12 septembre 2019Auteure : Anne Pélouas

Randonnée suisse au pied du Matterhorn

Avec 38 sommets de plus de 4000 mètres, la région de Zermatt, en Suisse, s’impose comme le paradis de la montagne. Même en automne, quand la neige commence (parfois) à tomber au-dessus de 2000 mètres d’altitude, la randonnée demeure magique. Les fleurs ont presque toutes disparu, mais les buissons et sous-bois se colorent en rouge et les mélèzes, en jaune. À vos bâtons!

Le Matterhorn (que les Français nomment Cervin) se dresse dans toute sa splendeur sur les hauteurs de Zermatt, dans le sud de la Suisse. Le roi solitaire attire chaque été des milliers d’alpinistes qui s’attaquent à ses parois dans l’espoir d’atteindre son sommet, à 4478 mètres de haut. Les amateurs de randonnée peuvent pour leur part profiter de centaines de kilomètres de sentiers très bien marqués entre 1400 et 3000 mètres d’altitude.

Le Matterhorn se dresse dans toute sa splendeur. Photo: Anne Pélouas

Le Sentier des cinq lacs 

Cette randonnée à la journée est l’une des plus belles à faire pour profiter à plein de la vue sur les sommets environnants, dont le fameux Matterhorn. De Zermatt, déjà à 1620 mètres d’altitude, on monte en funiculaire jusqu’à Sunnegga, dans les alpages.

Photo: Anne Pélouas

Quelques minutes à peine et nous voilà sous le glacier Finder et le sommet Rothorn (3103 mètres), déjà au-dessus de la limite des arbres à 2286 mètres d’altitude. C’est d’ici que commence notre randonnée du jour, en plein cœur de ce qui deviendra dans quelques semaines à peine le domaine skiable de Zermatt.

Photo: Anne Pélouas

Le décor est grandiose avec le Matterhorn au sud-ouest et cette immense chaîne enneigée au-dessus de nous. Le Sentier des cinq lacs – de niveau facile – court à flanc de montagne en grimpant doucement. Il transite ensuite par cinq petits lacs donnant de belles occasions de photographier le «géant des géants» avec son reflet inversé dans l’eau. Le sifflement des marmottes accompagne nos pas. Le sol porte les stigmates de la fonte du glacier Finder, avec ses pics de moraines noircies.

Photo: Anne Pélouas

Le sentier redescend, après moins d’une heure de marche, dans un vallon avant de remonter vers Grünsee à 2300 mètres. En ce début d’automne, l’alpage est givré et a presque perdu toutes ses fleurs. Les tapis de baies rougissent et les mélèzes n’ont pas encore pris leur teinte dorée. Les cours d’eau dévalent la pente, alimentant des plans d’eau.

Photo: Anne Pélouas

C’est l’heure de la pause à Grünsee, sur le flanc du Gornergrat, où trône une petite auberge de montagne. Sur la terrasse ensoleillée du Ze Seewjinu, je sirote un Rivella, boisson suisse, style Canada Dry naturel, dont le principal ingrédient est du petit-lait. Délicieux!

Le sentier descend ensuite un peu et traverse une forêt dont on s’étonne de la grandeur des arbres à plus 2000 mètres d’altitude. Les vieux mélèzes voisinent avec des arolles, rois des pins alpins. Au débouché de la forêt, le Matterhorn joue toujours les sentinelles! On ne le quittera presque plus des yeux de la journée.

En train à crémaillère

À Riffelalp (2211 mètres), nous rejoignons la ligne de train qui monte de Zermatt au Gornergrat, sommet de 3089 mètres surplombant le glacier Gorner. On peut bien sûr encore grimper à pied jusque-là dans l’alpage râpé, mais l’occasion est trop belle d’expérimenter la montée à bord du train Gornergrat Bahn. Un panneau annonce - 8 degrés au Matterhorn, - 2 au Gornergrat… mais le soleil réchauffe le corps!

La ligne de train monte de Zermatt au Gornergrat, sommet de 3089 mètres surplombant le glacier Gorner. Photo: Anne Pélouas

Le train à crémaillère en plein air, datant de la fin du 19e siècle, est le plus haut d’Europe. La ligne serpente à flanc de montagne en gagnant 868 mètres d’altitude. À l’arrivée, il faut monter sur la terrasse panoramique surplombant l’hôtel-restaurant du sommet pour profiter encore du paysage: sept grands glaciers se partagent le tableau et six pics de plus de 4000 mètres les surplombent, dont le mont Rosa et le mont Dufour. La neige recouvre déjà tout à partir de 3000 mètres, y compris une bonne partie du Matterhorn, plus loin.

Pour le retour, on peut opter pour la descente en train jusqu’à Zermatt, mais pourquoi bouder son plaisir quand la journée est belle et encore jeune? Plusieurs sentiers mènent en descente permanente à Riffelberg (2582 mètres), puis à Riffelalp (2211 mètres). On peut donc facilement repartir à pied dans l’alpage, histoire de profiter encore d’une vue panoramique sur ces montagnes uniques, en reprenant le train à la limite des arbres pour rentrer dans la vallée.

À faire dans la région de Zermatt:

  • Longue randonnée Europaweg de Grächen à Zermatt: 2 jours, entre 1600 et 2200 mètres d’altitude; passage par le pont Charles Kunoen, le plus long pont suspendu piétonnier au monde (494 mètres)
  • Escalade: pour les pros
  • Vélo de montagne: 170 km de sentiers et 14 itinéraires, entre 1400 et 3100 mètres d’altitude; les trains acceptent les bicyclettes
  • Via ferrata des gorges de la Gorner (1 km de long; 3 à 4 h) ou Schweifinen (3 secteurs de difficulté variable)
  • Ski d’été (ou d’automne) sur le Matterhorn Glacier Paradise: sur 21 km, à 3000 m d’altitude
  • Parapente en tandem sous le Matterhorn
  • Musée du Matterhorn\Cervin
  • Visite à pied des gorges de la Gorner
Photo: Anne Pélouas

Bon à savoir:

  • Le site de Zermatt Tourisme fournit cartes et informations complètes sur 150 choix de randonnées dans la région.
  • Le Peak Pass permet de monter à bord de n’importe quel train ou télécabine de la région; moitié prix avec le Swiss Travel Pass.
  • En automne, de bonnes bottes de randonnée sont particulièrement recommandées, de même que les bâtons et un équipement hivernal minimal (gants, écharpe, tuque, duvet), au moins pour les arrêts.

Ce reportage a été rendu possible grâce à Suisse Tourisme Amérique du Nord et à Swiss Travel Pass pour les voyages en train, bus et bateau.