La chronique Partir

Auteur(e)

Marie-Julie Gagnon

Auteure, chroniqueuse et blogueuse, Marie-Julie Gagnon se définit d’abord comme une exploratrice. Accro aux réseaux sociaux (@technomade sur Twitter et Instagram), elle collabore à de nombreux médias depuis une vingtaine d’années et tient le blogue Taxi-brousse depuis 2008. Certains voyagent pour voir le monde, elle, c’est d’abord pour le «ressentir» (et, accessoirement, goûter tous les desserts au chocolat qui croisent sa route).

7 mai 2020

Vivre dans les Caraïbes en temps de pandémie

Alors que l’été ressemble encore à une promesse lointaine pour les Québécois, les trois femmes avec qui j’ai discuté cette semaine profitent du soleil brûlant des Caraïbes. Comment se vit la pandémie à Cuba, en République dominicaine et à Antigua?


Cuba sans les touristes

Geneviève Blanchette, 43 ans, s’était promis de ne pas craquer à nouveau pour un Cubain. Séparée après avoir parrainé son ex-conjoint pour l’obtention de sa résidence permanente, elle a tout de même gardé l’habitude de se rendre à Cuba pour les vacances.

Avocate, elle a subi une opération à la mâchoire en 2011 qui lui a laissé des douleurs chroniques. Après plusieurs tentatives de retour au travail, elle s’est rendue à l’évidence en 2018: elle ne pourrait plus plaider. «J’avais besoin d’un projet, dit celle qui vit désormais grâce à son indemnité. Alors j'ai pensé que je pourrais profiter de cette retraite prématurée pour m'installer quelques mois à Cuba et améliorer mon espagnol. Puis, en mai, j'ai rencontré mon conjoint... un Cubain. On s’est installés ensemble à Santa Clara en octobre 2018, puis à Camagüey en février 2019 car c'est une ville plus agréable et qu’il est plus facile de trouver les ressources nécessaires à la vie quotidienne.»

Une rue quasi déserte de Cuba. Photo: Geneviève Blanchette

«Nous avons acheté une maison que nous rénovons à temps plein dans le but de la vendre, explique-t-elle. Je ne connais rien qui peut davantage tester le couple que les rénovations!» Leur plan: la revendre une fois les travaux complétés et venir s’installer au Canada.

Avant la pandémie, Geneviève avait l’habitude de se rendre dans quatre épiceries et un marché pour se procurer des denrées. «On ne sait jamais ce qu’il y aura, dit-elle. Il faut faire la file, surtout pour acheter du poulet. À Cuba, plus de 80% de ce qu’on consomme est importé.»

Depuis le début de la pandémie, les seules raisons valables pour sortir aux yeux des autorités sont pour faire les courses, se rendre à un rendez-vous médical ou pour une urgence. «Les autobus, les taxis et les bicis sont en arrêt, sauf pour les services essentiels.»

Le port du masque est obligatoire. Photo: Geneviève Blanchette

Le port du masque est aussi obligatoire. «Ils sont fabriqués de manière artisanale, avec du coton. Tout le monde le porte parce qu’il y a des amendes, sinon. Mais beaucoup de gens le portent mal, avec un côté détaché ou sous le nez.»

La pandémie a ravivé la peur de la faim. «Faire la file pour les courses, c’est devenu apocalyptique. Elles sont beaucoup plus longues qu’avant. Il n’y a pas de distanciation sociale. J’essaie de sortir le moins possible. La dernière fois, les rues étaient complètement envahies. Il y avait des foules partout! Je suis chanceuse: j’ai de l’argent, alors je peux acheter des aliments sur le marché noir. Des gens font la file et revendent les aliments plus cher ensuite.»

Ici, il n’y a pas de distanciation sociale. Photo: Geneviève Blanchette

Les avantages peuvent aussi être des inconvénients… «Je vis du racisme, dit Geneviève. Tout le monde essaie de m’extirper de l’argent.»

Elle dit assister régulièrement à des prises de bec qui tournent au vinaigre. «Il y a beaucoup de chicane. Les femmes sont très agressives entre elles. Je me suis fait agresser par l’une d’elles dans une boutique. Ça tourne même parfois en batailles. Ce sont les femmes qui se battent!»

Faire la file pour les courses est devenu apocalyptique. . Photo: Geneviève Blanchette

Pour cette raison, c’est surtout son conjoint qui s’occupe maintenant des courses. «Ça me stresse, moi aussi, de manquer de nourriture, même si j’en ai pour environ un mois et demi, admet-elle. Si la crise perdure et que les touristes ne reviennent pas avant 2021, ça risque de se corser. En plus, en ce moment, le temps est très chaud et sec, ce qui fait craindre pour les récoltes. C’était déjà difficile à cause du manque de pétrole et d’électricité parce que Trump a bloqué des bateaux qui venaient du Venezuela. On est toujours un peu dépendant de ce que les États-Unis vont décider de bloquer ou pas…»

A-t-elle songé à rentrer au Québec? «Il y a un vol de rapatriement prévu le 7 mai, mais je ne me vois pas laisser mon conjoint seul, ici. Sa famille vit dans une autre province et il est interdit de se déplacer d’une province à l’autre. Les Cubains n’ont pas le droit de sortir du pays en ce moment.»

Petit baume dans son quotidien chaotique: l’adoption de deux chatons rescapés quelques jours avant le début du confinement. «Je les ai nourris au biberon toutes les trois heures. Ils ont maintenant sept semaines. Ils ont de l’énergie et courent partout! Ils sont adorables et ronronnent beaucoup.»

Photo: Geneviève Blanhette

Surf et macramé en République dominicaine

Élizabeth Landry est agente de bord depuis 13 ans. Elle tient le blogue L’Hôtesse de l’air, dans lequel elle raconte des anecdotes liées à sa vie professionnelle. Il y a deux ans, la résidente de Québec de 38 ans a vendu son condo, sans trop savoir où elle aurait envie de vivre ensuite. À la même époque, elle est partie en vacances en République dominicaine avec un ami, intriguée par Cabarete, destination très prisée des sportifs. «Ça faisait longtemps que j’en entendais parler, raconte-t-elle. Je devais rester une semaine et je suis repartie un mois plus tard. Je me suis rendu compte que je me sentais bien ici, même seule.»

«J’adore le surf, poursuit-elle. J’ai loué des appartements sur Airbnb pendant quelques mois. C’était abordable, le prix moyen était d’environ 30$ la nuit. Je revenais entre mes périodes de travail. Puis, j’ai rencontré Victor, qui est mon amoureux depuis un an et demi.»

À l'horaire des journées d'Élizabeth Landry : marche et surf. Photo: Élizabeth Landry

Après quelques mois, elle a opté pour la location d’un appartement à Playa Encuentro, non loin de Cabarete. Elle y habite avec son conjoint, propriétaire d’une entreprise de location de planches de surf et professeur de cette discipline. Elle croise de nombreux expatriés dans son quartier, autant des Québécois que des Canadiens, des Français et des Anglais.

Élizabeth Landry a loué un appartement à Playa Encuentro, non loin de Cabarete. Photo: Élizabeth Landry

Son horaire du mois de mars prévoyait déjà deux semaines de congé à la fin mars. «Ma vie n’a pas changé tant que ça depuis le début de la pandémie, observe-t-elle. Je viens ici pendant les périodes où je ne travaille pas. La différence est qu’en ce moment, on n’a pas le droit d’aller à la plage, qu’on doit respecter les deux mètres de distanciation sociale et porter un masque dès qu’on sort. Il y a un couvre-feu entre 17h et 6h. Je vais quand même surfer, mais tôt le matin. Je me lève vers 5h, je bois mon café et je vais surfer jusqu’à 8h. La police arrive à la plage vers 9h… Ce n’est pas clair si on a le droit de marcher sur la plage ou pas, alors je vais marcher ailleurs ensuite.»

La plage se trouve à distance de marche de son appartement, dans un quartier résidentiel. «Peu de gens connaissent cette plage. C’est très tranquille. Je peux marcher pendant une heure et ne croiser personne. Il y a plus de touristes du côté de Cabarete, normalement.» Si, en matinée, elle croise surtout des surfeurs, l’après-midi, quand le vent se lève, ce sont les kitesurfeurs qui la prennent d’assaut.

«Je peux marcher pendant une heure et ne croiser personne.» Photo: Élizabeth Landry

Que fait-elle de ses journées, à part surfer et marcher? «Aller faire les courses est rendu une activité, dit-elle en riant. Je fais toutes les allées à l’épicerie! Tout le monde porte un masque. Il faut aussi porter des gants, ou alors on doit se désinfecter les mains à l’entrée.» La seule chose qui lui manque vraiment est de pouvoir aller au restaurant, et peu d’entre eux proposent des plats à emporter dans son secteur.

Tout le monde porte un masque. Il faut aussi porter des gants, ou alors on doit se désinfecter les mains à l’entrée. Photo: Élizabeth Landry

La pauvreté de la population lui saute particulièrement aux yeux depuis le début de la pandémie. «Tout est fermé. La communauté dominicaine est pauvre. Je vois encore plus de gens aller à la pêche. C’est le bon côté d’être dans un pays chaud. Ici, quand on a du mal à se nourrir, la mer est à côté, il y a les manguiers… La majorité des gens mangent avec l’argent gagné le jour même. J’ai un peu peur des vols parce que les citoyens n’ont pas vraiment d’aide.»

Mise à pied temporairement le 5 avril dernier, elle ne sait pas encore ce qui l’attend. «C’est l’incertitude. Je vis avec le stress de perdre mon emploi définitivement.» En attendant, cette auteure de trois romans tente de trouver l’inspiration.

«Je dis toujours qu’en étant agente de bord, je suis semi-retraitée. Entre les périodes où je travaille, je me suis toujours trouvé des choses à faire. Depuis quelque temps, je me suis mise au macramé. Mais je manque de laine!»

Un nouveau passe-temps: le macramé! Photo: Élizabeth Landry

Du côté d’Antigua

Diane Perreault vit à Antigua, île des Petites Antilles de 281 km2, depuis huit ans. «Je suis venue ici en vacances pour la première fois en 2010, raconte-t-elle. J’ai eu un gros coup de cœur. Je suis revenue une dizaine de fois au cours des deux années suivantes. En janvier 2013, des changements dans ma vie m’ont amenée à venir m’y installer pour une période de trois mois. Je n’avais aucune attente parce que j’étais consciente que vivre quelque part est bien différent que d’y être pour des vacances.»

Diane Perreault a eu un coup de cœur pour Antigua, où elle habite depuis huit ans. Photo: Diane Perrault

Vivre à l’étranger avait toujours été un rêve pour la cinquantenaire, qui a travaillé en ressources humaines pour une compagnie d'informatique, avant d'occuper différents postes chez Desjardins. «Je suis arrivée seule. J’ai acheté des motomarines, que je louais à des touristes. Je les ai vendues il y a deux ans et je suis maintenant guide pour la clientèle francophone.»

De sa fenêtre, elle voit la mer des Caraïbes. Elle décrit son quartier comme un «petit village», où il est facile de tisser des liens. Elle y côtoie d’autres expatriés canadiens, américains et européens. «Tout se fait à pied.»

De sa fenêtre, Diane Perreault voit la mer des Caraïbes. Photo: Diane Perreault

Depuis le début du confinement, le 26 mars, un couvre-feu rythme les journées des habitants. «Pendant deux semaines, on pouvait sortir seulement entre 7h et midi. Maintenant, c’est possible entre 6h et 18h pour les services essentiels et pour aller faire une marche.» Le port du masque est aussi obligatoire lors des sorties. «Maintenant que le couvre-feu est moins restrictif, les files sont moins longues quand on sort faire des courses. Au début, l’attente pouvait être de deux ou trois heures.»

Les plages, aussi fermées depuis le 26 mars, rouvrent cette semaine. «Il sera possible de se baigner ou de faire une marche, mais pas de s’installer avec une chaise et de faire de partys de groupe.»

Les plages, fermées depuis le 26 mars, rouvrent cette semaine. Photo: Diane Perreault

Son emploi dépendant du tourisme, Diane ne sait pas combien de temps elle restera sans travail. «Je me tiens occupée. J’habite tout près de la mer. J’essaie de faire mes 10 000 pas tous les jours. Je fais de la lecture. Heureusement, avec la technologie, on n’a plus l’impression d’être loin. Je fais des 5 à 7 avec des gens au Québec.»

Les commerces ont rouvert leurs portes vendredi dernier. «Plus de gens travaillent en ce moment. Le taux de criminalité est très bas ici. Des gens sans le sou auraient pu être tentés de commettre des crimes, mais le gouvernement a mis en place des programmes alimentaires. Les propriétaires n’ont pas non plus le droit d’évincer des locataires qui ne peuvent payer leur loyer.»

Le coût de la vie reste assez élevé dans l’ancienne colonie britannique. «C’est environ deux fois et demie plus cher qu’au Québec, dit Diane. On ne produit rien, ici, tout est importé. Je suis même déjà tombée sur un pied de céleri qui venait de Saint-Isidore, au Québec!»

Habituée à moins travailler pendant la saison des ouragans, la Québécoise prend la situation actuelle avec philosophie. «Je verrai les mesures qui seront recommandées. Je ne m’attends pas à avoir de business avant octobre. Je ne crois pas qu’on pourra travailler comme avant. Mais je verrai en temps et lieu.»

D’ici là, elle profite de sa vue sur la mer des Caraïbes. «Il fait toujours beau!»

À lire aussi: