alt="budget-fetes"
7 décembre 2016Auteur : Dominique Lamy

Sur le radar économique

Budget des Fêtes: quelques conseils

Budget des Fêtes: éviter l’endettement

alt="budget-fetes"

Le temps des Fêtes approche, avec toute la fébrilité qui lui est associée. Votre budget tiendra-t-il le coup? Il semble que quatre parents québécois sur dix s’endettent durant cette période. Selon ce même sondage, on parle d’une dette oscillant entre 500$ et 1000$ contractée par 40% des parents. Il est évidemment possible de se faire plaisir et d’offrir sans submerger votre carte de crédit. Votre réception familiale et le repas offert n’ont pas à devenir un fardeau économique non plus. Planifiez, magasinez, évitez les tentations et… informez-vous des meilleurs et des pires achats à faire auprès des commerçants!

Banques et hypothèques: de l’inquiétude dans l’air…

 

alt="hypotheque"

La majorité des grandes banques canadiennes ont récemment publié leur performance financière trimestrielle. Profits stables et dividendes croissants demeurent, mais l’exposition substantielle de plusieurs d’entre elles au marché immobilier canadien inquiète les analystes. Ainsi, le portefeuille de prêts hypothécaires non assurés et de prêts adossés à des biens immobiliers représente 5,4 fois le capital réglementaire attendu à la Banque CIBC. Un ratio en hausse, donc, à un moment où une correction des prix du secteur résidentiel semble envisageable.

Sur le sujet, La Presse canadienne titre «Les banques doivent éviter la complaisance envers les prêts hypothécaires». Le mot d’ordre pour les prêteurs est de ne pas tenir pour acquis les faibles taux d’intérêt actuels lorsque vient le moment d’étudier le dossier d’un emprunteur. À lire aussi, cette décision de la Banque Nationale du Canada de passer dorénavant par un tiers pour offrir des prêts hypothécaires chez les courtiers.

Planification financière: le prochain accès universel?

alt="planification-financiere"

Et si vous étiez en mesure de consulter un planificateur financier gratuitement, et facilement? Il s’agit de l’une des recommandations des auteurs d'une récente étude. «La Fondation pour la planification financière souligne en effet que certains services jugés essentiels par la société sont offerts gratuitement ou à faible coût par les gouvernements ou autres organismes. Les soins de santé sont accessibles universellement sans frais supplémentaires au Canada, et ceux qui ne peuvent pas se permettre les services d’un avocat ont accès à une aide juridique», résume ce billet publié sur Conseiller. J’abordais d’ailleurs, le 16 novembre dernier, la valeur financière attribuable aux conseils d’un professionnel de l’industrie sur l’épargne des ménages. «Après le médecin de famille, le planificateur financier de famille? Pourquoi pas?», résumait quant à lui Daniel Germain, sur Les Affaires, en 2015.

Bourse: lectures pour mieux investir

 

alt="bourse"

En cette fin d’année, rien de mieux qu’un petit pot-pourri de conseils pour améliorer votre philosophie d’investissement. Le boursicoteur pourrait commencer sa réflexion en lisant le texte «Courtage en ligne: Profitez-vous de tout?». Vous y apprendrez qu’une meilleure maîtrise des plateformes de négociation des courtiers en ligne peut définitivement vous permettre de faire de meilleurs choix d’investissement.

Dans cet autre texte, vous découvrirez cinq comportements à éviter en Bourse. Puis, ici, vous obtiendrez des conseils pour naviguer en toute confiance dans l’univers boursier.

L’investisseur autonome aurait aussi intérêt à lire ce texte signé Stéphane Rolland, sur Les Affaires, proposant la vision de Serge Pépin, spécialiste des actions européennes chez BMO Gestion mondiale d’actifs à Londres. L’expert y propose aussi une sélection de titres individuels de qualité à inclure sur toute liste de surveillance.


Inscrivez-vous à l’infolettre