Photo: Facebook Parc national du Bic
13 juin 2019Auteure : Anne Pélouas

Randonnée en cinq temps au Bas-Saint-Laurent

Randonnée, vélo ou marche littorale: la région de Rimouski a plus d’un tour dans son sac pour attirer les amateurs de plein air. Vive le Québec maritime !

Trois trésors cachés du Bic

1- Le parc national du Bic

Le parc national du Bic, avec ses anses et ses îles, est bien connu des campeurs, kayakistes et randonneurs. En tant que marcheuse, j’ai un faible pour le sentier du Pic-Champlain (6 km, 2 h) et la vue qu’il procure sur l’estuaire du Saint-Laurent, comme pour celui des Murailles (6 km, 2h), qui traverse la forêt à dos de colline avec de belles fenêtres panoramiques.

À ma dernière visite, début juin, c’est pourtant un tout petit sentier, à l’ouest du parc, qui m’a ravie. Il faut prendre le chemin de la Mer depuis la route 132 jusqu’au village de Saint-Fabien-sur-Mer, puis tourner à droite jusqu’au stationnement du parc. Le «sentier» n’est accessible qu’à marée basse, vu qu’il débute sur les roches du bord de l’eau dans l’anse à Capelans. On marche d’abord face au fleuve, puis on fait le tour en moins d’une heure de l’îlet au Flacon.

À mi-chemin, changement de décor: on atteint une pointe avec vue sur le village. La dernière section du sentier longe l’anse à Mercier. C’est beau comme tout!

Pour finir en beauté, faites arrêt sur le chemin de la Mer au Belvédère Raoul-Roy, avec vue plongeante sur l’estuaire du haut de falaises qu’affectionnent de nombreuses espèces d’oiseaux de proie.

Randonnée dans le Parc national du Bic

2- Le Domaine Floravie

Le Domaine Floravie est l’une de mes adresses préférées dans la région de Rimouski, tant pour l’hébergement que pour son cadre naturel invitant à la balade à pied. Entre le Bic et Rimouski, sur la route des Navigateurs, une rue mène à une presqu’île à l’embouchure de la rivière Hâtée, baptisée pointe à Santerre. Le fleuve est tout près, en arrière-plan d’un magnifique champ de fleurs sauvages adossé à une petite montagne collée sur le parc du Bic.

Ancien lieu de retraite d’une communauté religieuse locale, le «domaine» est un véritable havre de paix avec hébergements limités. Six pimpantes mini-maisons trônent dans la vaste prairie. Ces éco-chalets mobiles, très confortables, sont conçus avec du bois local, de l’isolant en laine de chanvre, des panneaux solaires pour le chauffage et l’électricité, des toilettes à compost et un approvisionnement limité en eau. Il y a aussi une maison et un chalet à louer sur le site, ainsi que des cabines pour personnes seules dans le bâtiment principal.

Sur place, on marche au bord de l’eau sur le sentier «entre mer et fleurs» et le sentier «entre deux mers», côté pointe à Sancerre, mais on peut surtout profiter de la marée basse pour allonger la randonnée en direction ouest.

Une autre belle balade consiste à emprunter le sentier pédestre sur la montagne qui débute près de l’accueil et grimpe en forêt. À un peu plus d’un kilomètre, un beau point de vue s’ouvre sur le Saint-Laurent. On peut poursuivre sur ce sentier jusqu’à rejoindre le secteur du Havre-du-Bic du parc du Bic.

Un des éco-chalets du Domaine Floravie. Photo: Anne Pélouas

3- Le parc du Mont Saint-Louis

Le parc du Mont Saint-Louis est un secret bien gardé du Bic, du moins pour les touristes. Je l’ai découvert par hasard sur les hauteurs du village. De la rue Saint-Elzéar, un chemin mène à un jardin communautaire et à un verger patrimonial. Plusieurs courts sentiers faciles sillonnent la petite forêt. L’un d’eux mène à la croix du mont Saint-Louis, avec un belvédère offrant un panorama inusité sur la baie du Bic et notamment l’île du Massacre, où quelque deux cents Micmacs auraient été tués par des Iroquois au 16e siècle.

Vue sur la baie du Bic et l'île au Massacre depuis le belvédère du parc du Mont Saint-Louis. Photo: Anne Pélouas

Le «sentier» du Littoral

Il porte plutôt mal son nom, mais on lui pardonne. Le sentier du Littoral est une promenade asphaltée aménagée en plein cœur de Rimouski pour les piétons et les cyclistes, mais quel cadre!

Longue de 4,3 km, la «promenade de la mer» fait face à l’île Saint-Barnabé et, au coucher du soleil, on peut passer là des moments pleins d’allégresse devant la beauté du monde. Face au centre-ville, deux belvédères ont été aménagés en hauteur. On y monte comme sur le pont d’un «bateau blanc», rappelant la belle époque des paquebots, pour profiter du paysage.

À pied, mais surtout à vélo, on peut poursuivre la balade vers l’est pour rejoindre le site historique maritime de Pointe-au-Père et vers l’ouest pour visiter les abords de la rivière Rimouski. Dans cette section, faites arrêt au «brise-lames de la rivière Rimouski», un superbe espace de détente extérieur à l’image d’un quai, dont le réaménagement a été signé par l’architecte québécois André Nadeau. 

Le sentier de la Chute Neigette

Cette fois, on file dans l’arrière-pays rimouskois pour randonner sur une section du Sentier national qui relie la chute Neigette au mont Comi (13 km aller) en traversant les monts Notre-Dame, partie de la chaîne des Appalaches.

Pour une plus courte randonnée, rendez-vous à la chute Neigette par le rang 6 Ouest, dans la municipalité de Saint-Donat. La chute elle-même, en plusieurs paliers, est magnifique. On la longe en montée par la droite avant de redescendre jusqu’à une passerelle suspendue pour traverser ainsi la rivière. Débute alors une bonne montée en forêt. On parvient à un premier point de vue offrant un panorama sur une grande falaise, les terres agricoles en contrebas et le fleuve au loin. Un peu plus loin, on sera carrément sur le haut de la falaise et la crête qui porte le nom de «faille Neigette». On peut poursuivre selon le temps dont on dispose et revenir par le même sentier.

 

Mes (autres) bonnes adresses dans la région de Rimouski:

Photo: Facebook Canyon des Portes de l'Enfer

Pour en savoir plus

Voyage dans le temps: le Bas-Saint-Laurent

Marie-Lyse Paquin

30 avril 2018

Avenues.ca