6e6a454e6d6bcd3dd43f60bb41e39672.JPEG
27 mai 2015Auteure : Marie-Julie Gagnon

Canada

Tofino, paradis hippie chic

Aucun doute : je ne me suis même pas encore approchée de la mer et je suis déjà la pire surfeuse de l'UNIVERS. Après une demi-heure à me battre avec la combinaison qui me permettra de plonger dans l'eau glaciale sans me transformer en glaçon, je m'avoue vaincue. Impossible d'enfiler les chaussons! «On va les mouiller, lance Chance, mon prof, en les plongeant dans l'eau. Comme pour les enfants.»

Je suis au centre de surf du Long Beach Lodge, à Tofino, sur l'île de Vancouver. Tofino se trouve tout au bout de la route. Cette seule phrase a suffi à alimenter deux décennie de fantasmes. Le bout de la route! Après, il y a le Pacifique. Puis l'Asie... On ne passe pas à Tofino «par hasard». On s'y rend parce qu'on a, à notre tour, été intrigué par ce coin de pays où des hippies sont venus s'installer dès les années 1960 et où aucune chaîne de restauration rapide n'a pignon sur rue en 2015.

Encore aujourd'hui, même si The New York Times a qualifié Tofino de «mini-Maui» en 2006 à cause de son côté «bohémien chic» et des stars qui l'ont fréquenté au fil des ans, on sent l'infleuence «peace and love». En dégustant tranquillement mes tacos au thon et à la morue tempura chez Tacofino, sur l'autoroute Pacific Rim, j'ai eu l'impression de faire un voyage dans le temps. Autour de moi, des accents d'un peu partout. Une maman accompagnée de deux fillettes aux pieds nus. Un peu plus loin, trois copains, un gamin et une planche de surf. «Nous habitons Victoria, me racontent-ils. Nous venons ici pour surfer.»

Le surf, un mode de vie

À Tofino, monter sur une planche de surf semble aussi naturel qu'enfourcher un vélo. Nombreux sont les mordus qui n'ont pu faire autrement qu'établir leurs quartiers dans cette ville où l'on mange divinement bien, notamment chez Wolf in the fog, élu meilleur nouveau restaurant au pays par le magazine enRoute en 2014.

«C'est ici que j'ai vu le plus de femmes surfer», affirme Krissy Montgomery, propriétaire de Surf Sister, école vouée à la promotion du surf au féminin. La jeune femme, qui parle de son sport de prédilection avec une passion inextinguible, passe toutes ses vacances à prendre les vagues aux quatre coins de la planète.

La Québécoise Laurie Boudreault, serveuse au restaurant The Great Room et créatrice de bijoux (elle vient d'ouvrir la boutique Merge: an artisan collective), a aussi choisi Tofino pour pouvoir surfer tous les jours et «aller au travail les cheveux mouillés et que ce soit normal».

«Les gens restent parce que le mode de vie est sain», croit-elle. Le yoga et le stand-up paddle font aussi partie des activités en vogue. Au petit matin, on croise des promeneurs et des joggeurs sur la magnifique plage Chesterman, aussi l'une des favorites des familles par beau temps. Les chiens trottinnent librement.

Nature et Premières Nations

C'est ici, aussi, qu'on trouve quelques-uns des plus vieux arbres de la planéte. À Meares Island, une randonnée (facile) sur la Big Tree Trail permet notamment de voir «The Hanging Garden», l'un des plus gros cèdres rouges au monde. Il mesure environ 18 mètres de diamètre et a plus de 2 000 ans!

Photo : Big Tree Trail. Photo par Marie-Julie Gagnon.

Pour s'y rendre, prendre part à une excursion de T'ashii Paddle School permet d'avoir un aperçu de l'histoire des autochtones de la région. À bord d'un canot traditionnel, on pagaie en écoutant la guide nous raconter comment ses ancêtres Nuu-chach nulth ont dû se battre pour leur culture, mais aussi pour que la forêt reste intacte.

Alors, le surf?

Il faut maintenant transporter les planches jusqu'à la plage. «Prends l'arrière, je m'occupe de l'avant», suggère Chance. Je soulève la première. Oh là là! C'est lourd, ce truc! Elle fait comment, Cameron Diaz? Je soulève la seconde en maudissant tous les films qui m'ont donné l'impression que se balader avec ce gros machin est la chose la plus naturelle au monde. En ce moment, j'ai plutôt l'impression d'être un pingouin qui, en plus de marcher n'importe comment, a la force d'un pou anémique. Heureusement, Chance est aussi charmant que Keanu Reeves dans Point Beak!

Après quelques moments glorieux où je prends davantage plaisir à faire des bruits avec ma bouche en glissant sur les vagues à plat ventre façon «Superman des mers» qu'à essayer de me tenir debout sur la planche, je ne peux m'empêcher de questionner Chance à son tour. Originaire du Nouveau-Brunswick, il n'avait jamais surfé avant de mettre les pieds à Tofino il y a cinq ans et demi.

- Alors, pourquoi n'es-tu jamais reparti?

- C'est comme le pays imaginaire de Peter Pan. Je me sens comme si j'étais toujours un enfant ici. Tout le monde est jeune de coeur. J'adore!

C'est exactement ça. À Tofino, chacun peut être ce qu'il veut. On se fout bien des conventions. La notion du temps est bien relative. Des hippies vieillissants aux jeunes bohèmes en passant par les familles granos et les millionnaires, chacun semble y trouver son compte.

Je dis au revoir à Chance et repars pieds nus en faisant des bruits avec ma bouche...

Pratico-pratique:

• S'y rendre : De Vancouver, on peut prendre le traversier et l'autobus ou un avion. La compagnie Orca Airways propose plusieurs vols par jour. On atterrit à Long Beach Airport, construit pendant la Deuxième guerre mondiale. Par la route, si on ne souhaite pas louer de voiture, il est possible de prendre le traversier depuis Horseshoe Bay, puis un autobus jusqu'à Tofino (plus de cinq heures). Mon conseil : prenez le bateau en fin de journée pour admirer le coucher du soleil.

• Se loger : Vous trouverez de tout à Tofino, de l'auberge de jeunesse au Relais et Château. Véritable institution, le Wickaninnish Inn séduit par son luxe rustique et son spa. Alors que l'on peut y observer les tempêtes pendant «l'hiver» (il ne fait jamais vraiment froid à Tofino), on s'endort avec le bruit des vagues dès que le beau temps permet de laisser la porte entrouverte. Dans un tout autre style, le Long Beach Lodge ressemble davantage à un hôtel de bord de mer classique. Les chambres donnant sur l'océan promettent, là aussi, de beaux rêves. Le coucher de soleil y est spectaculaire.

• Manger : Arrêt obligatoire au camion de Tacofino, véritable légende dans l'Ouest. Le menu dégustation de The Pointe, restaurant du Wickaninnish Inn est un must. Plusieurs autres excellentes tables : Wolf in the fog, Shelter, The Great RoomSoBo.

• Avis aux joggers : la plage Chesterman est FANTASTIQUE au petit matin (et quasi-déserte). Vous y apercevrez notamment la maison de Sarah McLachlan.

Merci à Tourism Tofino, à Orca Airways, à Destination BC, aux hôtels Wickaninnish Inn et Long Beach Lodge, grâce à qui la réalisation de ce reportage a été possible.