La chronique Partir

Auteur(e)

Marie-Julie Gagnon

Auteure, chroniqueuse et blogueuse, Marie-Julie Gagnon se définit d’abord comme une exploratrice. Accro aux réseaux sociaux (@technomade sur Twitter et Instagram), elle collabore à de nombreux médias depuis une vingtaine d’années et tient le blogue Taxi-brousse depuis 2008. Certains voyagent pour voir le monde, elle, c’est d’abord pour le «ressentir» (et, accessoirement, goûter tous les desserts au chocolat qui croisent sa route).

7 mars 2016

3 idées d’escapades urbaines

Vous cherchez une destination pour passer quelques jours (ou plus) et vous ne savez pas où donner de la tête?

Outre les questions du budget, de la saison, du temps dont vous disposez et de la distance, l’état d’esprit devrait toujours être au cœur de votre décision. Si vous êtes lessivé, ce n’est peut-être pas le moment de vous lancer de grands défis sportifs! Quelles sont vos envies du moment? Trois pistes basées sur des coups de cœur bien personnels.

À moins de 8 heures d’avion

Photo: Marie-Julie Gagnon

Photo: Marie-Julie Gagnon

Nice: la mer et la lumière

Bleu et vert. Ce sont ces deux couleurs qui me viennent d’abord à l’esprit quand je pense à Nice. Bleu à cause de la mer, bien sûr, mais aussi du ciel éclatant. Il faut dire que la ville bénéficie d’environ 300 jours d’ensoleillement par année! Vert à cause de la promenade du Paillon, parc de 12 hectares où il fait bon aller se balader ou pique-niquer, des palmiers de la Promenade des Anglais et du Parc de la Colline du Château, qui offre une vue imprenable sur la ville et sur la Méditerranée.

Devenue française sous le règne de Napoléon III, Nice garde de nombreuses traces de l’Italie, particulièrement dans la vieille ville. Parmi les lieux incontournables, il y a bien sûr la Promenade des Anglais, large avenue où se croisent touristes et Niçois, mais aussi le cours Salaya, entre le quai des États-Unis (prolongement de la promenade des Anglais ) et le Vieux-Nice, où se tient un marché tous les matins et où l’on trouve de nombreux cafés et restaurants.

Nice compte une quinzaine de musées. Plusieurs peintres ont habité la ville, notamment Chagall, Matisse et Renoir. Même si vous ne prenez pas le temps de visiter le Musée d’Art moderne et d’Art contemporain, jetez un coup d’œil au monstre du Loch Ness de Niki de Saint Phalle, sur l’esplanade qui porte le nom de l’artiste. À noter qu’une salle d’exposition permanente lui est consacrée.

Y aller si: vous aimez découvrir une ville à pied, l’art et l’histoire, flâner dans les marchés et faire de longues promenades au bord de la mer. Possibilité de pratiquer plusieurs sports nautiques, comme le kayak et le SUP (stand-up paddle). À combiner avec d’autres villes de la Côte d’Azur comme Cannes ou Antibes ou avec un séjour en Corse (facilement accessible en avion ou en traversier) si vous disposez de plus de temps.

S’y rendre: en été, Air Transat et Air Canada rouge proposent des vols directs.

Durée du vol: environ 7h30.

Où manger: Dans les marchés (mais pas seulement – chaque Niçois a son endroit favori), goûtez la socca, qui s’apparente à une crêpe faite de farine de pois chiches mélangée à de l'huile d'olive et cuite sur une plaque. Pour un bon repas méditerranéen, Le Hussard, en face de l’opéra, est à considérer (surtout pour sa chouette terrasse!). Buteghinna offre pour sa part un aperçu des plats typiquement niçois dans un cadre très familial (et touristique, disons-le). Arrêtez-vous également à la Maison Auer, fondée en 1820, pour goûter fruits confits, galets, pétales de fleurs, œufs de mouettes, amandes cacao et autres confiseries. On raconte que la reine Victoria adorait son salon de thé... Pour prendre un verre, La terrasse, sur le toit de l’hôtel Méridien (promenade des Anglais), est l’endroit idéal pour admirer la ville.

Où dormir: Quelques pistes ici.

À moins de 6 heures d’avion

alt="vancouver"

Vancouver: la nature en ville

Vancouver a tout pour elle: le meilleur de la ville, avec, à proximité, une infinité de possibilités d’activités de plein air. Ici, la mer et les montagnes ne sont jamais bien loin. Le terrain de jeux idéal est d’ailleurs accessible à pied depuis le centre-ville: Stanley Park, encore plus grand que Central Park, parfait pour les amateurs de course, de vélo ou de longues promenades. Côté attractions, il ne faut pas quitter la ville sans visiter l’Aquarium. Le musée des beaux-arts et le Museum of Anthropology sont aussi à découvrir. On trouve également d’excellents spas (mentions spéciales au Miraj, au Sense et au CHI), de nombreux restaurants misant sur le développement durable et les produits locaux et une attitude décontractée qui fait un bien fou.

Y aller si: vous avez envie de repos, d’air pur et de mieux-être. Vous ne détonnerez pas en portant des vêtements de yoga peu importe le lieu ou le moment de la journée.

S’y rendre: vols directs avec Air Canada et WestJet.

Durée du vol: environ 5h30.

Où manger: Quelques coups de cœur des dernières années: Hawksworth Restaurant, Miku sushi et Tojo’s. La cuisine de rue offre aussi de belles surprises (un des favoris: Tacofino).

Où dormir: impossible de choisir entre le Fairmont Pacific Rim et le Rosewood Hotel Georgia. Alors que le premier offre une vue imprenable sur le port et les montagnes, le second se trouve dans un hôtel riche en histoire, où Elvis Prestley a notamment séjourné. Tous deux ont des spas fabuleux. L’hôtel Opus, dans le quartier Yaletown, est aussi très cool.

À moins de 3 heures d’avion

Photo: Marie-Julie Gagnon
Photo: Marie-Julie Gagnon

Chicago: architecture, blues et jazz

Deuxième ville possédant le plus de parcs aux États-Unis après New York, Chicago fait partie de ces lieux qu’on croit connaître avant même d’y avoir mis les pieds. Il faut dire qu’on l’a vue maintes fois au cinéma, que ce soit dans Man of SteelSpider-Man 2High FidelityThe Dark KnightThe Untouchables ou Ferris Bueller’s Day Off, qui célèbre d’ailleurs cette année son 30e anniversaire.

La populaire croisière de la Chicago Architecture Foundation permet d’avoir un aperçu de l’histoire des bâtiments les plus célèbres de la ville en 90 minutes. Si vous faites partie des fans de l’architecte culte Frank Lloyd Wright, sachez que différentes visites guidées consacrées à son travail sont proposées.

Bien qu’il soit facile de trouver des informations sur les boîtes de jazz et de blues, une visite thématique peut constituer une bonne entrée en matière, par exemple avec Chicago Detours  (personnellement, j’ai bien aimé).

Impossible de passer par Chicago sans s’arrêter au Millenium Park pour voir la fameuse «fève» de l’artiste britannique Anish Kapoor, dont le vrai nom est The Cloud Gate. Autre incontourable: The Art Institute of Chicago. Le Museum of Science and Industry, plus grand musée des sciences de l’hémisphère ouest, vaut aussi le détour.

Y aller si: vous cherchez une destination proche de Montréal pour un long week-end, que aimez écumer les petites boîtes de blues et de jazz ou que l’architecture fait partie de vos intérêts. Une ville très facile à aimer!

S’y rendre: plusieurs vols directs avec Air Canada ou WestJet.

Durée du vol: environ 2 heures.

Où manger: je vous recommande de consulter les suggestions de Mayssam Samaha de Will Travel for food.

Où dormir: The Langham, hôtel de luxe numéro un aux TripAdvisor’s Traveler’s Choice Awards 2016.


Pour en savoir plus

Bon plan à Nice

Nadielle Kutlu

19 octobre 2015

La Presse

Virée spas à Vancouver

Marie-Julie Gagnon

20 juillet 2012

Taxi-Brousse

Quelques heures à Chicago

Marie-Julie Gagnon

18 octobre 2014

Taxi-Brousse

Une escapade à Chicago

Marie-Julie Gagnon

20 octobre 2015

Taxi-Brousse

Inscrivez-vous à l’infolettre