alt="epicerie-quartier"
21 janvier 2016Auteure : Véronique Leduc

Les épiceries de quartier gagnent en popularité

Les épiceries de quartier se multiplient. Coup d'œil sur cette tendance.

Ce n’est ni une épicerie traditionnelle, ni une épicerie fine, ni un dépanneur. C’est un peu tout ça à la fois. Les épiceries de quartier poussent tranquillement à travers le monde et au Québec.

Ces petits commerces témoignent de nouvelles volontés des consommateurs: celle de manger et d’acheter local, mais aussi de faire rouler l’économie de son propre quartier, de faire ses achats à pied et de profiter de contacts avec les commerçants du coin. L’épicerie de quartier promet tout ça.

Et détrompez-vous: on ne parle pas ici des épiceries fines qui proposent depuis des années des produits haut de gamme. La tendance dont il est question, apparue au cours de la dernière année surtout, se différencie par le fait d’offrir du frais, rappelle le Nouvel Obs, en France, qui décrit l’épicerie de quartier comme étant «à mi-chemin entre l’épicerie fine et la supérette bien fournie». Selon le média, les épiceries de quartier, qui font leur place à travers plusieurs villes du monde, visent à être une alternative à la grande distribution et ce, souvent à bons prix puisque les intermédiaires sont moins nombreux que dans les grandes chaînes.

D’ailleurs, le terme anglo-saxon pour parler de ce type de commerce résume bien l’idée: «one stop shop». Et voilà toute l’idée: les épiceries de quartier offrent autant des produits haut de gamme que des cannages, autant des produits laitiers, des pâtes et du café que des fruits et légumes frais. Contrairement à l’épicerie fine ou au dépanneur, on pourrait donc s’y rendre au retour du boulot et y trouver tout ce qu’il faut pour le souper.

Au Québec

À La Cena Épicerie-Traiteur, ouvert depuis 2014, dans Villeray, à Montréal, il y a même des clients qui entrent et qui disent « qu’est-ce qu’on mange? », raconte un des copropriétaires.

alt="cena-epicerie-boutique"
Photo: Facebook La Cena Épicerie-Traiteur

Aussi à Montréal, l’an dernier, Le Petit Coin, que les chefs Martin Juneau, Louis-Philippe Breton et David Ferguson ont ouvert sur la rue Beaubien, a fait grand bruit et la joie des résidents du quartier. Sur place: quelques ingrédients de base comme de la farine, du sucre, du lait, du miel, du beurre d’arachide (kraft – oui oui!), du cheez whiz, du quick, des fruits, des légumes, des thés et de la viande de fournisseurs de qualité. En fait, les spécialités de Le Petit Coin vont «du Kraft Dinner au foie gras», s’amuse Louis-Philippe Breton.

alt="le-petit-coin"
Photo: Facebook Le Petit Coin

Petite dernière: celle ouverte dans le centre-ville de Trois-Rivières en décembre 2015. Le Marché Notre-Dame est l’idée d’un jeune couple propriétaire d’une ferme qui trouvait difficile de distribuer ses produits frais et qui a décidé aussi de le faire pour les autres. Ainsi, le Marché Notre-Dame propose des produits frais locaux et des denrées non-périssables en plus d’occuper la moitié du local avec un comptoir-café qui sert des sandwichs.

Photo: Marché Notre-Dame
Photo: Marché Notre-Dame

Cette ouverture est une excellente nouvelle, croit la Société de développement commercial du centre-ville de Trois-Rivières qui voit en ce type de commerce un incitatif pour les gens à venir s’installer dans le quartier.

Des oasis dans des déserts?

En effet, les épiceries de quartier peuvent être une solution aux déserts alimentaires qui sont nombreux au Québec, où près d’un demi-million de personnes n’ont pas d’épicerie à moins de 15 minutes de leur domicile et ce, autant en ville qu’en campagne.

Mais pour le moment, - est-ce parce que le concept est encore peu connu? - le pari est risqué: la semaine dernière, on apprenait la fermeture, après six mois seulement, de l’épicerie Fardoche, dans le Vieux-Rosemont, semant la déception à Montréal. C’est que l’épicerie, imaginée par la Société Orignal, qui développe des produits alimentaires avec des petites entreprises du Québec, pourtant une belle histoire de succès au Québec, était très attendue. Alex Cruz, un des fondateurs, pour expliquer la fermeture subite, parle de ventes trop peu nombreuses, évoque une offre peut-être mal adaptée aux besoins des gens du quartier, ou d’une localisation qui n’était pas idéale.

L’histoire est la preuve, peut-être, de l’équilibre encore fragile d’une tendance qui s’installe doucement.

Avez-vous une épicerie de quartier près de chez vous?