1 mars 2019Auteure : Françoise Genest

Livres de la semaine

Vieillir à la bonne place de Lita Béliard et Louise Savard

CHSLD, RPA, RI, ressources privées, ressources publiques, MAH, CAO, listes d’attente, courtiers en hébergement, pas facile de s’y retrouver dans le dédale des abréviations, des définitions, des processus et des types de ressources en hébergement pour personnes âgées. Des notions, des termes et une démarche qu’ont décidé de vulgariser deux expertes de terrain, Lita Béliard et Louise Savard, dans un livre fort pratique, Vieillir à la bonne place, paru chez Trécarré. Un ouvrage à lire si vous êtes en quête d’une solution d’hébergement pour un parent vieillissant ou pour vous-même.

Et l’intérêt de l’ouvrage ne se limite pas à la vulgarisation. Les auteures expliquent de façon claire, au moyen de plusieurs exemples, les différents niveaux d’autonomie ou de perte d’autonomie, les ressources privées et publiques qui existent pour chacune de ces étapes de vie, les démarches pour y accéder et leur analyse et point de vue sur chacune d’entre elles. Elles y vont même de recommandations tant pour l’usager que pour les décideurs.

Elles décortiquent les fameuses listes d’attente, les différentes instances du secteur public, et leurs abréviations et jargons souvent hermétiques pour le commun des mortels, et rappellent au gouvernement ses responsabilités d’information du public sur les ressources du réseau. Car, comme nous l’expliquent les deux auteures, si le secteur privé est très proactif pour la promotion de ses centres et résidences pour y attirer une clientèle plus nombreuse, le secteur public, lui, ne se cherche pas de clients, car le système, on le sait, est débordé. Mais cela ne change rien aux besoins et aux droits des citoyens en perte d’autonomie et de leur famille.

J’ai d’ailleurs trouvé la section où les auteures expliquent la responsabilité populationnelle et les lois qui protègent les personnes âgées également très intéressante et bien vulgarisée.

Cela dit, le livre, même s’il nous rappelle une réalité avec laquelle on n’a pas toujours envie de composer, remet tout de même les choses en perspective, car contrairement à la croyance populaire, c’est chez eux, dans le confort de leur domicile, que vieillissent les Québécois en grande majorité. Autre point à souligner, il est possible d’obtenir des services de maintien à domicile des CLSC et du secteur privé. Tout est une question d’autonomie bien davantage que d’âge, nous expliquent les auteures.

Je vous l’accorde, ce n’est pas un livre de plage ni de détente et on est loin de la poésie, mais à l’heure où le système craque de partout, et où le nombre de résidences privées explose, tandis que le nombre de personnes âgées augmente à la vitesse grand V – «En 2031, plus du quart de ceux-ci [les Québécois] seraient âgés de 65 ans et plus», précisent les auteures –, mieux vaut comprendre les ressources existantes, les services auxquels vous aurez droit ou non à domicile ou en résidence privée ou publique, les implications financières et familiales de l’hébergement, etc.

Une lecture donc pour tous ceux qui ont des proches vieillissants ou en perte d’autonomie ou qui veulent connaître les ressources sur lesquelles ils pourront eux-mêmes compter. Chapeau aux auteures, elles font œuvre utile avec cet ouvrage.

Lita Béliard et Louise Savard cumulent 30 ans d’expérience dans le domaine de l’hébergement au Québec. Elles maîtrisent l’ensemble du processus: suivi clinique et gestion en centre hospitalier, gestion du mécanisme d’accès à l’hébergement, certification des résidences pour personnes âgées, gestion du programme de soutien aux organismes communautaires, visite d’évaluation aux conseils québécois et canadien d’agrément, gestion des CHSLD au public et au privé.

Vieillir à la bonne place, Lita Béliard, M.A.P. et Louise Savard, M. Adm., Éditions du Trécarré, février 2019, 24,95$.