Photo: designmilk, Flickr
3 septembre 2019Auteure : Emilie Laperrière

Le Mid-Century Modern, la tendance qui ne veut pas mourir

En 1998, le New York Times notait une nouvelle tendance. Artistes et autres gens branchés de l’époque délaissaient alors les meubles dénichés dans les brocantes au profit d’un design Mid-Century Modern. Vingt et un ans plus tard, le quotidien pourrait réécrire le même article. On s’est demandé pourquoi.

Comme son nom l’indique, le Mid-Century Modern (MCM), que l’on pourrait traduire par le modernisme du milieu du siècle, ne date pas d’hier. Inspiré du Bauhaus, le mouvement, né aux États-Unis, englobe autant l’architecture (avec Frank Lloyd Wright en tête), le design graphique que le mobilier de cette période.

Le milieu du siècle semble néanmoins difficile à cerner. Certains limitent le MCM aux années 1947 à 1957, alors que d’autres le situent de 1933 à 1965. Chose certaine, le style a atteint un sommet après la Deuxième Guerre mondiale. Puis, après avoir été brièvement délaissé de la fin des années 1960 au milieu des années 1980, il est revenu en force.

Aujourd’hui, sa popularité ne se dément pas. Que l’on feuillette les magazines de décoration, que l’on jette un œil aux nouveaux projets architecturaux ou que l’on regarde les récents restaurants en vogue, le MCM est partout.

Sans fioritures

Propulsé par les Charles et Ray Eames, Arne Jacobsen et Eero Saarinen de ce monde, le style se caractérise par des lignes épurées, des formes géométriques et des courbes organiques. Les teintes neutres dominent, ponctuées parfois de couleurs vives. Le bois est bien présent, mais il coexiste avec le plastique, la fibre de verre, le vinyle, et même le contreplaqué. Ici, la forme suit toujours la fonction, aucun élément n’est inutile.

Parmi les meubles iconiques du MCM se trouvent le fauteuil inclinable et son repose-pied signés Eames, de même que les chaises et la table tulipe de Saarinen.

Bref, un décor MCM semble tout droit sorti de la série Mad Men. Les boutiques rétro s’arrachent le mobilier de l’époque et les grands détaillants, comme EQ3 et IKEA, ont compris son attrait puisqu’il n’est pas rare d’y trouver des pièces inspirées des années 1950 et 1960.

Un des meubles iconiques du Mid-Century Modern: le fauteuil inclinable et son repose-pied signés Eames. Photo: store.hermanmiller.com

Intemporel?

Contrairement à d’autres tendances qui sont revenues à la mode avant de sombrer à nouveau dans l’oubli, comme l’art déco, l’intérêt pour le Mid-Century Modern persiste. Interviewée par le New York Times afin d’expliquer pourquoi le MCM demeure populaire si longtemps, Jill Singer, la fondatrice du magazine de design Sight Unseen, y est allée de cette réponse: «Lorsque ce style a été créé, il a été spécialement conçu pour être démocratique et pour être habité. Il est logique que cela ait un large attrait. Ce sont de beaux matériaux, des formes simples et classiques qui peuvent paraître intemporelles.»

Alex Bellos, président des magasins West Elm, soulignait pour sa part qu’en ces temps où l’Amérique s’urbanise de plus en plus, le MCM est parfait pour les petits espaces. «Je ne sais pas s’il y a une autre période avec une telle quantité de designs si joliment fonctionnels», fait-il remarquer.

L’ameublement MCM est facile à dénicher. De plus, comme le mobilier est épuré, il s’adapte facilement à tous les aménagements. Sa polyvalence constitue un atout.

Pour Joshua Holdeman, responsable mondial du design du 20e siècle chez Sotheby’s, la popularité du MCM s’explique d’ailleurs par son intemporalité. Ces meubles «se marient très bien dans les maisons et les intérieurs contemporains. Beaucoup de ces pièces n’ont pas été améliorées, mais elles semblent toujours modernes. Elles résistent encore à l’épreuve du temps», a-t-il dit en entrevue avec Curbed en 2017.

L’architecte d’intérieur Jim Walrod croit pour sa part que l’attrait tient en grande partie à sa familiarité. Après des années d’exposition à la télévision et au grand écran – sans compter dans la maison de nos parents –, le MCM est devenu un point de référence, même pour ceux qui ne connaissent pas le mouvement. La nostalgie a peut-être aussi son rôle à jouer.

Alors que les modes passent, le Mid-Century Modern reste. Mais vivrons-nous toujours dans un décor des années 1950? L’avenir nous le dira, mais vous pouvez probablement investir dans une chaise Eames l’esprit en paix!

View this post on Instagram

The Hailey Residence hasn’t changed a lot since it was built in 1959. Located in Los Angeles, it was designed by Richard Neutra. Sat on top of a steep hillside, the views from the rear balcony are fantastic. This also makes the mid-century house an impressive piece of engineering.⁠ 📷 by Douglas Friedman⁠ 👉🏻FOLLOW LINK IN BIO 👉🏻⁠ .⁠ .⁠ ➡️ Selling a mid-century house? We can certainly help you!⁠ 👉🏻REACH OUT: info@midcenturyhome.com ⁠ .⁠ .⁠ .⁠ .⁠ .⁠ .⁠ .⁠ #midcentury #midcenturyhome #architecture #architecturephotography #architecturedaily #architectureporn #midcenturymodern #midcenturymodernarchitecture #midcenturystyle #midcenturyhouse #modernist #modernistarchitecture

A post shared by Mid-Century Home (@midcenturyhome) on