Éditorial

Auteur(e)

Jean-Benoît Nadeau

Chroniqueur au Devoir et collaborateur au magazine L’actualité, Jean-Benoît Nadeau a publié plus de 1 000 reportages et chroniques, remporté deux douzaines de prix journalistiques et littéraires, signé huit livres, vécu dans trois pays, élevé deux enfants et marié une seule femme.

17 novembre 2015

Du calme: ce sera long

La planète entière a passé le week-end scotchée à ses réseaux sociaux, à sa radio, à sa télé, à son journal, dans un vaste élan de sympathie pour le peuple français accablé par le terrorisme pour la deuxième fois en dix mois.

Aussi faut-il faire un appel au calme. Le but premier des terroristes est de provoquer des réactions qui font leur jeu. Rien ne les frustre davantage qu’un ennemi résolu qui ne tombe pas dans le panneau.

Avant de sauter trop vite aux conclusions, laissons les enquêteurs faire leur travail pour identifier les coupables, leurs complices et les ramifications du réseau impliqué. Il n’est même pas dit que la prétendue piste du passeport syrien n’est pas une manipulation de plus. N’oublions pas qu’en 2003, c’est une autre enquête bâclée sur les armes de destructions massives qui fut à l’origine de l’invasion de l’Iraq, l'une des causes directes des attentats de Paris.

S’il faut se garder de sauter trop vite aux conclusions pour ne pas attiser le problème que l’on voudrait régler, cela ne veut pas dire qu’il faille prôner l’inaction et l’attentisme. Les pays occidentaux menaient déjà la guerre à l’EI: celle-ci continuera. Comme ils continueront d’accueillir des réfugiés syriens, premières victimes de l’EI. Et le contre-terrorisme, en France et ailleurs, a déjoué plusieurs attentats cette année et il en déjouera d’autres.

alt="paris-terrorisme"

Malgré l’épouvante que suscitent les attaques de Paris, il ne faut pas perdre de vue que les terroristes ont raté leur plus important objectif — ce dont l’EI ne se vante pas. Car le carnage aurait été bien pire si les kamikazes avaient réussi au Stade de France. Leur tentative a échoué parce que le président Hollande a su garder son sang-froid: au moment de l’explosion de la première bombe, c’est lui qui a ordonné de poursuivre la partie et de ne pas évacuer les spectateurs… vers les deux autres kamikazes, qui les attendaient.

Alors que le président Hollande a annoncé une réponse impitoyable, le premier ministre Justin Trudeau, qui gère la première crise de son mandat, doit désormais établir une politique cohérente sur un sujet avec lequel il n’est visiblement pas à l’aise. Mais encore là, gardons-nous de conclusions trop hâtives. Malgré sa mollesse apparente, François Hollande s’est révélé un chef de guerre hardi depuis le début de son mandat en 2012. À Justin Trudeau de calibrer l’action canadienne, en reconnaissant qu’elle ne pourra jamais être celle de la France, puissance militaire autrement plus importante que le Canada.

La France, en bombardant Raqqa dimanche, provoquera des représailles. Mais c’est la guerre, et la guerre suppose la certitude que l’on recevra aussi des coups. Il s’agit d’en administrer davantage qu’on en prend. Espérons seulement que nos dirigeants ne prendront pas de décisions inconsidérées. Les Américains, traumatisés par les événements du 11 septembre, ont déstabilisé tout le Moyen-Orient parce qu’ils voulaient en découdre coûte que coûte.

Il est certain que, dans une telle guerre, l’une des meilleures armes sera la diplomatie. Le hasard faisant parfois bien les choses, les attaques de Paris se sont produites alors que le calendrier des trois prochaines semaines est jalonné de rencontres de chefs d’État planifiées il y a longtemps: outre le sommet du G20 les 15 et 16 novembre, il y aura le sommet de la Coopération économique Asie-Pacifique du 16 au 19 novembre, le sommet du Commonwealth du 27 au 29 novembre et la Conférence sur les changements climatiques de Paris du 30 novembre au 5 décembre.

Les chefs d’État des pays participants auront donc l’occasion de se coordonner — notamment avec la Russie, qui est peut-être la clé de la solution en Syrie. Forcera-t-on l’Arabie saoudite, pays «ami» qui soutient idéologiquement et matériellement les groupuscules islamistes et salafistes, à choisir enfin son camp?

Dans cette étrange guerre qui s’annonce, il ne fait aucun doute que toutes les démocraties occidentales devront également mener une action intérieure coordonnée, un second front aussi important que l’action extérieure.

La guerre interne sera longue, car le cancer terroriste ronge le monde occidental depuis 150 ans. Au début du 20e siècle, il se drapait alors dans l’anarchisme. Depuis 20 ans, il se pare de l’islamisme (qui n’est pas l’islam). Et quand bien même l’on vaincrait l’EI demain matin, comme on a vaincu les talibans hier, il restera encore des centaines de fanatiques à débusquer, parfois dans nos propres quartiers.

Cette guerre sera longue et elle sera laide — comme toutes les guerres. Il y aura des victoires jubilatoires et des défaites amères, des héros et des traîtres, des sacrifiés et des victimes, et de la casse de part et d’autre. C’est la seule certitude.

Éditorial

Auteur(e)

Jean-Benoît Nadeau

Chroniqueur au Devoir et collaborateur au magazine L’actualité, Jean-Benoît Nadeau a publié plus de 1 000 reportages et chroniques, remporté deux douzaines de prix journalistiques et littéraires, signé huit livres, vécu dans trois pays, élevé deux enfants et marié une seule femme.