alt="vaccins-voyage"
13 janvier 2016Auteure : Marie-Julie Gagnon

Vaccins 101

Si l’exotisme fait rêver, la préparation des voyages comporte certains aspects moins excitants, comme les vaccins. Sont-ils bien essentiels? Combien de temps à l’avance les recevoir? À quels prix? Quelques infos de base pour vous aider à vous faire une tête.

D’abord, sachez que certains vaccins exigent plus d’une dose. C’est pourquoi il vaut mieux se rendre dans une clinique santé voyage dès que vous avez pris la décision de visiter une contrée où sévissent certaines maladies graves. Une infirmière pourra vous dire quels vaccins sont recommandés pour la zone convoitée et un médecin vous prescrira quelques médicaments pouvant soigner les bobos les plus courants.

De plus, certains vaccins de base que vous avez reçus, enfant, nécessitent un rappel. «Il est préférable de venir le plus vite possible, recommande Geneviève Forget, infirmière-chef de la clinique Clinique Santé-voyage de la Fondation du CHUM, mais il nous arrive de vacciner la veille d’un départ.» Dans ces cas-là, la protection n’est pas optimale, mais c’est mieux que rien.

Quels vaccins?

Les vaccins conseillés dépendent de la zone que vous visiterez, mais aussi du type d’activités prévues. Une escapade à Bangkok? Nul besoin de se protéger contre l’encéphalite japonaise. Par contre, si vous prévoyez un long séjour dans une région rurale de la Thaïlande, peut-être faut-il y songer.

«L’idéal est toujours de s’adresser, avant de partir à l’étranger, à l’ambassade ou au consulat de destination au Canada pour obtenir de l’information à jour sur les exigences relatives aux entrées et aux sorties», conseille le Gouvernement du Canada.

Sauf dans le cas de certaines maladies comme la fièvre jaune (quelques pays exigent un certificat prouvant que le voyageur l’a bien reçu au moment de l’entrée au pays), les vaccins ne sont pas obligatoires. C’est à vous de décider d’accepter ou non les recommandations des professionnels de la santé. Mais qui a envie de prendre des risques?

Les vaccins n’offrent toutefois pas tous la même protection. Dukoral, notamment, est sensé protéger contre la diarrhée du voyageur, mais se révèle efficace à 30-35%, pouvant par conséquent procurer un faux sentiment de sécurité. «Mais pour les personnes plus fragiles, il peut tout de même aider, précise Mme Forget. Il faut quand même faire attention à tout ce que l'on mange et boit.»

Le cas de la fièvre jaune peut donner quelques maux de tête, et ce, bien avant de se rendre dans une zone où elle sévit! Non, ce n'est pas simple... Un exemple: au Kenya, une preuve de vaccination est exigée pour les gens d’un an ou plus en provenance de zones à risque de transmission, mais est recommandée dès l’âge de neuf mois, sauf pour les voyageurs dont l’itinéraire se limite aux zones suivantes: toute la province Nord-Orientale; les États de Kilifi, Kwale, Lamu, Malindi et Tanariver dans la province de la Côte; et les villes de Nairobi et Mombasa. Pour le Burkina Faso, c’est plus simple: «Une preuve de vaccination est exigée des voyageurs en provenance de tous les pays», résume l’Agence de la santé publique du Canada.

Délais et coûts

La plupart des vaccins sont donnés en une seule dose (des rappels sont nécessaires après un certain laps de temps – sauf exception), mais il arrive que deux ou trois soient nécessaires.

Pour rendre les choses encore plus simples (!), sachez que certains vaccins peuvent être pris par voie orale ou par injection, et qu’on a parfois plus d'une option. Twinrix combine par exemple les vaccins pour les hépatites A et B en deux doses avant le départ (à un mois d’intervalle) et d’une troisième dose cinq mois après. «Si nous sommes trop proches du départ, il y a possibilité d’avoir les deux hépatites par injection, séparément», ajoute Mme Forget.

Pour Twinrix, il faudra débourser 76$, mais pour les vaccins par injections contre les hépatites, il faut calculer 60$ pour la première dose du vaccin de l'hépatite A, puis 50$ pour les doses suivantes. Pour l'hépatite B, le prix est de 45$ par dose. Ajoutez à cela les frais de chacune des visites en clinique privée.

D’autres vaccins souvent recommandés, avec une estimation des prix*:

  • Rougeole, rubéole et oreillon: payés par la santé publique
  • Fièvre jaune: 130$
  • Tétanos: payé par la santé publique
  • Grippe: 25$ pour le vaccin qui protège contre trois souches ou 30$ pour celui qui protège contre quatre
  • Polio: payé par la santé publique
  • Typhoïde: 50$
  • Méningite: 150$
  • Rage: 180$ X 3 doses

* Les prix sont ceux de la Clinique Santé-voyage de la Fondation du CHUM et peuvent varier d'une clinique à l'autre.

Une personne qui part pour la première fois dans une contrée exotique aura non seulement quelques trous dans la peau, mais aussi dans son portefeuille. Au total, il faut prévoir un budget d’environ 800$ (frais de visite et vaccins). Une autre bonne raison de commencer le plus tôt possible pour étaler les paiements!

Pour avoir une idée des vaccins recommandés par pays: site de l’Institut national de santé publique.

À consulter également: section sur la vaccination du site du Gouvernement du Canada.

N’oubliez pas non plus de vous protéger contre les piqûres et les morsures d’insectes. Il n’existe aucun vaccin contre le paludisme, la fièvre dengue et le chikungunya, notamment, qui sont transmis par les moustiques.

(Merci à Geneviève Forget, infirmière-chef de la clinique Clinique Santé-voyage de la Fondation du CHUM, qui m’a aidée à démêler toutes ces infos!)