Photo: Getsready.com
5 juillet 2017Auteure : Véronique Leduc

La saveur du jour

Récupération des fruits et légumes du Marché Jean-Talon, enfin!

D’un côté, des familles à faible revenu qui peinent à manger à leur faim. De l’autre, des tonnes d’aliments jetés aux poubelles. À Montréal, le Centre de ressources et d’action communautaire a eu l’idée de faire en sorte que les fruits et légumes invendus du marché Jean-Talon se rendent jusqu’aux familles de l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie qui en ont besoin.

Le projet crée l’engouement: jusqu’à maintenant, les marchands se montrent enthousiastes à fournir leurs invendus, qui autrement iraient aux poubelles à la fin de chaque journée, et l’arrondissement a annoncé la semaine dernière une contribution de 85 000 dollars au projet communautaire, qui avait fait l’objet d’un projet pilote l’an dernier.

Photo: Facebook Marché Jean-Talon
Photo: Facebook Marché Jean-Talon

Avec cette somme, l’organisme communautaire pourra louer un conteneur réfrigéré pour conserver les denrées au marché Jean-Talon et pourra se procurer un camion réfrigéré qui en assurera ensuite la distribution dans le quartier.

Le projet prévoit aussi l’installation d’une chambre froide et d’une petite cuisine commerciale dans les locaux de l’organisme afin de transformer, dès l’an prochain, une partie des aliments récupérés en sauces, confitures et conserves pour la vente. Par tous les moyens, à bas le gaspillage!

Moisson Montréal offre aussi son soutien technique pour le lancement de l’initiative, et PME MTL fournira 25 000 dollars pour installer la cuisine commerciale.

D’ailleurs, j’avais mentionné la volonté d’éliminer le gaspillage alimentaire comme faisant partie des 10 tendances qui allaient se démarquer en 2017. Voilà qui va dans cette direction puisqu’on estime que le projet permettra de récupérer 200 tonnes d’aliments chaque année.

Photo: Facebook Marché Jean-Talon
Photo: Facebook Marché Jean-Talon

La nouvelle est excellente, et une initiative comme celle du Centre de ressources et d’action communautaire ne peut qu’être applaudie, mais entre vous et moi, je suis toujours surprise de savoir que de nos jours, une telle quantité d’aliments, cultivés avec amour par des producteurs d’ici, est encore perdue. Ce genre de projet devrait, à mon avis, rapidement devenir la norme. Que ceux qui croient à la récupération et à l’élimination du gaspillage alimentaire suivent l’exemple de ce qui se passe cet été au marché Jean-Talon!

 

Inscrivez-vous à l’infolettre