La chronique Partir

Auteur(e)

Marie-Julie Gagnon

Auteure, chroniqueuse et blogueuse, Marie-Julie Gagnon se définit d’abord comme une exploratrice. Accro aux réseaux sociaux (@technomade sur Twitter et Instagram), elle collabore à de nombreux médias depuis une vingtaine d’années et tient le blogue Taxi-brousse depuis 2008. Certains voyagent pour voir le monde, elle, c’est d’abord pour le «ressentir» (et, accessoirement, goûter tous les desserts au chocolat qui croisent sa route).

21 juillet 2016

Québec rocke!

Vous l’avez peut-être vu dans les médias: Québec se retrouve à nouveau dans le top 5 des villes canadiennes favorites des lecteurs de Travel + Leisure. Cette année, elle occupe la première position devant Vancouver, Victoria, Montréal et Toronto.

«La revue américaine, qui compte près de cinq millions de lecteurs à travers le monde, vante "l’énergie rafraîchissante de Québec qui empêche la ville d’être figée dans le passé"», rapporte Radio-Canada.

La rue du Petit-Champlain, l’une des plus anciennes rues d’Amérique du Nord, vient par ailleurs d’être déclarée «plus belle rue piétonne au Canada» à la suite d’un concours organisé par l’Institut canadien des urbanistes. «En 2011, le quartier Petit Champlain avait remporté les honneurs du même concours dans la catégorie du "meilleur quartier"», écrit Huffington Post Québec.

alt="quebec-petit-champlain"

Québec séduit également les blogueurs et journalistes internationaux qui s’y arrêtent. The Independant présente cinq choses à y faire, la blogueuse Laurène Philippot, ses 10 idées pour visiter Québec en été et National Geographic propose une foule d’articles consacrés à la ville. Sur le site Web de Forbes, la journaliste Lea Lane recommande la Vieille-Capitale à «ceux qui adorent la France, mais qui ne veulent pas nécessairement s’y rendre», avant de proposer une liste de 55 choses à y faire.

Aussi populaire auprès des Québécois!

Est-ce parce qu’elle collectionne les honneurs que Québec se retrouve également numéro un des destinations les plus populaires auprès des Québécois pendant les vacances de la construction, comme l’indique le nombre de réservations effectuées sur le site Expedia.ca pour la période du 24 juillet au 6 août des années 2012 à 2015? Chose certaine, en cette période où les Canadiens se disent heureux de voyager «à la maison» et où les sondages s’entendent pour dire que la majorité des Québécois passera ses vacances au Québec ou au Canada, la capitale nationale s’avère une destination de choix.

Elle compte d’ailleurs plusieurs hôtels extraordinaires, comme L’Auberge Saint-Antoine, qui s’est hissée en tête du palmarès canadien de Trivago.ca, avec un degré de satisfaction de 96,06% (c’est l’extraordinaire hôtel Rosewood Hotel Georgia, à Vancouver, qui arrive deuxième, et le Germain Québec qui occupe la quatrième position).

Alors que je travaillais à mettre à jour le Guide Évasion sur le Québec, qui vient d’être publié aux éditions Hachette avec l’auteure, journaliste et blogueuse Marie-Ève Blanchard, j’ai eu la chance de dormir dans cet hôtel du Petit Champlain et de le visiter. Oui, le confort est au rendez-vous. Mais c’est surtout son emplacement historique et la mise en valeur de l’archéologie qui le distinguent.

Pendant 10 ans, des fouilles ont permis de mieux comprendre le mode de vie des premiers habitants des environs. Créée à partir de trois bâtiments du 18e et du 19e siècle, d’un quai et d’une batterie de canons datant de la fin du 17e siècle, l’auberge expose des artéfacts un peu partout dans l’hôtel, dans les pièces communes, mais aussi dans les chambres. Détail intéressant : chaque étage correspond à une couche de fouille. Ajoutez à cela qu’on mange divinement bien au restaurant Panache (qui a d’ailleurs des déclinaisons mobiles pendant l’été) et vous avez là une adresse incontournable.

alt="quebec"

Pour l’art et pour la cause

À quelques pas de là se trouve l’Hôtel 71, où je me suis arrêtée en avril dernier, et qui m’a franchement plu (ainsi que son restaurant Il Matto). Tout comme son frère, le Saint-Pierre, l’établissement s’est retrouvé parmi les 25 meilleurs hôtels du Canada selon TripAdvisor, qui s’appuie sur les commentaires laissés par les internautes.

Ici, c’est l’art qui fait toute la différence. Depuis le printemps 2015, l’hôtel s’est associé à la galerie Vincent et moi, un programme d’accompagnement artistique et d’intégration socioprofessionnelle pour les artistes vivant avec la maladie mentale. L’hôtel soutient quatre artistes y participant. Les invités peuvent ainsi découvrir leur travail, mais également se porter acquéreurs de leurs œuvres.

Je ne sais pas pour vous, mais moi, quand je pense aux touristes qui découvrent ce genre d’univers en même temps que la ville, ça me rend particulièrement fière de mon coin de pays.


Pour en savoir plus

Voyagerez-vous au Québec cet été?

Marie-Julie Gagnon

9 juin 2016

Avenues

Mes plus belles surprises de 2015 au Québec

Marie-Julie Gagnon

17 décembre 2015

Avenues