Photo: Scott Goodwill, Unsplash
Photo: Scott Goodwill, Unsplash
12 juillet 2018Auteure : Anne Pélouas

Capsule santé plein air estival

Le nombre de cas de la maladie de Lyme augmente de plus en plus au Québec. Ce n’est pas une raison pour ne pas aller faire de la randonnée, du vélo, du canot et du camping. Mais «mieux vaut prévenir que guérir», comme dit l’adage. Être bien informé et bien protégé peut vous éviter beaucoup de désagréments, et vous permettre de continuer à pratiquer vos activités préférées.

Une tique, une bactérie

La maladie de Lyme est causée par une bactérie qui se transmet par la piqûre d’une tique connue sous les noms de «tique du chevreuil» et de «tique à pattes noires». Elle vit surtout dans les forêts, les boisés, les hautes herbes et les tas de feuilles mortes. C’est donc dans ces environnements qu’il faut être le plus prudent, en vacances, mais aussi dans un parc urbain ou dans son propre jardin!

Seulement 20% de ces acariens sont porteurs de la bactérie responsable de la maladie, mais les chiffres font tout de même un peu peur. Plus de 300 000 personnes sont en effet diagnostiquées chaque année aux États-Unis, alors qu’au Québec, la Direction de santé publique ne recensait que 329 cas début juin.

Pas de quoi s’alarmer, mais il reste que la progression est fulgurante, surtout dans les régions limitrophes des États-Unis, en Estrie (137 cas en 2017) et en Montérégie (102 cas en 2017). Ce n’est qu’une question de temps pour voir cette petite bête apparaître plus au nord et à l’est de la province.

C’est en effet une grande voyageuse, qui se balade à dos d’oiseaux migrateurs, puis une fois chez nous, elle adore le poil des souris à pattes blanches et celui de nos beaux cerfs de Virginie. Elle adore aussi se tenir sur des végétaux, attendant le passage d’une «victime» pour se gorger de sang. 

alt="plein-air-estival-tique"

Une piqûre insidieuse

Les tiques infectées affectionnent particulièrement les cuisses, l’aine, les aisselles, le nombril, les oreilles, l’arrière des genoux et les cheveux. Leurs piqûres sont souvent sans douleur et peuvent passer inaperçues, ce qui n’exclut pas le risque de maladie.

Les symptômes, qui varient selon les personnes, apparaissent entre 3 et 30 jours après la piqûre. Le symptôme le plus courant est une rougeur sur la peau qui s’agrandit de jour en jour ou qui disparaît dans le meilleur des cas. Fièvre, fatigue, mal de tête, raideur à la nuque figurent parmi les autres symptômes à surveiller.

Sans traitement, ils peuvent s’aggraver dans les semaines et les mois qui suivent l’infection. La maladie de Lyme peut alors affecter les articulations, le système nerveux et causer des problèmes cardiaques. D’où l’importance de ne pas prendre le risque à la légère.

Le meilleur traitement est par antibiotique. Sa force dépend du stade de l’infection. Le traitement est relativement simple lorsque la maladie est en phase précoce, mais nettement plus complexe lorsque la maladie est avancée.

Pour en savoir plus, consultez le document Manifestations cliniques et traitement de la maladie de Lyme  de la Direction de santé publique de la Montérégie.

Pleins feux sur la prévention

Précautions pour éviter les piqûres:

  • Portez des vêtements longs, des bas et des souliers fermés ainsi qu’un chapeau;
  • Utilisez un chasse-moustiques pour les parties du corps qui demeurent exposées;
  • Restez sur les sentiers et évitez les balades dans les herbes hautes.

Au retour d’une activité extérieure:

  • Prenez un bain ou une douche dans les 2 heures et vérifiez si des tiques ne sont pas attachées à la peau;
  • Examinez votre équipement (sac à dos, vêtements) pour éviter d’introduire une tique dans votre maison;
  • Si vous en trouvez, éliminez-les puis mettez vos vêtements dans la sécheuse à température élevée pendant 10 minutes ou lavez-les d’abord à la machine à l’eau chaude, pendant au moins 40 minutes;
  • N’oubliez pas d’examiner chiens ou chats.

Que faire en présence d’une tique sur la peau?

Les risques d’infection sont minimes si la tique est enlevée dans les 24 heures. L’idéal est donc de la retirer au plus vite, mais de la bonne façon pour ne pas aggraver le problème. Dans le doute, appelez Info-Santé (811) ou consultez un médecin.

Une tique peut tripler de volume lorsqu’elle est remplie de sang, ce qui permet de la repérer plus facilement en cas de piqure.

  • Ne l’enlevez pas avec vos doigts. Vous risqueriez de presser son abdomen et d’augmenter le risque de transmission de la bactérie.
  • Il faut saisir la tique au plus près de la peau à l’aide d’une pince fine, type pince à sourcils, et tirer doucement mais fermement jusqu’à retirer tout ce qu’on peut.
  • Placez le tout dans un contenant à pilules et gardez-le au frigo. Si l’infection se déclare tout de même, un médecin pourra la faire examiner.
  • Nettoyez ensuite la zone infectée et les mains à l’eau et au savon.

Ces conseils sont aussi valables pour un chien ou un chat, mais le mieux est d’aller voir un vétérinaire si vous en repérez sur eux. Pour plus d’informations, consultez le site du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation. 

À consulter également: le site de l’Association québécoise de la maladie de Lyme.

Et que ceci ne vous empêche pas d’aller «jouer» dehors tout l’été!


Inscrivez-vous à l’infolettre