Pointe des Châteaux, Guadeloupe. Photo: Anne Pélouas
Pointe des Châteaux, Guadeloupe. Photo: Anne Pélouas
8 février 2018Auteure : Anne Pélouas

Randonnée en Guadeloupe

Pour certains, les vacances dans le Sud en hiver sont synonymes de baignade en mer et de parasol sur la plage; pour d’autres, elles sont de belles occasions de retrouver le plaisir de la randonnée. La Guadeloupe est à cet égard une destination de premier choix.

Les cinq îles de l’archipel de la Guadeloupe sont d’une incroyable diversité naturelle, avec un relief parfois très prononcé. Des montagnes, des forêts luxuriantes et des falaises sur l’une; de longues plages de sable fin, des pointes de roc s’avançant dans la mer ou des collines verdoyantes sur une autre. Une chose est sûre: partout en Guadeloupe, on peut trouver des lieux magiques pour une courte marche comme pour une plus longue randonnée.

Basse-Terre

L’île la plus grande de l’archipel est traversée du nord au sud par un massif montagneux, garni d’une forêt pluviale majestueuse. L’immense Parc national de la Guadeloupe y est le paradis de la rando. Comme il est dominé par le volcan de la Soufrière, à 1467 mètres d’altitude, son ascension (en deux heures environ) est évidemment l’une des randonnées les plus courues du parc. Surnommé «la vieille dame», le volcan actif est le point culminant des Petites Antilles.

Photo: Anne Pélouas
Cascade aux Écrevisses, accessible par la Route de la Traversée, sur l'île de Basse-Terre. Photo: Anne Pélouas

En forêt, dans le parc, il y a aussi de multiples possibilités de balades à pied. Au sud, près de Saint-Sauveur, on peut faire le tour du Grand Étang en une heure ou deux. En trois heures aller-retour, il est aussi facile de rejoindre la Première chute du Carbet, haute de 15 mètres. Les Chutes Moreau, près de Goyave, sont quant à elles accessibles via un chemin de 8,5 kilomètres. Comptez cinq heures aller-retour pour vous y rendre.

Pont suspendu dans la forêt pluviale, près de la Maison de la forêt, sur l'île de Basse-Terre. Photo: Anne Pélouas
Pont suspendu dans la forêt pluviale, près de la Maison de la forêt, sur l'île de Basse-Terre. Photo: Anne Pélouas

Au nord, c’est une promenade sur le littoral, entre Sainte-Rose et Deshaies, en passant par la pointe du Petit Bas-Vent, qui permet sur 5 kilomètres (aller) de ne presque jamais perdre de vue la mer des Caraïbes. On peut aussi marcher simplement dans le sable chaud de jolies plages, comme celles de Petite-Anse ou de Rifflet. De nombreuses cascades se cachent également au creux de la forêt. Celle du Saut de la Lézarde est la plus facile à atteindre tandis que celle de Bois Banane se laisse désirer sur 10 kilomètres. Sur la route de la Traversée, qui coupe l’île en deux, un arrêt s’impose encore à la Maison de la forêt, d’où un court sentier mène à la cascade aux Écrevisses, l’une des plus belles du Parc national de la Guadeloupe.

Randonnée dans le Parc national de la Guadeloupe. Photo: Anne Pélouas
Randonnée dans le Parc national de la Guadeloupe. Photo: Anne Pélouas

Grande-Terre 

Le nord de cette île est beaucoup moins urbanisé que le sud. La Pointe de la Grande Vigie, tout au nord, marque en quelque sorte la séparation de la mer des Caraïbes et de l’océan Atlantique. Un court sentier dans une forêt dite «sèche» mène sur le haut d’impressionnantes falaises calcaires surplombant les deux.

Pointe de la Grande Vigie, Guadeloupe. Photo: Anne Pélouas
Pointe de la Grande Vigie, Guadeloupe. Photo: Anne Pélouas

Dans le même secteur, près de l’Anse-Bertrand, le sentier des Douaniers est une autre option pour les marcheurs. Il serpente sur la corniche au-dessus des falaises sur environ 6 kilomètres, donnant à voir des grottes et des criques à profusion. Le clou de la randonnée de trois heures (aller-retour) est le spectacle final: la pointe du Souffleur et ses trous creusés dans le calcaire par lesquels s’infiltre l’eau de mer par vagues successives.

Une marche sur le littoral. Photo: Anne Pélouas
Une marche sur le littoral. Photo: Anne Pélouas

On peut aussi se diriger vers une autre pointe, celle des Châteaux, à l’extrémité est de l’île. La vue du sommet, au bout d’une longue bande de terre et de roc, y est spectaculaire, notamment avec la petite île de la Désirade et une belle plage en contrebas. On l’atteint facilement via un court sentier.

Pointe des Châteaux, Guadeloupe. Photo: Anne Pélouas
Pointe des Châteaux, Guadeloupe. Photo: Anne Pélouas

Marie-Galante 

Le sentier du Vieux-Fort, au nord de cette île bucolique, permet de profiter à plein du littoral dans un décor de mangrove typique des Antilles. De l’Anse Canot, on grimpe sur la colline jusqu’à la pointe de Mays. Après la grande plage de Moustique, le sentier monte encore sur le Morne au Massacre et longe des marais vibrants de vie. La boucle de 9 kilomètres se complète en trois heures, arrêts non compris.

Le sentier de Caye Plate, à Saint-Louis, est un autre incontournable de Marie-Galante. Bien balisé à partir de la plage de Caye Plate, il court sur 7 kilomètres (aller) et réclame d’avoir du temps… En 2h30, le long du littoral escarpé, vous atteindrez l’Anse Piton. Un dernier effort (pour 30 minutes) reste à donner afin de gravir le Morne Parsonne, mais vous ne le regretterez pas!

Des adresses Web utiles 

Comité régional de la randonnée pédestre de la Guadeloupe
Atout France


Pour en savoir plus

Guadeloupe: délices et découvertes

Marie-Julie Gagnon

5 janvier 2016

Avenues.ca