Photo: Stefano Boeri  Architetti
13 août 2019Auteure : Emilie Laperrière

Le « WOW ! » du jour

Une première forêt verticale en Égypte

Le maître des forêts verticales, l’architecte italien Stefano Boeri, continue d’explorer son concept, cette fois en Égypte. Trois cubes verts sortiront de terre en 2022 dans la nouvelle capitale du pays, présentement en construction à l’est du Caire.

Après Milan — et de nombreuses autres villes où ses projets sont en développement —, Stefano Boeri Architetti (SBA) s’apprête à étendre ses forêts verticales à l’Afrique, dans sa mission «pour la survie environnementale des villes contemporaines».

Photo: Stefano Boeri  Architetti

Conçues en collaboration avec le partenaire local Shimaa Shalash et l’architecte paysagiste Laura Gatti, les trois tours qui s’élèveront au cœur de la future capitale égyptienne comprendront 350 arbres et plus de 14 000 arbustes de 100 espèces différentes. Chacune des tours mesurera 30 mètres sur 30 mètres et se dressera sur sept étages. Les immeubles tout de vert vêtus pourraient absorber environ sept tonnes de dioxyde de carbone par an tout en produisant huit tonnes d’oxygène. Ils seront également autonomes en énergie.

Photo: Stefano Boeri  Architetti

Deux des bâtiments abriteront des logements abordables, tandis que le troisième accueillera un hôtel. Le projet s’inscrit dans une initiative plus vaste visant à bâtir un «Caire plus vert».

Photo: Stefano Boeri  Architetti

Si l’idée plaît à plusieurs, l’architecte n’a pas que des admirateurs. Lloyd Alter, de Treehugger, a notamment déploré l’an dernier que la structure de ces forêts verticales demande plus de béton que la normale pour résister à la croissance des arbres. L’auteur a depuis adouci ses propos, en avouant que les arbres sur les bâtiments nous rendent aussi plus heureux. Ce n’est déjà pas mal, non?