Plage de l'Horloge, Montréal. Photo: Facebook Plage de l'Horloge.
Plage de l'Horloge, Montréal. Photo: Facebook Plage de l'Horloge.
15 novembre 2016Auteure : Emilie Laperrière

Redonner les berges aux citoyens

Après 15 ans de travaux, la Riverwalk de Chicago est maintenant complétée. La ville espère que la promenade linéaire bordant la rivière transformera l’expérience urbaine. Le projet s’inscrit d’ailleurs dans une forte tendance en Occident: la réappropriation des berges.

La rivière Chicago, qui traverse le cœur de la ville du même nom, est intimement liée au développement et à la transformation industrielle de l’agglomération. Les habitants de cette ville où l’architecture est reine ont pourtant longtemps dédaigné le cours d’eau. Celui-ci a d’ailleurs été surnommé «stinking river», soit la rivière puante, en raison de son odeur nauséabonde. Le sobriquet est aujourd’hui désuet puisque la ville a amélioré de façon notable la qualité de l’eau dans les dernières années.

Le projet qui a permis de renverser la vapeur? La Riverwalk. La promenade linéaire, conçue par Sasaki et Ross Barney Architects, longe la rivière Chicago sur deux kilomètres. Grâce à cette initiative, le cours d'eau semble désormais appartenir aux citoyens. Les Chicagoans et les touristes peuvent se promener et admirer les splendeurs architecturales de la ville, ou s’arrêter dans une des nombreuses places publiques. La Riverwalk compte aussi plusieurs bars et restaurants, des fontaines pour les enfants, ainsi qu’une série de quais et de jetées. Des activités diverses sont aussi prévues pour animer l’endroit.

Chicago Riverwalk. Photo: Michael Muraz, Flickr.
Chicago Riverwalk. Photo: Michael Muraz, Flickr.

D’autres projets dans les cartons

Maintenant que la Riverwalk est ouverte au public, la firme Ross Barney Architects se permet de rêver à la suite des choses. L’entreprise aimerait s’attaquer à la revitalisation du quartier South Side, un des plus mal desservis en matière d’espace public, en restaurant le canal aujourd’hui inutilisé pour reconnecter la communauté à la rivière. Le projet, qui est encore une ébauche, est inspirant.

Urban Rivers, un organisme à but non lucratif, souhaiterait de son côté installer des jardins flottants sur la rivière Chicago au printemps prochain. L’idée est de transformer un tronçon de la rivière en sanctuaire pour les poissons, les plantes et les oiseaux. L’espace deviendrait également la destination des kayakistes, pêcheurs et amateurs de nature.

Le groupe a lancé une campagne de sociofinancement sur Kickstarter afin de réaliser le projet. Leur vision semble séduire: l’organisme a déjà récolté plus de 18 000$ sur un objectif de 10 000$, et la population a encore une vingtaine de jours pour y contribuer.

Projet de jardins flottants sur la rivière Chicago. Photo: prise d'écran Kickstarter.
Projet de jardins flottants sur la rivière Chicago. Photo: prise d'écran Kickstarter, projet Urban Rivers.

Se baigner à Copenhague et longer la Seine

Copenhague, sur ce sujet aussi, a de quoi inspirer. Ses habitants ont un accès privilégié à l’eau. Réalisés en 2002, les Copenhagen Harbour Baths sont encore très souvent donnés en exemple. L’ensemble de cinq piscines en eaux vives, qui peut accueillir 600 personnes, a permis de transformer cet ancien quartier industriel en l’un des plus animés de la capitale danoise. En raison de son succès, le projet a depuis fait des petits dans d’autres secteurs de la ville.

À Paris, les berges de la Seine rive gauche ont cédé la place aux piétons. Jardins flottants, scènes de spectacle, bars et restaurants ont remplacé l’asphalte. Le site a attiré en seulement trois ans plus de six millions de visiteurs. En septembre, après un bras de fer avec l’opposition, le Conseil de Paris a approuvé la piétonnisation des berges rive droite. 3,3 kilomètres seront bientôt rendus aux promeneurs.

Copenhaguen Harbour Baths. Photo: Heather Cowper, Flickr.
Copenhaguen Harbour Baths. Photo: Heather Cowper, Flickr.

Et le Saint-Laurent?

À Montréal, où le port et les voies ferrées ont séparé la ville de l’eau, les projets pour améliorer l’accès au fleuve se multiplient lentement, mais sûrement. Comme le recense cet article de Radio-Canada, des plages, des promenades et des pistes cyclables riveraines sont entre autres sur la planche à dessin. Les travaux d’aménagement de la future plage de l’Est devaient par exemple commencer cet automne. L’an prochain, Verdun aura pour sa part sa plage avec une eau propre à la baignade.

Alors, prêts à plonger dans le fleuve?

Le Plan bleu vert: une étape déterminante pour la plage de l'Est. Photo: Ville de Montréal, Flickr.
Le Plan bleu vert: une étape déterminante pour la plage de l'Est. Photo: Ville de Montréal, Flickr.