alt=credit-impot-travailleurs"
5 avril 2018Auteur : Ronald McKenzie et Françoise Genest

Crédit d’impôt pour les travailleurs d’expérience : objectif atteint?

Bonifier le crédit d’impôt déjà existant accordé aux travailleurs âgés et abaisser l’âge d’admission actuel de 63 à 61 ans dès 2018: c’est la mesure prévue au récent budget Leitão pour inciter les travailleurs de cet âge à rester sur le marché du travail. Coût total: 164,4 millions $! Suffisant pour endiguer les départs massifs à la retraite et réduire les pénuries de main-d’œuvre? Coup d’œil sur ce crédit qui pourrait alléger votre facture fiscale à condition que votre salaire ne dépasse pas le plafond, plutôt bas.

Cette mesure n’a rien de nouveau, rappelons-le. Le crédit d’impôt pour travailleurs âgés existait déjà (ligne 391 de votre déclaration de revenus). C’est en mars 2016, avec le Plan économique du Québec, que le gouvernement annonçait la baisse graduelle de l’âge d’admissibilité de 65 à 64 ans pour 2016, puis à 63 ans en 2017. Québec avait aussi prévu de faire passer l’âge d’admissibilité à 62 ans en 2018.

À noter, il s’agit d’un crédit non remboursable. En clair, cela veut dire que vous ne recevrez pas un chèque de cette somme, mais qu’elle sera déduite de votre facture fiscale. Autre point: le crédit accordé est calculé à partir d’un revenu admissible déterminé et les deux augmentent avec l’âge, jusqu’à 65 ans.

Le tableau 1 indique donc ce que ce crédit aurait représenté en 2018 sans la bonification annoncée au dernier budget.

Tableau 1

Source: Le Plan économique du Québec, mars 2018.
Source: Le Plan économique du Québec, mars 2018.

Bonification annoncée pour 2018 

Deux bonifications seront donc en vigueur donc en vigueur lors de votre déclaration de revenus 2018:

  1. L’admissibilité au crédit d’impôt passe à 61 ans, au lieu de 62 ans, tel que le prévoyait le plan d’origine.
  2. Une hausse de 1 000$ du revenu admissible pour le calcul de ce crédit d’impôt, ce qui entraîne une hausse du crédit total.

Le tableau 2 indique l’incidence de ces bonifications pour 2018.

Notez que le revenu admissible, si vous avez 65 ans, par exemple, passe de 10 000$ à 11 000$, ce qui se traduit par une augmentation de 150$ du crédit d’impôt accordé, pour un total de 1 650$. Et si vous avez 61 ans en 2018, vous aurez droit à un crédit de 450$, auquel vous n’auriez pas eu droit avant la bonification.

Tableau 2

Source: Le Plan économique du Québec, mars 2018. *Les montants indiqués sont basés sur un salaire de 30 000$/année en 2018
Source: Le Plan économique du Québec, mars 2018.
*Les montants indiqués sont basés sur un salaire de 30 000$/année en 2018

Le tableau 3 traduit, pour sa part, l’impact du crédit bonifié sur le revenu disponible.

Tableau 3

Source: Le Plan économique du Québec, mars 2018.
Source: Le Plan économique du Québec, mars 2018.

Aurez-vous vraiment droit à ce crédit d’impôt?

Même si l’âge d’admissibilité, ramené à 61 ans, devrait permettre à un plus grand nombre de travailleurs, 170 000 selon certaines sources, de bénéficier de ce crédit d’impôt, l’âge n’est toutefois pas le seul critère qui influencera le crédit auquel vous aurez droit ou non. De fait, si votre rémunération globale dépasse les 34 030$ (chiffre pour l’année 2018), le montant total du crédit sera diminué. Les réductions sont calculées de façon graduelle et le crédit sera à 0$ si votre revenu atteint 50 000$ et plus.

Objectif atteint pour les 61 ans et plus?

Pourquoi Québec visait-il particulièrement les travailleurs de 61 ans? Parce que selon les statistiques, c’est à partir de cet âge que les Québécois songent sérieusement à prendre leur retraite et qu’un grand nombre d’entre eux le font effectivement, dès leurs 62 ans.

Résultat: le taux d’emploi des 60 à 64 ans n’est que de 45,7% au Québec, comparativement à 51,4% pour l’ensemble du Canada. Avec pour conséquence des pénuries de main-d’œuvre annoncées ou bien amorcées dans certains secteurs.

En bonifiant ce crédit d’impôt, Québec espère donc endiguer ces pénuries en incitant les travailleurs de 61 ans ou plus à demeurer en emploi ou même à y retourner s’ils sont retraités.

Mais la perspective d’un crédit d’impôt de 450$, si vous avez 61 ans, et de 750 $, si vous en avez 62, suffira-t-elle à retarder votre départ à la retraite ou à vous donner envie de revenir sur le marché du travail? La réponse peut être très variable selon votre situation. Et il faut aussi souligner que d’autres incitatifs, comme les bonifications du RRQ pour les travailleurs, dont nous parlions récemment sur avenues.ca, viennent s’ajouter à l’effort de Québec pour inciter les travailleurs d’expérience à rester à l’emploi.

Stratégie nationale de la main-d’œuvre

Pour retenir les 60 ans et plus sur le marché du travail, Québec investira également 35 millions$ sur cinq ans pour soutenir les travailleurs d’expérience dans leurs démarches pour trouver un emploi. Avenues.ca s’intéressera dans les prochaines semaines aux modalités de ce programme de soutien. C’est donc un total de 199,4 millions$ que Québec déploiera d’ici 2023 pour les travailleurs âgés. À ces sommes, il faut ajouter celles consacrées à l’intégration des immigrants au marché du travail. Une intégration nécessaire et qui doit s’ajouter à la rétention des travailleurs plus âgés, si Québec veut vraiment endiguer les pénuries de main-d’œuvre annoncées ou amorcées.

Finalement, rappelons que le texte du budget confirme le dévoilement au printemps 2018 de la Stratégie nationale sur la main-d’œuvre 2018-2023. On ne sait toutefois pas si d’autres mesures à l’intention des travailleurs d’expérience seront annoncées. Ce sera donc à suivre…


Inscrivez-vous à l’infolettre