Photo: Pixabay
21 juin 2017Auteure : Véronique Leduc

La saveur du jour

Savoureux voyages

S’il était vu comme une nouvelle tendance il y a quelques années, le tourisme culinaire est désormais bel et bien installé dans les mœurs des voyageurs. Tellement, qu’on définit et qu’on étudie maintenant les types de touristes culinaires.

Le tourisme gourmand n’est plus une niche. La preuve, c’est que selon une enquête de la World Food Travel Association, 93% des voyageurs de 10 pays choisis pour l’étude disent participer à des activités liées à l’alimentation de l’endroit visité lors de leurs séjours. De plus, pour 59% des répondants, la nourriture et les boissons sont plus importantes aujourd’hui lors de voyages qu’il y a cinq ans.

On pense à la découverte de la cuisine locale, à la visite d’un festival culinaire, d’un restaurant gastronomique, d’une ferme ou d’un vignoble, à une visite guidée ayant un lien avec l’alimentation ou à des cours de cuisine, par exemple. De ces voyageurs, 49% peuvent être franchement qualifiés de touristes culinaires puisqu’ils choisissent carrément leur destination selon leur intérêt gourmand.

Photo: Pixabay Plateau d'huitres et coquillages Resto Place Garibaldi
Plateau d'huitres et coquillages, resto Place Garibaldi. Photo: Pixabay

La tendance est bien réelle. En 2015, l’Adventure Travel Trade Association avait mené une enquête dans le milieu du voyage pour faire ressortir le fait que les voyagistes incluaient désormais des expériences gourmandes dans leur offre. Selon l’étude, ce sont les cours de cuisine qui viennent en tête de l’intérêt des touristes en matière d’activités culinaires, suivis par la visite de fermes.

À chacun ses goûts

Maintenant que le phénomène est bien installé, on commence à dégager des tendances au sein de celui-ci. Récemment, une autre enquête de la World Food Travel Association analysée par le Réseau de veille en tourisme faisait ressortir 13 types de touristes culinaires selon les comportements.

On parle de «l’authentique» quand il est question de découvrir les traditions culinaires d’un endroit, de «l’éclectique» quand on s’intéresse à une variété d’expériences gourmandes et du «local» quand le voyageur encourage les établissements locaux.

Photo: Pixabay
Photo: Pixabay

Le «social» privilégie quant à lui les rencontres autour des repas alors que «l’aventurier» est ouvert à toutes les dégustations et que «l’innovant» vise les expériences toujours différentes. D’autres chercheront des expériences gourmandes peu coûteuses, des aliments biologiques, des ambiances particulières, des mets raffinés ou des expériences branchées. On remarque même un niveau de dépenses propre à chaque type de voyageur gourmand!

L’offre du Québec ?

J’en parlais il y a quelques mois: devant une telle vague d’intérêt de la part des voyageurs du monde entier, le Québec devrait profiter de l’occasion pour structurer et clarifier son offre gourmande dans l’idée de faire découvrir son riche terroir aux visiteurs. Il faut sauter dans le train pendant qu’il passe!

En attendant, la belle saison et les vacances sont à nos portes. Quelles saveurs donnerez-vous à vos voyages ou escapades de cet été?

Un Rendez-vous Avenues à ne pas manquer!

Pour en apprendre plus sur le voyage gourmand, notez à votre agenda la date du prochain Rendez-vous Avenues : 26 septembre 2017.

Inscrivez-vous à l’infolettre