La chronique Culture

Auteur(e)
Photo: Martine Doucet

Claude Deschênes

Claude Deschênes a travaillé à la radio et à la télévision de Radio-Canada pendant 33 ans, principalement à couvrir la scène culturelle pour le Téléjournal et le Réseau de l’information (RDI). On le retrouve maintenant à France 2 comme collaborateur de l’émission Télématin. Il continue aussi de partager son intérêt pour la culture et les arts sur différentes plateformes. On peut suivre ses reportages sur le blogue claudedeschenes.ca. Il a aussi publié sur le site d’actualité Huffington Post Québec et dans différentes publications de la presse écrite. Claude Deschênes agit aussi comme animateur et porte-parole d’événements ainsi que conférencier, notamment dans le réseau des universités du troisième âge.

13 avril 2018

Le Patin Libre brise la glace

Cette semaine, je vous propose quelque chose qui se situe quelque part entre la perfection olympique du duo Virtue-Moir et la saison calamiteuse des Canadiens: Le Patin Libre, une compagnie québécoise qui réinvente le spectacle sur glace. Après avoir récolté des critiques dithyrambiques à l’étranger pour Vertical Influences, Le Patin Libre présentait mercredi, en première mondiale, sa nouvelle création, Threshold (Seuil), à l’aréna Saint-Louis du Plateau Mont-Royal. Le spectacle est repris jusqu’au 22 avril dans le cadre de la prestigieuse programmation de Danse Danse.

Permettez-moi de commencer par une anecdote. La première fois que j’ai parlé de Patin Libre, c’était en janvier 2010 au Téléjournal Montréal. Son fondateur, Alexandre Hamel, nous avait convaincus de faire un reportage sur lui et sa bande. Leur besoin viscéral de sortir du carcan à paillettes du patinage artistique méritait en effet d’être connu. Nous les avions donc invités à nous donner un aperçu de leur travail en direct du Vieux-Port dans le cadre d’une émission spéciale qui avait pour thème les patinoires de Montréal. Patrice Roy et toute l’équipe étaient sur place. Mais ce 12 janvier 2010, la terre a tremblé à Haïti et notre projet d’émission spéciale a déraillé. On n’a pas pu, et pour cause, faire entendre correctement les raisons qui motivaient ces patineurs à bousculer le milieu duquel ils étaient issus et prendre la mesure de l’ostracisme que leur valait leur rébellion.

Photo © Rolline Laporte. Interprètes Jasmin Boivin, Alexandre Hamel, Samory Ba, Pascale Jodoin, Taylor Dilley.
Photo © Rolline Laporte. Interprètes Jasmin Boivin, Alexandre Hamel, Samory Ba, Pascale Jodoin, Taylor Dilley.

Pas encore prophètes en leur pays

Huit ans plus tard, Le Patin Libre est malheureusement encore trop méconnu au Québec, même si la troupe a fait un vidéoclip avec la violoniste Angèle Dubeau et malgré le succès de ses tournées dans une dizaine de pays.

Par exemple, en Angleterre, le journal The Gardian, qui les tient en haute estime, classe leur production Vertical Influence parmi les 10 spectacles (toutes formes confondues) les plus marquants de l’année 2015 au Royaume-Uni. Plus récemment, en janvier dernier, la chaîne publique britannique BBC2 leur consacrait une émission de télé complète. En France, leur travail sidère Le Figaro.

Danse Danse ouvre ses portes au patinage contemporain

Grâce au producteur de spectacles Danse Danse, Le Patin Libre peut enfin se présenter à la maison dans des conditions à la hauteur de la réputation acquise à l’étranger. Danse Danse a mis sa rigoureuse machine à l’œuvre pour transformer l’aréna Saint-Louis en théâtre et faire de sa glace une scène sur laquelle les patineurs peuvent briller de tous leurs feux. L’immense surface, dont les dimensions sont conformes aux standards de la Ligue nationale de hockey (LNH), permet de pousser des pointes atteignant 40 à 50 km à l’heure.

Photo © Romain Guilbault. Interprète Pascale Jodoin.
Photo © Romain Guilbault. Interprète Pascale Jodoin.

Exit le patin de fantaisie

Ma plus grande surprise en voyant apparaître les cinq patineurs (quatre gars, une fille), c’est de constater que l’esprit rebelle des débuts a fait place à la maturité. On a maintenant rendez-vous avec une compagnie de patinage contemporain (apparemment la seule au monde) plutôt qu’avec des patineurs en rupture de ban avec le style «On Ice» qui font des cabrioles sur du AC/DC.

Dans Threshold (Seuil), la chorégraphie est lyrique, le propos, ésotérique, les costumes, sobres, les éclairages, tamisés, la musique, moderne, et tout ça participe à créer un climat rarement vu en patinage sur glace. La fantaisie, à laquelle on a longtemps associé la discipline, a pris le bord.

Mais la virtuosité sur lames est toujours au rendez-vous. Assis directement sur la patinoire, donc très proche des artistes, on peut en apprécier chaque manifestation.

J’aimerais avoir le vocabulaire d’Alain Goldberg pour pouvoir décrire les figures que les patineurs exécutent. Avec sa prestance et son aisance sur glace, le patineur Samory Ba n’a cessé de retenir mon attention, mais ses partenaires sont aussi excellents. Il y a chez chacun d’eux autant de grâce dans les mouvements lents que dans la furie que rend possible le fait d’être sur patins. Cette possibilité de se déplacer en glissant permet de créer de magnifiques tableaux que le son des lames sur la glace rend encore plus saisissants.

Photo © Romain Guilbault. Interprètes Samory Ba, Alexandre Hamel, Taylor Dilley, Jasmin Boivin, Pascale Jodoin.
Photo © Romain Guilbault. Interprètes Samory Ba, Alexandre Hamel, Taylor Dilley, Jasmin Boivin, Pascale Jodoin.

Attention, c’est froid

Mais, disons-le, le patinage contemporain tel que pratiqué par Le Patin Libre est un nouveau mode d’expression, et il y a encore beaucoup de travail à faire pour enrichir son vocabulaire. Le spectacle, composé de deux parties de 25 minutes, m’a semblé répétitif autant sur le plan chorégraphique que sur celui de la trame sonore. L’ensemble manque de diversité et a quelque chose de froid, ce qui n’aide pas à combattre celui qu’il fait dans l’aréna.

Ce qui m’amène en terminant à vous recommander, oui, d’aller voir cette nouvelle création de Patin Libre, mais en vous assurant de bien vous vêtir. Ça ne devrait pas être un problème, les bas de laine, les combinaisons à grands manches, les polars, les tuques et les mitaines ne sont pas encore rangés. Et s’il vous plait, par respect pour ceux qui seront assis derrière vous, évitez le bonnet à pompon. On ne veut pas juste entendre les lames sur la glace, on veut les voir.

Photo © Romain Guilbault. Interprètes Alexandre Hamel, Taylor Dilley.
Photo © Romain Guilbault. Interprètes Alexandre Hamel, Taylor Dilley.

Inscrivez-vous à l’infolettre