La chronique Partir

Auteur(e)

Marie-Julie Gagnon

Auteure, chroniqueuse et blogueuse, Marie-Julie Gagnon se définit d’abord comme une exploratrice. Accro aux réseaux sociaux (@technomade sur Twitter et Instagram), elle collabore à de nombreux médias depuis une vingtaine d’années et tient le blogue Taxi-brousse depuis 2008. Certains voyagent pour voir le monde, elle, c’est d’abord pour le «ressentir» (et, accessoirement, goûter tous les desserts au chocolat qui croisent sa route).

26 octobre 2017

Pourquoi je ne me lasserai jamais d’explorer la France

La semaine dernière, Atout France a célébré son 70e anniversaire de présence au Canada en compagnie de différents partenaires et représentants des médias. L’occasion de mesurer le chemin parcouru et d’inaugurer l’exposition Imagine France – Le fantastique voyage, présentée gratuitement aux Cours Mont-Royal jusqu’au 19 novembre.

L'exposition itinérante propose un voyage aux quatre coins du pays à travers ses sites culturels. La photographe Maia Flore nous offre 25 escales: les jardins du Château de Versailles, la Citadelle de Besançon, le monde souterrain en Ardèche, le Palais des papes d’Avignon, le Château de Thoiry, où se baladent des animaux exotiques, le Château du Haut-Koenigsbourg, forteresse médiévale qui surplombe la plaine d’Alsace…

En découvrant les photos, j’ai été frappée par le nombre d’endroits que je n’ai pas encore eu l’occasion de voir de mes propres yeux, moi qui me rends pourtant le plus souvent possible de l’autre côté de l’Atlantique. L’interprétation de certains sites m’a aussi donné envie plus d’une fois de retourner sur mes pas.

On peut contempler un pays sous toutes ses coutures, il suffit parfois d’un autre regard pour faire une lecture différente d’un paysage, d’une œuvre ou d’un bout d’histoire. C’est ce qui me saute aux yeux en découvrant la photo de la Coupole Charvin, au pic du Midi, d’où l’on voit dépasser les jambes d’une femme portant une robe et des chaussures rouges. On dirait qu’elle vient d’atterrir au sommet des Pyrénées après une promenade à travers les nuages… «Comme un château dans le ciel» illustre l’artiste.

Photo: Maia Flore, imagine.france.fr
La coupole Charvin, Pic du Midi, Maia Flore. Source photo: imagine.france.fr

Au-delà des icônes

Pas étonnant que la France attire aujourd’hui plus de 85 millions de visiteurs. En plus de ses multiples atouts naturels, ses richesses culturelles sont infinies. Au-delà de la tour Eiffel, se trouve le plus haut pont-aqueduc romain au monde, une tour à la longue traîne dorée, des grottes-galeries d’art qui nous ramènent à la préhistoire, des châteaux sombres comme ceux des contes des frères Grimm et d’autres, beaucoup plus lumineux. Et je n’ai pas encore mentionné son vin et sa gastronomie, inscrite sur la liste du patrimoine culturel et immatériel de l’UNESCO depuis 2010! Mais ai-je vraiment besoin de le faire? Vous êtes nombreux, comme moi, à la mettre au cœur de chacun de vos séjours en sol français.

J’ai longtemps dit que la France ne m’intéressait pas parce qu’elle faisait partie des évidences. Le genre de destination qu’il me semblait inutile de visiter avant la retraite, quand je n’aurais plus la force de bourlinguer dans des contrées exotiques et pleines de défis. Ayant grandi, comme de nombreux Québécois, avec sa musique, son cinéma et sa littérature, j’avais l’impression de l’avoir déjà visitée, en quelque sorte.

Assoiffée de découvertes, je ressentais le besoin de placer le choc culturel au centre de mes premiers voyages. Ironiquement, combien de fois me suis-je liée d’amitié avec des Français qui recherchaient la même chose à l’autre bout du monde? Mon amour de la langue de Molière me pousse inévitablement à tisser des liens avec ceux qui la parlent. Je me suis toujours définie bien davantage par ma langue que par des frontières tracées sur une carte.

Il a suffi d’une escale à Paris en route vers l’Afrique pour que j’envoie balader ma bucket list. La France je visiterais le plus souvent possible. J’avais 28 ans. Impossible de compter le nombre de fois où j’y suis retournée depuis.

Devant les œuvres de Maia Flore, je réalise pourtant que je n’ai encore rien vu. Et que c’est tant mieux.

Carcassonne, la Cité. Maia Flore. S
Carcassonne, la Cité. Maia Flore. Source photo: imagine.france.fr

Pour en savoir plus

Le Mont-Saint-Michel: entre ciel et terre

Marie-Julie Gagnon

15 septembre 2016

Avenues.ca

À la découverte de la Bretagne historique

Marie-Julie Gagnon

3 novembre 2016

Avenues.ca

Magique brocéliande

Marie-Julie Gagnon

29 septembre 2016

Avenues.ca

Champagne!

Marie-Julie Gagnon

9 août 2017

Avenues.ca

Inscrivez-vous à l’infolettre