Éditorial

Auteur(e)

Jean-Benoît Nadeau

Chroniqueur au Devoir et collaborateur au magazine L’actualité, Jean-Benoît Nadeau a publié plus de 1 000 reportages et chroniques, remporté deux douzaines de prix journalistiques et littéraires, signé huit livres, vécu dans trois pays, élevé deux enfants et marié une seule femme.

LA GRÈCE DIT NON AU RÉGIME MINCEUR


style="color: #000000;">«Euphorie», «démocratie», voilà de bien jolis mots d'origine grecque que nous inspire le référendum de dimanche, suivi de près par l'ensemble de la presse mondiale. En espérant qu'il n'en découlera pas d'autres mots grecs beaucoup moins sympas, comme «tragédie» et «catastrophe».

Ainsi donc, les Grecs ont dit non à 61 %... mais à quoi, au juste?

Officiellement, le référendum de dimanche portait sur des mesures d'austérité proposées par l'Union européenne le 25 juin dernier. Or, ces mesures et ce plan sont devenus caducs le 30 juin quand la Grèce n'a pas acquitté un versement de 1,5 milliard d'euros au Fonds monétaire international. Donc, 61 % des Grecs ont dit non le 5 juillet à un non-plan.

Que va-t-il se passer? C'est la question à 323 milliards d'euros - le montant total de la dette grecque, dont les trois quarts sont garantis par les pays membres de la zone euro. Deux jours après le référendum, les chefs d'État et les ministres des Finances de la zone euro tiendront une réunion d'urgence à Bruxelles. Espérons que ce ne sera pas pour chanter Acropolis, adieu.

La seule certitude : les Grecs, qui ont beaucoup souffert depuis 5 ans des mesures d'austérité et encore davantage la semaine dernière de la fermeture des banques, ne sont pas au bout de leur peine.

Car il est probable qu'en disant non, les électeurs grecs aient succombé au chant des sirènes. Certes, le Premier ministre grec a fait valoir : «Dites non aux mesures d'austérité : les pays membres de la zone euro ne peuvent pas nous lâcher.» Mais il est possible que, au contraire, le non grec fournisse aux pays membres de l'euro l'excuse attendue pour arrêter les frais et lâcher la Grèce.

L'échéance est connue : le 20 juillet prochain, la Grèce est censée rembourser un prêt de 3,5 milliards d'euros à la Banque centrale européenne. Elle n'aura pas plus d'argent à cette date qu'elle n'en avait la semaine dernière, à moins bien sûr que les membres de la zone euro lui proposent un nouveau règlement. Ce dont on peut douter puisque 61 % des électeurs ont dit non aux mesures d'austérité.

Toute monnaie est basée sur la confiance. Le mot même de crédit vient du latin credere, qui a donné croire en français. La population grecque, par son non massif, a rompu le dernier lien de confiance : celui que les autres pays membres pouvaient avoir avec elle, par delà le gouvernement grec qui, lui, en avait très peu.

Du côté européen, la catastrophe serait que la crise grecque fasse perdre toute crédibilité à l'euro en tant que monnaie. La faillite d'un État de 11 millions d'habitants, c'est très grave. Il est probable que les pays membres de la zone euro sacrifient les Grecs pour maintenir la confiance.

C'est déjà commencé. La Banque du Canada jugeait en juin que les répercussions d'une faillite grecque présentaient un risque de contagion «modéré» justement parce que la zone euro s'emploie depuis cinq ans à limiter les risques de contagion. Malgré tous les problèmes de la Grèce, les autres pays à risque comme l'Espagne, le Portugal et l'Irlande sont en mesure d'emprunter à des taux très bas - même s'ils ne sont pas entièrement sortis du bois eux-mêmes. Bref, les marchés financiers continuent de croire à l'euro même s'il ne reste que 61 % des Grecs pour croire à la Grèce.

La Grèce s'apprête peut-être ainsi à vivre une véritable tragédie. La métaphore n'est pas gratuite : l'essence même d'une tragédie est d'observer le personnage principal dans l'engrenage de la fatalité. Ce à quoi on assiste, c'est à une collision catastrophique au ralenti : deux groupes qui, inexorablement, par leur propre pesanteur, foncent l'un vers l'autre sans frein ni direction.

Le fait est que la Grèce, en entrant dans l'euro en 2002, a mis le doigt dans un engrenage. Les 11 pays fondateurs de l'euro ont encouragé la candidature d'un pays qui avait du mal à rencontrer les critères de base - et qui, depuis, a reconnu avoir maquillé son dossier de candidature. Mais les Européens étaient alors très préoccupés par la nécessité de légitimer leur monnaie et ils recherchaient les adhésions à tout prix. On voit ce que cela a donné.

Entre 2002 et 2008, la Grèce a vécu à crédit un beau rêve, confondant compte en banque et conte de fées. L'euro lui a donné accès à du crédit à faible taux. La bulle grecque a éclaté en 2008 quand la récession a resserré le crédit partout. Les banques européennes, qui avaient prêté 240 milliards aux Grecs, se sont réveillées au bord du gouffre. Les pays membres de la zone euro ont donc racheté la dette de leurs banques et exigé que la Grèce agisse. Ce qu'elle a fait, sans effet : le poids de sa dette par rapport à son PIB était trop important. Et puis la Grèce n'est pas une victime innocente dans cette histoire : la Grèce produit peu, l'État peine à collecter les impôts et une large part de son économie est souterraine - une série de défauts qui sont là depuis longtemps et que tout le monde refusait de voir en 2002.

On est donc en présence de deux anomalies. Un pays qui n'aurait jamais dû accéder à l'euro. Et une monnaie, l'euro, avec une structure bancale. ll y a bien une banque centrale, mais il n'existe aucun mécanisme budgétaire, ni aucune action fiscale possible.

La crise grecque est donc une occasion en or pour la zone euro de surmonter son infirmité de naissance. Le danger est évidemment de sacrifier la Grèce. Le processus est déjà en oeuvre : en ne prêtant plus un centime aux banques grecques, les membres de la zone euro forceraient la Grèce à réimprimer sa propre monnaie, s'excluant elle-même de la zone. Ce faisant, ils ouvriraient la  boîte de Pandore (autre mythe grec).

L'économiste français Thomas Piketty, célébrité mondiale depuis qu'il a publié son livre le Capital au 21e siècle, vient d'ailleurs de servir une leçon aux Allemands qui polluent le débat depuis le début en se positionnant en gardiens de la morale et du conservatisme financier.

Dans une interview au quotidien allemand Die Zeit, Piketty  explique que l'Allemagne n'a de leçon à donner à personne d'abord parce qu'elle ne se sacrifie pas pour la Grèce : la dette grecque lui est très profitable, puisqu'elle emprunte à très bas taux pour prêter beaucoup plus cher aux Grecs. (En fait, plus les Grecs paraissent mal dans cette histoire, plus c'est payant.) Il fait aussi valoir qu'après 1945, alors que l'Allemagne était endettée à 200 % de son PIB, les alliées lui ont permis de sortir du trou en effaçant 60 % de sa dette. L'Allemagne s'est tiré d'affaire deux fois au 20e siècle parce que son ardoise a été effacée deux fois. 

Thomas Piketty croit que ce dont l'Europe a besoin, c'est d'une conférence paneuropéenne pour restructurer la dette de tous les membres de l'eurogroupe, à commencer évidemment par ceux qui ont des difficultés. La condition est évidemment que tous gardent la tête froide, ce qui est n'est évidemment pas le cas en ce moment.

Souhaitons bonne chance aux Grecs. Ils en auront bien besoin. Kalí̱ týchi̱ !