La chronique Culture

Auteur(e)
Photo: Martine Doucet

Claude Deschênes

Claude Deschênes a travaillé à la radio et à la télévision de Radio-Canada pendant 33 ans, principalement à couvrir la scène culturelle pour le Téléjournal et le Réseau de l’information (RDI). On le retrouve maintenant à France 2 comme collaborateur de l’émission Télématin. Il continue aussi de partager son intérêt pour la culture et les arts sur différentes plateformes. On peut suivre ses reportages sur le blogue claudedeschenes.ca. Il a aussi publié sur le site d’actualité Huffington Post Québec et dans différentes publications de la presse écrite. Claude Deschênes agit aussi comme animateur et porte-parole d’événements ainsi que conférencier, notamment dans le réseau des universités du troisième âge.

9 avril 2020

Mon panier bleu

La semaine a commencé avec une belle éclaircie, du genre «un ciel bleu après des jours de nuages». L’annonce, dimanche, de la création du Panier bleu a été un baume à travers les mauvaises nouvelles que la COVID-19 nous envoie quotidiennement.



Alors que notre économie est en pause, qu’on se demande comment sauver les meubles, voilà des gens qui ont pensé de regrouper tout ce qui se fait de beau, de bon, d’important chez-nous, et d’en faire une plateforme favorisant l’achat local. On n’est jamais mieux servi que par soi-même, n’est-ce pas?

Permettez-moi d’être dans le même esprit, et de vous offrir un panier de suggestions 100% québécois pour occuper votre temps de confinement. Et vous allez voir, les femmes sont très présentes dans mon panier bleu.

Incitation à rester debout devant l’adversité

Je commence avec Ariane Moffatt. Je l’ai manquée dimanche à Tout le monde en parle. J’étais déjà au lit. J’ai lu tellement de commentaires élogieux de l’interprétation de sa chanson Debout (que j’adore) que je l’ai frénétiquement cherchée sur le web. Merci à ICI Télé de l’avoir mise en ligne, cela me permet de partager ce moment de grâce avec vous, chers lecteurs.

Ariane Moffatt chante « Debout »

Très magnifique prestation d' Ariane Moffatt.Elle revisite son succès « Debout » qui prend un tout autre sens avec la crise actuelle.On vous met au défi de garder les yeux au sec!

Posted by Tout le monde en parle on Thursday, April 9, 2020

Difficile de hiérarchiser les mauvaises nouvelles, mais personnellement, j’ai été particulièrement triste d’apprendre cette semaine l’annulation de deux festivals chers à mon cœur, les FrancoFolies de Montréal et le Festival international de jazz de Montréal. L’été 2020 ne sera indéniablement pas pareil dans le Quartier des spectacles. J’ai vraiment beaucoup de sympathie pour Jacques Primeau. Annuler les Francos et le FIJM aura été sa première décision à titre de nouveau patron du groupe Spectra, organisateur de ces événements. Plutôt crève-cœur pour cet homme qui a présidé aux destinées du Quartier des spectacles pendant plus de 15 ans et tellement contribué à faire des festivals l’ADN de notre ville.

Espace nostalgie avec Joe Bocan, Marie Carmen et Marie-Denise Pelletier

On ne compte plus les événements annulés. Certains n’auront jamais vu le jour, d’autres se sont fait couper les ailes en pleine ascension. C’est le cas de Pour une histoire d’un soir, spectacle réunissant sur une même scène Joe Bocan, Marie Carmen et Marie-Denise Pelletier sous la direction du metteur en scène Michel Poirier. Les premières représentations en février et en mars ont créé un engouement énorme à travers le Québec. J’avais hâte de vous en parler. Heureusement, le spectacle reprendra dès que les conditions le permettront. En attendant, pour patienter, pourquoi ne pas réécouter Entre l’ombre et la lumière, Tous les cris, les S.O.S. et Repartir à zéro, trois chansons qui ne détonnent pas du tout en cette période trouble que nous vivons.

Entre l’ombre et la lumière – Marie Carmen

Tous les cris, les S.O.S. – Marie-Denise Pelletier

Repartir à zéro – Joe Bocan

Quand le balado ramène le radioroman

Tout le monde le dit, on va sortir changés de cet électrochoc sanitaire. On renouera sans doute avec d’anciennes manières de faire qui avaient du bon, mais que notre goût insatiable pour la nouveauté a balayées de nos vies.

Dans le domaine culturel, on voit déjà poindre des exemples. Le retour du radioroman en est un. La chaîne ICI Première a diffusé récemment la pièce Mademoiselle Julie d’August Strindberg qui devait être présentée au Théâtre du Rideau Vert. La réaction du public a été telle qu’on a récidivé la semaine dernière avec Encore une fois, si vous permettez de Michel Tremblay avec Guylaine Tremblay et Henri Chassé. Vous l’avez manquée? La captation est maintenant disponible en balado. Suffit de cliquer ici et l’univers de Michel Tremblay se déploiera dans votre maison, comme dans le temps qu’on écoutait Le Survenant ou Un homme et son péché autour du poste de radio.

La chaîne ICI Première a diffusé récemment la pièce Mademoiselle Julie d’August Strindberg qui devait être présentée au Théâtre du Rideau Vert. Photo: Facebook Théâtre du Rideau Vert

Concerts à consommer à la maison

Le saviez-vous? Il existe au Québec un regroupement de plus de 200 musiciens professionnels qui offrent des concerts conçus sur mesure pour être présentés en milieu de santé. La SAMS, c’est le nom de ce regroupement, visite les résidences pour aînés, les centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD), les centres de réadaptation, les centres hospitaliers et de réadaptation et les instituts en soin mental. C’est au-delà de 850 concerts annuellement. Évidemment, la COVID-19 a obligé la SAMS de cesser ses activités sur place. Qu’à cela ne tienne, l’organisme a décidé d’offrir ses concerts par le biais de capsules enregistrées. Baptisées Les Capsules du cœur, ces vidéos, tournées dans différents contextes, sont de courte durée et se consultent facilement. Une très belle initiative. Pour vous en convaincre, et en bénéficier, regardez le choix offert.

Le festival Vues d’Afrique se réinvente

La situation que l’on vit présentement est tellement inusitée qu’elle ne vient pas avec un mode d’emploi. Malheureusement, certains tomberont au combat faute d’avoir été capables de s’adapter au tournant inattendu qu’a pris l’année 2020. Ce ne sera pas le cas du festival Vues d’Afrique, qui se réinvente cette année. Sous l’impulsion de sa déléguée générale, Géraldine Le Chêne, l’événement, dont c’est la 36e édition, a pris un virage numérique qui arrive pile dans le contexte sanitaire actuel. Ainsi, le festival de films africains et créoles se déploiera sur la plateforme www.tv5unis.ca de son grand partenaire média, la chaîne TV5 Québec-Canada. Des dizaines de films (fictions, documentaires, animations, courts) pourront être visionnés gratuitement de n’importe où au Canada, du 17 au 26 avril 2020. Le public sera même invité à voter pour déterminer quel film recevra le Prix du public Vues d’Afrique 2020.

Togo, Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Sénégal, Tunisie, un beau voyage en perspective, sans sortir de chez soi!

 Les arts visuels en mode virtuel

Je vais terminer avec les arts visuels. Avant que la pandémie oblige les musées à fermer leurs portes, plusieurs institutions étaient déjà prêtes à offrir leurs collections en mode virtuel. C’est le cas du Musée national des beaux-arts du Québec.

Malheureusement, la navigation n’est pas toujours facile sur ces sites. Je trouve que lorsqu’on butine sur le web, ça a avantage à être simple et court. Un peu comme la vidéo que le Musée des beaux-arts de Montréal a produite pour son exposition Momies égyptiennes. Passé retrouvé, mystères dévoilés qui a pris fin en mars. En 1 min 50 s, j’ai compris que j’avais manqué quelque chose.

Musée des beaux-arts de Montréal - Exposition Momies égyptiennes

Les galeries d’art font aussi un effort pour rester présentes dans nos esprits. J’ai particulièrement apprécié la visite virtuelle de l’exposition Espaces optiques présentée chez Simon Blais, boulevard Saint-Laurent à Montréal. En quatre minutes, le propriétaire de la galerie nous brosse un portrait de l’art optique tel que pratiqué au Québec. Aussi efficace qu’intéressant. Une formule à retenir.