Photo: depositphotos.com
3 septembre 2019Auteure : Marie-Julie Gagnon

La Voyageuse: une plateforme d’hébergement pour voyageuses en solo

Si une femme qui part seule emporte souvent bien malgré elle certaines peurs dans son baluchon, à l’inverse, les globe-trotteuses sont généralement accueillies sans crainte par les populations locales. Comment atténuer nos appréhensions si l’on souhaite dormir chez l’habitant? Une nouvelle plateforme d’hébergement baptisée «La Voyageuse» propose une réponse intéressante.

Le concept, en résumé: un réseau qui mise sur la solidarité, à la manière du site Couchsurfing, mais réservé exclusivement aux femmes. C’est grâce à une campagne de financement participatif que la Taïwanaise Christina Boixière, globe-trotteuse maintenant installée à Bordeaux, a pu lancer la plateforme en avril 2019. Abondamment relayée sur les médias sociaux, l’initiative a suscité une grande vague d’enthousiasme auprès de voyageuses de tous horizons et de toutes générations.

L’engouement médiatique ne s’est pas démenti depuis. Un reportage de France Inter le présentant a été partagé des dizaines de fois. Au cours de l’été, plusieurs médias se sont intéressés au réseau et à ses utilisatrices, dont Ouest-France, qui a présenté le parcours de Sandrine Gaspard, 52 ans. Bien que le voyage en solo ne convienne pas à toutes, comme l’a rappelé la journaliste Carolyne Parent dans Le Devoir en mai dernier, la fondatrice du site La Voyageuse reste persuadée qu’il peut changer la vie d’une personne.

Capture d'écran la-voyageuse.com

Comment ça marche?

Disponible en anglais et en français, le site affiche clairement ses couleurs dès la page d’accueil: «Girls, the world is yours, peut-on lire (en anglais même dans la version française). Rencontrez des hébergeuses de confiance dans le monde entier.» Un abonnement annuel d’une centaine d’euros est exigé pour pouvoir contacter des hébergeuses par son entremise. Les hébergeuses ne touchent pour leur part pas un sou, le principe reposant sur la gratuité, comme le rappelle le magazine français Biba. Le montant des abonnements sert plutôt à assurer la maintenance du site et à payer les employés qui effectuent les vérifications d’identité.

À TV5 Monde, la fondatrice a confié vouloir aider les femmes de partout à aller au bout de leur rêve de voyage: «Voyager seule pour une femme est un acte courageux et pour des femmes qui viennent de pays comme l’Inde ou la Chine, c’est presque un acte révolutionnaire. On cherche à émanciper les femmes, à leur offrir une forme de liberté. Nous voulons qu’elles se sentent bien mais surtout indépendantes.»

Comment éviter la prolifération de faux comptes? Christina Boixière, qui a connu de mauvaises expériences au fil des ans, a pensé à tout. «Pour éviter à d’autres voyageuses en solo de connaître des expériences désagréables, La Voyageuse suit un protocole de sécurité hybride, résume TV5 Monde. Les profils des inscrites sont vérifiés en deux temps, à la fois sur le plan digital et sur le plan humain. Les utilisatrices doivent envoyer un scan de leurs papiers d’identité. Les informations sont ensuite comparées avec les profils. Une fois cette étape passée, les candidates sont jointes au téléphone par l’équipe du site internet, qui les interroge sur leurs situations et leurs motivations. Seules les candidates les plus sérieuses sont retenues.»

Photo: Ibrahim Rifath, Unsplash

Pourquoi accueillir des voyageuses chez soi?

Qu’on souhaite «donner au suivant» ou voyager à travers les histoires de celles qui s’arrêtent chez nous le temps d’une ou de quelques nuits, les raisons de devenir hébergeuse sont également nombreuses. Parcourir le site donne envie de partir à l’aventure, mais aussi de devenir celle chez qui on s’arrête. En plus de faire la promotion de l’égalité des sexes, le réseau permet aussi de renforcer la confiance des voyageuses: «La peur de l’insécurité est la principale raison qui empêche les femmes de voyager seules. En lui offrant un endroit sûr où rester, vous aidez une femme à réaliser son rêve.»

«Vous apprendrez à connaître une autre culture, peut-on lire sur la FAQ. Mieux encore, vous partagerez votre culture avec votre invitée. Elle retournera dans son pays raconter la personne incroyable que vous êtes. Vous accueillerez une femme qui peut vous inspirer avec ses histoires, sa manière de penser. Elle pourrait changer la façon dont vous voyez le monde. Elle pourrait même devenir votre amie pour le reste de votre vie.»

Qui a dit qu’il fallait absolument traverser des frontières pour découvrir le monde?