Photo: Sam Barsky
Photo: Sam Barsky
16 janvier 2017Auteure : Julie Chaumont

Le « OMG! » du jour

Des tricots sèment la folie sur les réseaux sociaux

Avez-vous entendu parler des tricots de Sam Barsky? Cet homme est la nouvelle coqueluche des réseaux sociaux. Avant chacun de ses voyages, il tricote un chandail d’un lieu qu’il ira visiter. Une fois sur place, il se prend en photo, portant fièrement sa création.

Times Square, New York. Photo: Sam Barsky
Times Square, New York. Photo: Sam Barsky

Sam Barsky est un Américain de 42 ans. Depuis les dix-huit dernières années, il tricote des chandails des endroits qu’il visite. Stonehenge, Times Square, Golden Gate Bridge… Barsky a tricoté plus de 100 chandails représentant les places qu’il a visitées et les éléments qui l’inspirent. «J’aime créer quelque chose que je vais pouvoir porter. Je sens que c’est le fruit de mon propre travail. J’aime regarder les photos que j’ai prises, les paysages», a-t-il révélé dans une entrevue au Baltimore Sun.

Camden Yards jumper worn inside Oriole Park at Camden Yards, the local baseball stadium. Photo: Sam Barsky.
Oriole Park at Camden Yards, Maryland. Photo: Sam Barsky.

Tout a commencé en 1999. Sam Barsky doit renoncer à ses études en infirmerie en raison de problèmes de santé. Intéressé depuis longtemps par le tricot, il rencontre trois femmes qui lui proposent de lui apprendre cet art gratuitement. La seule condition est que Barsky doit leur acheter leur laine. Cette même année, l'apprenti complète son premier chandail. Moins d’un an plus tard, il fait lui-même ses propres créations.

Photo: Sam Barsky.
Photo: Sam Barsky.

Depuis quelques semaines, Sam Barsky est devenu une véritable vedette. Sa page Facebook compte plus de 32 500 abonnés et les demandes diverses s’accumulent à un rythme fou. Le principal intéressé avoue trouver difficile de gérer cette soudaine popularité. «Plusieurs personnes, je ne sais même pas combien, probablement des centaines de milliers, me demandent de leur tricoter des chandails. Je me sens mal parce que je ne peux pas répondre à leurs demandes. Ce n’est juste pas possible… Si je considère que quelqu’un est spécial et que je lui fait un chandail, ça va rendre trop de personnes jalouses.» Il faut savoir que ça lui prend environ un mois pour faire un chandail.

Photo: Sam Barsky.
Photo: Sam Barsky.
Inscrivez-vous à l’infolettre et participez à notre concours!