Bourse
5 août 2015Auteur : Dominique Lamy

Marchés boursiers

Investir en Bourse, loin d’être un jeu

Périodiquement, la même question revient me chatouiller l’oreille. «Joues-tu à la Bourse?» Et invariablement, ma réponse demeure, inébranlable. « La Bourse, c’est loin d’être un jeu!» L’idée est d’investir en Bourse. On ne n’y mise pas quelques jetons dans l’espoir que le hasard fasse bien les choses. L’investisseur autonome appuie plutôt sa démarche sur une philosophie sérieuse de placement, qu’il peaufine avec le temps, dans l’objectif de respecter sa tolérance au risque de marché et de dégager un rendement supérieur à son indice de référence.

Les investisseurs chinois, eux, viennent de voir leur baloune se dégonfler. Les marchés boursiers de la Chine saignent d’un rouge vif depuis plusieurs semaines. Après l’euphorie, la débandade. Ceux qui ont emprunté pour investir à la Bourse de Shanghai ou ceux qui ont suivi le troupeau sans même comprendre ce qu’ils faisaient viennent de voir leur pécule charcuté, malgré les forts gains comptabilisés au préalable sur l’année écoulée.

Les Grecs ont quant à eux vu leur bourse ouvrir pour une première fois depuis cinq semaines, ce lundi. Une vente de feu s’est rapidement installée sur le parquet d’Athènes. L'indice ATHEX a ainsi plongé de 23% dès les premières minutes de la séance. Un jeu? Non. Personne n’a eu de gros fun noir lors de cette séance-là! À l’heure de rédiger ces lignes, mardi, la Bourse d'Athènes limitait ses pertes en mi-journée (-1,36%).

Les marchés boursiers nord-américains demeurent néanmoins résilients, malgré une volatilité certaine présente quotidiennement. Plusieurs titres ont souffert fortement dans la dernière semaine.  Les banques canadiennes seraient d’ailleurs dans la mire des vendeurs à découvert américains. La surchauffe du marché immobilier dans certaines grandes villes du Canada, conjuguée au fort endettement des ménages, inquiète les investisseurs. Le prêteur hypothécaire alternatif Home Capital Group (HCG.TO) — qui vient d’épurer sa base de courtiers — a d’ailleurs vu son titre valser allègrement depuis un certain temps. «Il est tout aussi primordial de s'attendre à connaître des revers à l'occasion, de voir un de ses titres perdre rapidement 20% de sa valeur, comme c'est le cas de Home Capital  Group cette semaine. La clé est à mon avis d’éviter de trop centrer ses émotions et son énergie sur ces revers de fortune», écrivait d’ailleurs à ce sujet le gestionnaire de portefeuille Philippe Le Blanc le 17 juillet dernier sur Les Affaires

D’autres exemples? Le titre du réseau social à vocation professionnelle LinkedIn (LNKD-N) a aussi bu la tasse, larguant près de 10% lors de la dernière semaine. Twitter (TWTR-N) aussi a souffert d’une diminution de 12,5% lors de la même période. Yelp (YELP-N), de son côté, s’est allégé de 24%. Le titre flirte actuellement avec les 26 $US, alors qu’il s’échangeait récemment à plus de 86 $US. Même la populaire enseigne d’alimentation bio aux États-Unis, Whole Foods Market (WFM-Q) a vu sa capitalisation boursière fondre de deux milliards de dollars en quelques séances, à cause d’inquiétudes reliées à l’érosion de ses ventes

Malgré leurs soubresauts temporaires, les marchés boursiers demeurent une excellente façon de s’enrichir à long terme. Fabien Major, dans sa chronique du Journal de Montréal, vous dévoile d’ailleurs la catégorie d’actifs susceptible de vous enrichir le plus sur une longue période: les petites sociétés américaines cotées en Bourse. Allez-y avec méthode! Assurez-vous d’une saine diversification et optez pour des sociétés de qualité, rentables, qui ont démontré par le passé leur capacité à naviguer en eaux troubles. Ignorez les tuyaux du beau-frère et le bruit ambiant des manchettes quotidiennes. Enfin, rappelez-vous ces deux postulats du célèbre investisseur Warren Buffett: «Premièrement, ne perdez jamais d’argent. Deuxièmement, n’oubliez jamais la première règle».


Inscrivez-vous à l’infolettre et participez à notre concours!