La chronique Partir

Auteur(e)

Marie-Julie Gagnon

Auteure, chroniqueuse et blogueuse, Marie-Julie Gagnon se définit d’abord comme une exploratrice. Accro aux réseaux sociaux (@technomade sur Twitter et Instagram), elle collabore à de nombreux médias depuis une vingtaine d’années et tient le blogue Taxi-brousse depuis 2008. Certains voyagent pour voir le monde, elle, c’est d’abord pour le «ressentir» (et, accessoirement, goûter tous les desserts au chocolat qui croisent sa route).

9 février 2017

Comment voyagera le touriste de demain?

En janvier dernier, j’ai assisté à la cinquième conférence annuelle sur les tendances touristiques. L’objectif: tenter de brosser le portrait du voyageur du futur, sujet passionnant s’il en est un!

Cette conférence était présentée par Paul Arsenault, titulaire de la Chaire de tourisme Transat, directeur du Réseau de veille en tourisme et professeur à l’ESG UQAM et Pierre Bellerose, vice-président Relations publiques, accueil, recherche et développement du produit chez Tourisme Montréal.

D’entrée de jeu, les deux experts ont évoqué la question de la sécurité, préoccupation grandissante chez les voyageurs. Les récents attentats sont encore bien frais dans la mémoire des voyageurs. «Ce qui a changé, c’est la médiatisation», croit Paul Arsenault.

Le tandem a aussi évoqué la «Trumpapocalypse», allant même jusqu’à parler «du déclin de l’empire américain». Selon eux, il y a «un danger de désaffection de l’Amérique du Nord dans l’imaginaire touristique». Les tensions avec la Chine et le Mexique auront aussi un impact. «Le Canada devra se détacher de la marque "États-Unis"», croient-ils.

Photo: Greg Ortega, Unsplash
Photo: Greg Ortega, Unsplash

Économies émergentes

Selon la Banque mondiale, la Chine générera le tiers de la croissance mondiale d’ici 2025, soit davantage que n’importe quelle autre économie, et ce, même si la croissance ralentit actuellement. D’ici 2025, les économies émergentes auront une croissance 75% plus rapide que les pays développés.

L’activité économique et la croissance se déplacent vers l’Asie et l’Amérique latine. L’Asie est en train de devenir la plus grande région commerciale et les flux entre pays émergents s’intensifient, par exemple entre l’Asie et l’Afrique.

La Chine a été mentionnée maintes fois pendant la conférence parce qu’elle est devenue le premier pays générateur de dépenses touristiques à l’étranger en 2015 (292 milliards de dollars américains!), représentant plus du double de celles des États-Unis, qui arrive deuxième. La croissance démographique et l’arrivée des classes moyennes asiatiques contribueront à accroître le nombre de touristes. Reste maintenant à voir comment les différents intervenants touristiques s’adapteront à cette arrivée massive de touristes aux habitudes bien différentes de celles des Occidentaux!

alt="tendances-touristiques"
Photo: Drapeau de la Chine avec billet de 100 dollars, Shutterstock

Vieillissement de la population et voyage en solo

On entend beaucoup parler de l’arrivée des «milléniaux», mais le vieillissement de la population aura aussi un impact sur l’industrie du tourisme. «En 2012, seuls le Japon et l’Allemagne avaient un âge médian de 45 ans. En 2030, la plupart des pays européens, la Corée du Sud et Taïwan auront franchi ce seuil.»

L’offre touristique devra aussi s’adapter à cette réalité. Les gens prenant leur retraite plus tard, les voyageurs d’affaires seront plus âgés. Dans un même ordre d’idées, les voyages intergénérationnels devraient continuer de gagner en popularité.

Autre chiffre révélateur: on prédit que d’ici 2030, près de 40% des foyers canadiens seront constitués de personnes seules. Voyager seul sera plus courant, en continuité avec le mode de vie.

alt="tendances-touristiques"
Photo: Homme au parc national de Yosemite, Shutterstock

Mobilité et réseaux sociaux

Aucune surprise en apprenant que le téléphone cellulaire n’est pas menacé d’extinction. «Le touriste de demain sera entièrement numérique», affirment Paul Arsenault et Pierre Bellerose.

Environ 75% de la population mondiale a accès à un téléphone cellulaire. Dans certains pays, il est plus facile d’obtenir un téléphone mobile que l’électricité ou l’eau potable! Les réseaux sociaux ont permis à tout le monde de se faire entendre, y compris dans les pays en développement.

Les réseaux sociaux font aussi partie de l’expérience de voyage de plusieurs. National Geographic vient d’ailleurs de publier un reportage à propos de l’impact d’Instagram sur l’industrie du voyage.

Là où certains tiquent, c’est quand on évoque l’abandon de la vie privée. Il est si facile et rapide de transmettre des images et des données numériques que personne n’est à l’abri du regard des autres.

On ne peut, par ailleurs, pas nier l’engouement du Web pour la réservation de voyage. Quand on regarde la situation de plus près, on réalise que les grands groupes contrôlent à peu près tout. En effet, rapportent les experts, 92% des réservations en ligne se font auprès de trois groupes: Priceline (Booking.com), Expedia et Ctrip.

Photo: Fabrizio Verrecchia, Unsplash
Photo: Fabrizio Verrecchia, Unsplash

Réalité virtuelle

Autre incontournable selon MM. Arsenault et Bellerose: «La réalité virtuelle jouera un rôle central dans les interactions avec les marques d’ici 2020. Plus des trois quarts des marques s’appuieront sur ces nouvelles technologies pour gérer leur expérience client au cours des prochaines années.»

Un bon point: on se libérera du fameux casque. La réalité virtuelle semble très prometteuse du point de vue des acteurs de l’industrie touristique, mais passionnera-t-elle toujours les consommateurs une fois le buzz passé? Malgré les prédictions, j’ai tout de même un doute. Je ne peux toutefois m’empêcher de penser à la mode des télévisions en 3D, complètement absentes cette année au Consumer Electronic Show après avoir été présentées comme l’avenir en 2010. La pérennité de ce genre de «révolution» est loin d’aller de soi... Mais ne voit-on pas ressurgir un intérêt pour les hologrammes? Quand les fantasmes de la science-fiction deviennent réalité, notamment au Philipp J. Currie Dinosaur Museum, en Alberta, à la fine pointe de la technologie, on se dit que tout est possible.

alt="tendances-touristiques"
Photo: Tablette et carte du monde virtuelle, Shutterstock

Éthique et environnement

Malgré tout, j’ai, personnellement, plutôt l’impression que de plus en plus de voyageurs se tourneront vers le slow travel, tendance déjà bien amorcée, et rechercheront surtout les expériences humaines et authentiques (à moins que je fasse de la projection?). D’ailleurs, le retour à la nature a aussi été évoqué dans la conférence, tout comme une réelle prise de conscience face aux enjeux environnementaux et au réchauffement de la planète. C’est un classique: toute tendance a son courant opposé!

À l’ère de l’omniprésence de la technologie, la déconnexion volontaire et le désir de rencontrer des «locaux» en chair et en os m’apparaissent séduisants. Il suffit de regarder autour de nous: nombreux sont les accros de la techno qui ont fait des pauses plus ou moins prolongées des réseaux sociaux au cours des derniers mois.

Les voyageurs essoufflés par le quotidien trépidant n’abandonneront pas forcément leur téléphone parce qu’il leur permet de gérer les moindres détails de leur vie, y compris en vacances, mais je pense qu’on en fera une utilisation plus saine. Idem pour les gadgets connectés. On fait tout un plat en ce moment des puces permettant de suivre sa valise à la trace, mais dans quelques années, on sourira sans doute en imaginant l’époque où ce n’était pas possible. Tout devient vite banal, surtout quand il s’agit de technologies. C’est, du moins, mon impression d’ancienne chroniqueuse techno!

En résumé, «le touriste de demain sera plus libre, plus intolérant face à l’inquiétude et au stress, plus confiant en lui, plus spontané, plus proactif face aux questions éthiques, parfaitement autonome, entièrement numérique, connu et mesuré dans toutes ses actions et préférences et prévisible au-delà de sa propre conscience parce que scruté en permanence sous ses moindres coutures.»  Tout un programme!

alt="tendances-touristiques"
Photo: Plage et hamac, Shutterstock

Pour en savoir plus

Inscrivez-vous à l’infolettre