La chronique Partir

Auteur(e)

Marie-Julie Gagnon

Auteure, chroniqueuse et blogueuse, Marie-Julie Gagnon se définit d’abord comme une exploratrice. Accro aux réseaux sociaux (@technomade sur Twitter et Instagram), elle collabore à de nombreux médias depuis une vingtaine d’années et tient le blogue Taxi-brousse depuis 2008. Certains voyagent pour voir le monde, elle, c’est d’abord pour le «ressentir» (et, accessoirement, goûter tous les desserts au chocolat qui croisent sa route).

25 septembre 2018

Escale à Annecy, la Venise des Alpes

On m’avait vanté les charmes d’Annecy, en région Auvergne-Rhône-Alpes, et l’eau cristalline de son lac. «Tu vas voir, c’est comme se baigner dans une bouteille d’eau Evian», m’avait dit un ami. Dans tous les yeux des initiés croisés les jours précédant mon arrivée, la même lueur apparaissait à l’évocation du chef-lieu et préfecture de la Haute-Savoie. «C’est tellement beau!» Pas étonnant qu’au moment où je suis montée dans le train, à Paris, mes attentes étaient aussi grandes que les montagnes que j’allais rejoindre!

Disons-le d’entrée de jeu: je n’ai pas été déçue. Déjà, peu avant l’arrivée, la beauté du paysage m’a obligée à rester éveillée, moi qui peinais à m’ouvrir les yeux après une sieste d’une bonne heure et demie. Comment dormir alors qu’on se retrouve face à un tel tableau? Le lac du Bourget, avant d’apercevoir celui d’Annecy, m’avait déjà conquise. L’arrivée a cependant été un peu plus chaotique…

Photo: Marie-Julie Gagnon
Photo: Marie-Julie Gagnon

Bienvenue à Annecy!

Étant trop chargés pour nous rendre à pied jusqu’à l’hôtel, ma famille et moi montons dans un taxi près de la gare. Moins de cinq minutes plus tard, le chauffeur arrête la voiture devant une barrière. «Ça fera 17 euros.» DIX-SEPT EUROS? Pour 2,5 km?!! «Vous avez dix bagages», rétorque simplement le chauffeur, visiblement agacé.

Parmi les bagages qu’il pointe se trouvent quatre petits sacs d’emplettes, que nous avons nous-mêmes mis dans le coffre de la voiture, comme tout le reste, d’ailleurs. L’homme me toise et se met à soupirer. J’ai l’impression de me retrouver devant le pire des clichés associés aux Français, clichés que j’ai toujours été la première à déboulonner. J’explose. Non seulement le prix est ridicule, mais en plus, il ne nous dépose même pas devant l’hôtel, plaidant que personne n’ouvre la barrière qui y mène, quelques mètres plus loin. Je soupire à mon tour, paie et m’enfuis en empoignant mes sacs.

Au Boutik Hotel, l’accueil impeccable me redonne rapidement le sourire. Chacune des douze chambres de ce nid charmant, qui se définit comme un «laboratoire d’atmosphères», est décorée avec goût. De nombreuses antiquités sont disséminées un peu partout, créant un effet «bric-à-brac chic» parfaitement équilibré. Un salon de thé et un joli jardin accueillent aussi les visiteurs. Je m’imagine très bien lire et écrire tranquillement un été entier dans ce lieu sans fausse note, entre deux randonnées.

Photo: Marie-Julie Gagnon
Le charmant salon de thé du Boutik Hotel. Photo: Marie-Julie Gagnon

La Venise des Alpes

À quelques pas de l’hôtel, le lac d’Annecy est particulièrement invitant par cette journée chaude. Comme il se fait tard, nous allons plutôt nous balader au centre-ville à la recherche d’un restaurant. Raclette? Tartiflette? Fondue savoyarde? Pourquoi pas un peu de tout?

Photo: Marie-Julie Gagnon
Photo: Marie-Julie Gagnon

Bien que le lac nous rappelle le lac Léman, dans le pays voisin, nous comprenons rapidement d’où vient le surnom de «Venise des Alpes». Les terrasses qui bordent les canaux sinueux donnent envie de flâner en regardant le spectacle de la rue. Les maisons colorées titillent immanquablement les Instagrameurs du dimanche. Les touristes se massent autour d’un amuseur de rue. Si elle attire les mordus de ski en hiver, la ville me semble parfaite pour les amoureux de l’été.

Photo: Marie-Julie Gagnon
Photo: Marie-Julie Gagnon

Le lendemain, en prenant part à une visite guidée, j’apprends qu’Annecy, comme Nice, a été annexée à la France à la suite du traité de Turin en 1860, et que Cézanne a séjourné à Talloires, tout près d’ici. Depuis la terrasse du château médiéval, ancienne résidence des comtes de Genève, je pousse un grand «Wow!» en contemplant la ville, en bas. Oui, mes amis avaient raison. C’est si beau!

Photo: Marie-Julie Gagnon
Vue sur Annecy depuis le château. Photo: Marie-Julie Gagnon

Après une courte randonnée et une croisière d’une heure, nous cédons enfin à la tentation et plongeons dans le lac. Bien que les baigneurs soient trop nombreux en cette journée de canicule pour qu’on ait l’impression de se sentir dans une bouteille d’eau d’Evian, faire trempette dans une carte postale me convient tout à fait! Pas de doute, j’aurai moi aussi une lueur dans les yeux à l’évocation de ce petit coin de paradis…

Photo: Marie-Julie Gagnon
Croisière sur le lac d'Annecy. Photo: Marie-Julie Gagnon

P.-S. – Le taxi vers la gare nous a coûté aussi cher au retour, mais dans une voiture de luxe ET avec un service impeccable. Nous avons même laissé un pourboire au chauffeur, malgré la longue attente causée par la pénurie de taxis en haute saison.

À faire:

  • Icône de la ville, le Palais de l’Île a été une prison, un palais de justice et un centre administratif. Il est possible de le visiter.
  • Le marché a lieu trois fois par semaine en été.
  • Les possibilités de randonnées sont nombreuses. Du sommet de la Tournette, à 2400 mètres, par temps dégagé, on aperçoit le mont Blanc et le lac d’Annecy.
  • L’hiver, on troque les bottes de rando pour les skis. «Les deux stations les plus connues sont La Clusaz et Le Grand-Bornard», précise notre guide, Denis Fogola.
  • L’une des activités de prédilection des amateurs de plein air est le tour du lac d’Annecy à vélo, sur une distance de 45 km.
Aux terrasses du lac d'Annecy. Photo: Marie-Julie Gagnon
Les terrasses du Lac Annecy. Photo: Marie-Julie Gagnon

Quelques adresses:

  • Glacier des Alpes: parmi les meilleures glaces dégustées à vie (oui, incluant celles en Italie!).
  • Les Terrasses du Lac Annecy: pour boire un verre avec une vue splendide.
  • Boutik Hotel, charmant, douillet et bien situé. Les douze chambres sont toutes très différentes les unes des autres. On trouve «La cabane», la «Oscar Wilde», la «White Bohemian»… On adore!

Merci à Air Transat, qui propose des vols Montréal-Paris tous les jours de l’année (et quelques vols depuis Québec), à Rail Europe, à Atout France Canada et à l’Office de tourisme du lac d’Annecy.