La chronique Partir

Auteur(e)

Marie-Julie Gagnon

Auteure, chroniqueuse et blogueuse, Marie-Julie Gagnon se définit d’abord comme une exploratrice. Accro aux réseaux sociaux (@technomade sur Twitter et Instagram), elle collabore à de nombreux médias depuis une vingtaine d’années et tient le blogue Taxi-brousse depuis 2008. Certains voyagent pour voir le monde, elle, c’est d’abord pour le «ressentir» (et, accessoirement, goûter tous les desserts au chocolat qui croisent sa route).

30 juin 2016

Camping de luxe dans les Cantons-de-l’Est

Première bouchée. Hum, pas mal. Deuxième bouchée: pas mal DU TOUT! À la troisième, c’est décidé: je mangerai une autre pizza demain. Je suis pourtant dans le restaurant d’un camping…

Non, on ne va plus camper en 2016 comme on le faisait il y a 20 ou 30 ans. Les options sont de plus en plus nombreuses pour nous faire apprécier l’expérience, même si on n’est pas spécialement enthousiastes à l’idée de dormir dehors (ou presque).

Au Camping Huttopia, à Sutton, dans les Cantons-de-l’Est, j’ai posé mon sac dans une tente équipée non seulement d’un réfrigérateur et du nécessaire pour faire à manger, mais aussi d’une salle de bain avec évier, douche et toilette. Je trouve des prises de courant dans chacune des chambres, en plus de celles qui se trouvent près du comptoir.

Comme je cuisine seulement sous la torture (ou presque), je ne me suis pas fait prier pour tester le restaurant du site, même si j’ai jusqu’à maintenant préféré bien souvent me nourrir de pain, de chips et de guimauves en camping (un autre type de «survie») tant mes souvenirs de repas de casse-croûte me font grimacer. Bien que très peu d’options se trouvent sur le menu du resto, chacune s’avère concluante. Des frites? Oui, mais pas que. Des salades, aussi. Et ces pizzas délicieuses, cuites dans un four à bois…

La fameuse pizza! Photo: Marie-Julie Gagnon
La fameuse pizza! Photo: Marie-Julie Gagnon

L’expérience Huttopia

Le plus chouette reste tout de même de dormir en pleine forêt sans risquer un face à face avec un ours au milieu de la nuit en allant faire pipi. De chaque côté de la salle de bain de ma tente Trappeur se trouvent les chambres: une avec un lit double, et une autre avec lits superposés (le lit de l’étage inférieur est double). Comme pour la tente Canadienne, jusqu’à cinq personnes peuvent partager l’espace. La dimension de ces deux tentes est la même. La différence, outre la salle de bain? Un écart de prix de 30$/nuit le week-end, en haute saison.

Autre bon point: le «centre de vie», où se trouve le restaurant. Si la pizza vaut à mon avis à elle seule le détour, des hamburgers et une salade de quinoa nous ont aussi laissé un sourire au visage.

La grande terrasse, avec vue sur la piscine. Photo: Marie-Julie Gagnon
La grande terrasse, avec vue sur la piscine. Photo: Marie-Julie Gagnon

Une grande terrasse permet de boire bière ou café tranquillement, alors qu’à côté, des campeurs jouent au ping-pong ou à la pétanque. La piscine (chauffée) ravit particulièrement les enfants, tout comme le terrain de jeux adjacent.

La tente Trappeur. Photo: Marie-Julie Gagnon
La tente Trappeur. Photo: Marie-Julie Gagnon

Le site compte 20 tentes Trappeur comme la nôtre, disséminées un peu partout sur le site. Si certaines tentes permettent d’espionner ses voisins (ou d’être espionné, c’est selon), d’autres offrent plus d’intimité, comme cette tente Bonaventure pour deux personnes repérée dans les fougères, près des sentiers.

La tente Bonaventure. Photo: Marie-Julie Gagnon
La tente Bonaventure. Photo: Marie-Julie Gagnon

À 175$/nuit, on n’opte pas pour ce type d’aventure pour économiser. Mais c’est le compromis idéal entre l’hôtel 4 étoiles et le camping. Pour ceux qui préfèrent des murs en bois, des chalets pouvant accueillir jusqu’à six personnes sont également disponibles.

J’engouffre ma dernière bouchée de pizza à regret. Oui, je reviendrai demain. J’ai beau aimer la nature; je l’apprécie encore plus la bouche pleine, une coupe de vin à la main!

P.S. : Moi qui me transforme généralement en buffet à volonté pour les moustiques, je n’ai pas été incommodée par la moindre bestiole pendant mon séjour!

Pratico-pratique:

  • Réservez tôt, surtout pour un week-end!
  • Au total, 120 tentes et chalets sont disponibles, en plus de 30 emplacements de camping.
  • Le restaurant sert aussi des petits déjeuners (extra).
  • Le prix d’une tente Trappeur – le modèle le plus luxueux avant le chalet – est de 139$ en semaine en haute saison et de 175$ le week-end.
  • Literie et serviettes sont fournies. Une couette nous garde bien au chaud.
  • Le ménage est inclus dans le prix. Nul besoin de balayer avant de partir!
  • Des frigos sont disponibles en location pour ceux qui n’en ont pas dans leur tente.
  • Quelques-unes des activités proposées: badminton, tennis et location de vélos. Des ateliers-bouffe, de cirque, de poterie, des spectacles de magie et la pêche sont également au programme pendant l’été.
  • Au village de Sutton, nous avons bien aimé Le Cafetier (et son café au lait).
  • Le Parc d’environnement naturel de Sutton, où il est possible de faire de la randonnée peu importe son niveau, se trouve tout près. Il est même possible d’acheter des billets pour y accéder à la réception du Centre de vie du camping.
  • À Glen Sutton, il est possible d’expérimenter le vélo volant Au Diable Vert. Bien qu’il ne faille pas avoir la phobie des hauteurs, l’aventure s’avère beaucoup plus zen que sportive.
  • Le Zoo de Granby se trouve à une cinquantaine de minutes du Camping Huttopia.

J’étais l’invitée du Camping Huttopia et de Tourisme Cantons-de-l’Est. Toutes les opinions émises sont 100% les miennes.


Pour en savoir plus

Prêt à camper?

Marie-Julie Gagnon

9 juillet 2015

Avenues

Voyagerez-vous au Québec cet été?

Marie-Julie Gagnon

9 juin 2016

Avenues

Camper en 2015

Marie-Julie Gagnon

17 juillet 2015

Avenues

Escapade : en Huttopia avec papa

Gary Lawrence

10 juillet 2010

Le Devoir