alt="snapchat"
29 mars 2016Auteur : Maxime Johnson

Snapchat pour les nuls

Adulé des plus jeunes et jusqu’ici craint par les plus vieux, le réseau social d’échange de photos et de vidéos Snapchat commence finalement à gagner en popularité chez un public plus large. Voici tout ce qu’il faut savoir sur ce réseau social électrisant.

Comment ça fonctionne?

Snapchat est un réseau social accessible uniquement à partir d’un téléphone intelligent Android ou iOS. L’application se divise principalement en deux parties:

  • Une première section permet de communiquer directement avec ses contacts, que ce soit en messagerie textuelle, en vidéoconférence ou en s’envoyant des photos et des vidéos. Ces images, par-dessus lesquelles il est possible d’écrire ou de dessiner, s’affichent quelques secondes seulement et s’effacent par la suite, ce qui a grandement contribué à la réputation de Snapchat d’être un réseau conçu pour s’échanger des clichés coquins.
  • La seconde section contient les «Stories». Des images et des vidéos de ses contacts, qui s’affichent quant à elles pendant 24 heures. Il s’agit d’une façon de partager ce que l’on fait avec tout le monde, comme sur Facebook, sans pour autant que cela ne vienne nous hanter des années plus tard.

Dans tous les cas, il est bon de noter qu’il est possible de faire une capture d’écran des photos que l’on reçoit pour les conserver, mais que l’autre personne reçoit alors une notification qui l’en informe. Sur Snapchat comme ailleurs sur Internet, si on ne veut pas que quelque chose se sache, mieux vaut donc ne pas le partager.

Le site français 20minutes.fr a publié récemment un guide très terre à terre sur la manière d’utiliser le réseau social.

Que peut-on faire sur Snapchat?

Snapchat est avant tout amusant, et chaque message reçu est comme un petit cadeau, qu’on a hâte d’ouvrir pour voir ce qu’il contient. À cause de ses outils de dessin et de son instantanéité, Snapchat est souvent utilisé pour les conversations plus bon enfant, mais aussi pour n’importe quel autre genre de discussion avec sa famille ou ses amis.

Comme sur les autres réseaux sociaux, il est aussi possible à ceux qui ne souhaitent que se divertir de s’en servir d’une façon plus passive. De plus en plus de médias possèdent d’ailleurs leur propre compte Snapchat, comme le magazine People, dont une équipe produit sur le réseau social une version plus jeune et plus cinglante du magazine.

Il est aussi possible parfois de s’informer sur Snapchat. Lorsque Radio-Canada a lancé son compte cet hiver, elle a d’ailleurs utilisé la plateforme pour expliquer un sujet corsé, soit les ondes gravitationnelles.

Snapchat peut finalement être un outil professionnel, pour faire rayonner une marque ou pour faire passer ses messages à son public directement. Le journaliste des Affaires Julien Brault a d’ailleurs publié récemment un «Petit guide d'utilisation professionnelle de Snapchat à l'intention des plus de 30 ans» sur le sujet.

Pour ce dernier, ignorer Snapchat est un luxe que personne ne peut se permettre en 2016. Avec 8 milliards de visionnements quotidiennement, le réseau social a d’ailleurs récemment dépassé Facebook et YouTube quant au nombre de vidéos vus par jour.

Qui suivre sur Snapchat?

Convaincus? Il ne vous reste qu’à télécharger l’application, créer un compte et ajouter des personnes à suivre.

Snapchat offre un outil pour trouver qui parmi ses contacts personnels possède un compte, et plusieurs sites offrent des suggestions de célébrités et d’entreprises à ajouter. Les listes généralistes sont plus ou moins intéressantes (à moins que vous ne soyez fascinés par la famille Kardashian), mais d’autres rassemblent les comptes par champs d’intérêt.

Votre tour du monde propose par exemple 11 comptes pour les amateurs de voyages (une liste à laquelle il faudrait bien sûr ajouter Technomade, le compte de Marie-Julie Gagnon), Vogue suggère 8 comptes pour ceux qui s’intéressent à la mode et le blogue Narcity recense 50 utilisateurs québécois.

Il existe aussi des listes pour les vedettes, pour les top-modèles, les équipes de hockey et les amateurs de technologies (une liste à laquelle vous pouvez évidemment ajouter le compte de votre humble chroniqueur, maximejohnson).


Inscrivez-vous à l’infolettre