu’il sache éviter le syndrome du pont Champlain!

Les recommandations du Lab-école seront inutiles si notre administration scolaire ne se guérit pas de son pire défaut: la négligence.

Car le délabrement des écoles, qui n’a rien à voir avec leurs défauts de conception, est essentiellement le fait de l’incurie du gouvernement et des commissions scolaires, qui n’ont pas assumé leur responsabilité la plus élémentaire en matière d’entretien et qui ont laissé péricliter un capital bâti qui a coûté des milliards aux Québécois.

Car à quoi servira-t-il au ministre Proulx et à ses successeurs de vouloir les meilleures écoles du monde si le Conseil du trésor sabote tout le travail en s’arrangeant pour que nous ayons les «meilleures écoles» les plus «déflaboxées»?

3) Enfin, que le mieux est l’ennemi du bien.

Il est bon de se rappeler que ce que réclame le milieu, ce ne sont pas les «meilleures écoles au monde», mais de «meilleures écoles, tout simplement».

Éditorial

Auteur(e)

Jean-Benoît Nadeau

Chroniqueur au Devoir et collaborateur au magazine L’actualité, Jean-Benoît Nadeau a publié plus de 1 000 reportages et chroniques, remporté deux douzaines de prix journalistiques et littéraires, signé huit livres, vécu dans trois pays, élevé deux enfants et marié une seule femme.