Photo: Marie-Julie Gagnon
Photo: Marie-Julie Gagnon
3 octobre 2016Auteure : Marie-Julie Gagnon

Banff la grandiose

Chaque fois, la même émotion. Dès que les Rocheuses se dessinent à l’horizon, je me sens rapetisser jusqu’à me fondre à ce paysage grandiose. Je pourrais passer ma vie ainsi, je crois, à ne faire qu’une avec les montagnes. Les grands sommets mettent juste assez de distance entre le monde et soi pour rendre une infinité de préoccupations futiles. Entre ciel et terre, l’équilibre devient une question de survie. L’important est de ne pas tomber. Après, on profite de la vue. Simplement.

Oui, les montagnes me rendent toujours un peu philosophe. Elles me ramènent à l’essentiel, soit à ma simple condition d’humaine. Je les laisse m’étreindre à en oublier toutes les luttes vaines du quotidien. L’humilité va de soi quand on se love dans des bras aussi grands.

Photo: Marie-Julie Gagnon
Photo: Marie-Julie Gagnon

Et puis, il y a l’histoire. En les traversant en train, je m’étonne chaque fois qu’on soit parvenu à creuser de tels tunnels dans leur ventre. Tant de gens ont laissé leurs vies sur ces chantiers… Ceux qui ont pu emprunter les rails ont assisté aux balbutiements du tourisme au pays . «Si on ne peut pas emmener ce paysage aux gens, amenons les gens au paysage!» a lancé William Cornelius Van Horne, président du Canadien Pacifique, en 1887, au moment de la construction de l’hôtel Banff Springs, aujourd’hui sous la bannière Fairmont.

Hôtel Banff Springs. Photo: Marie-Julie Gagnon
Hôtel Banff Springs. Photo: Marie-Julie Gagnon

Cet hôtel qui surplombe les chutes Bows vaut à lui seul une visite à Banff. Brûlé en 1926 puis reconstruit en 1928, il a vu défiler les personnalités les plus célèbres de la planète, de Ginger Rogers à Indira Gandhi, en passant par Marilyn Monroe. Cette dernière y a d’ailleurs passé beaucoup de temps à cause d’une blessure à la cheville (qui, selon certains, aurait été mineure, Marilyn en ayant exagéré la gravité pour s’offrir une pause parce qu’elle n’en pouvait plus des relations tendues avec le réalisateur du film) en août 1953, pendant le tournage de River of No Return. Un livre rassemblant les clichés pris par le photographe John Vachon, alors mandaté par le magazine Look pour croquer les stars dans les Rocheuses — trois productions y étaient tournées simultanément cet été-là —, a même été publié en 2010.

Le lobby de l'hôtel Banff Springs. Photo: Marie-Julie Gagnon
Le lobby de l'hôtel Banff Springs. Photo: Marie-Julie Gagnon

L’hôtel compte aussi son lot d’histoires paranormales. Hanté ou pas, le «château», comme plusieurs le surnomment? Ceux qui affirment avoir aperçu une mariée flotter dans les parages le croient. Bon joueur, l’établissement a même résumé l’histoire de cette jeune femme morte le jour de son mariage dans un cadre accroché près de l’escalier où elle a chuté. Cette année, elle sera la vedette du gala d’Halloween organisé par l’hôtel le 29 octobre prochain. Des visites thématiques sous le thème des fantômes sont également proposées aux visiteurs pour l’occasion.

Trop de touristes?

Bien sûr, il y a foule pendant l’été à Banff, et une bonne partie de l’hiver. Le meilleur moment pour y aller si on recherche surtout le calme? «Vers le mois de novembre», dit Tara Gaucher, directrice des relations publiques du Fairmont Banff Springs. Bien entendu, les mordus de ski préféreront attendre la neige.

L’été 2017 risque d’être particulièrement achalandé à cause du 150e anniversaire du pays. Pour l’occasion, Parcs Canada laissera entrer gratuitement les visiteurs pendant toute l’année.

Photo: Marie-Julie Gagnon
Photo: Marie-Julie Gagnon

On constate rapidement le rôle particulier de Banff en visitant le lieu historique national du Cave and Basin. C’est ici que trois travailleurs du Canadien Pacifique sont tombés sur une source d’eau chaude en cherchant de l’or en 1883. Bien que les vestiges archéologiques démontrent que des humains la connaissaient depuis 10 000 ans, ce sont ces trois aventuriers qui en ont vu les premiers le potentiel lucratif. On peut même voir l’emplacement où le trio a construit sa cabane, alors qu’ils revendiquaient la propriété des sources thermales (l’État en a plutôt interdit la colonisation et a créé, en 1885, une réserve de 26 km2 pour les protéger). Le parc national de Banff tel qu’on le connaît aujourd’hui existe depuis 1930. Il couvre un territoire de 641 km2, qui englobe même l’hôtel Fairmont Banff Springs.

Bien manger à Banff

Être en Alberta sans manger le bœuf qui fait sa fierté? Impossible, à moins d’être un fervent végétarien. C’est chez Chuck’s Steakhouse, ouvert depuis à peine un mois, que je goûterai la meilleure viande de mon séjour albertin. Le menu me fait vite réaliser qu’en matière de viande, je n’y connais pas grand-chose. Non seulement différentes coupes et qualités sont proposées, mais on indique aussi de quel ranch provient le bœuf! Ma curiosité me poussera à goûter à trois steaks différents. Mon coup de cœur: le Hand Select Prime Striploin, particulièrement savoureux (et non, pas le plus cher sur le menu!).

Photo: Marie-Julie Gagnon
Les fameux steaks du Chuck’s Steakhouse. Photo: Marie-Julie Gagnon

Le lendemain, dans un tout autre style, Park Distillery me ravira tout autant (particulièrement les bouchées de porc effiloché enrobées de corn flakes!). On y sert autant des tapas que de la fondue au fromage, du poulet rôti et des steaks cuits sur le gril. Comme son nom l’indique, l’endroit fabrique différents spiritueux. Pour le moment, seuls la vodka et le gin sont en vente. J’aime tellement ma vodka au chili que j’en rapporterai une bouteille dans mes bagages!

Photo: Marie-Julie Gagnon
Park Distillery. Photo: Marie-Julie Gagnon

La rumeur semble vraie : on trouve de plus en plus de bons endroits où se sustenter à Banff. Ah! Et si vous passez par le Fairmont Banff Springs, il faut absolument attraper un brownie au Castle Pantry, café qui se trouve près du lobby. Ils goûtent LE CIEL!

Pour digérer...

Quoi de mieux qu’une randonnée pour faire descendre tous ces mets et desserts! Les possibilités sont nombreuses. En environ trois heures, il est par exemple possible de monter et descendre le mont Tunnel, où est construit l’hôtel Fairmont Banff Springs. En empruntant le téléphérique, on peut également s’offrir une chouette balade au sommet du mont Sulphur. Et si vous avez un petit creux, le nouveau bistro Sky Bistro offre une vue imprenable.

Photo: Marie-Julie Gagnon
La vue du Sky Bistro. Photo: Marie-Julie Gagnon

Le plus dur, à Banff? Se défaire de l’étreinte des montagnes. On part en promettant de revenir, les yeux embués. Et on tente de garder l’équilibre…

Pratico-pratique :

  • Plusieurs nouveautés sont proposées depuis septembre au sommet du mont Sulphur. Les détails sont sur le site Web.
  • Pendant l’été, de nombreuses activités sont proposées aux visiteurs au lieu historique du Cave and Basin.
  • Le Musée Whyte offre une introduction à l’histoire de Banff et présente des œuvres mettant en vedette la région.
  • Ne tentez pas de trouver des livres en français dans les librairies et boutiques de souvenirs de Banff : il est plus facile d’en trouver en japonais et en allemand…

J’étais l’invitée de Travel Alberta, de Banff and Lake Louise Tourism et du Fairmont Banff Springs (merci!). Toutes les opinions émises dans ce texte sont bien sûr100% les miennes.


Pour en savoir plus

10 choses que vous ne savez (peut-être) pas à propos de Parcs Canada

Marie-Julie Gagnon

29 août 2016

Avenues.ca

Inscrivez-vous à l’infolettre