alt="souper-de-filles-pascale-wilhelmy"
1 juin 2018Auteure : Julie Chaumont

Livres de la semaine

Soupers de filles de Pascale Wilhelmy

Après Où vont les guêpes quand il fait froid? (2013), Ces mains sont faites pour aimer (2014) et Une nuit, je dormirai seule dans la forêt (2015), la journaliste et auteure Pascale Wilhelmy nous offre Soupers de filles, un bouquin qui s’apparente davantage au récit qu’au roman.

Avez-vous la chance, comme Pascale Wilhelmy, d’avoir des soupers de filles? Moi oui. Durant mes années d’université, on se rejoignait tous les vendredis pour notre traditionnel souper dans un «apportez votre vin» du Plateau Mont-Royal. Aujourd’hui, les soupers ont beau se faire plus rares – vie de fou oblige –, ils sont tout aussi importants. Voire sacrés. Et ma gang de filles, c’est la meilleure. La plus diversifiée, la plus drôle, la plus touchante, la plus attachante. Lire un livre sur les soupers de filles de quelqu’un d’autre, ça piquait ma curiosité. Est-ce que des filles pouvaient avoir autant de fun que nous dans leurs soupers?

En premières pages, l’auteure précise: «Il y a de nous dans ce livre. Des moments, des vérités. Des histoires inventées. J’ai combiné ce qui s’est vraiment produit, ce qui a failli se produire, ce que j’ai imaginé aussi. Afin d’éviter qu’on se reconnaisse trop, j’ai réduit le nombre. De six, nous sommes passées à cinq dans ces pages. Les unes, les autres, j’ai emmêlé nos défauts, nos qualités. Du moins, j’ai essayé. Très fort.» C’est donc avec cette «mise en garde» en tête que j’ai commencé ma lecture.

Au début, je n’étais pas convaincue. L’auteure raconte la rencontre avec ses amies et, sans nommer précisément les choses, on devine rapidement qu’elle fait référence à ses années d’animation de la populaire émission télévisée Star Académie. J’avais l’impression de lire une biographie déguisée, d’être trop loin du roman. Ça me dérangeait. J’ai refermé le livre.

Plus tard, la même journée, j’avais une grosse demi-heure de libre devant moi et le soleil m’invitait à l’extérieur. Je me suis donc installée sur une chaise au soleil et j’ai continué ma lecture. Les chapitres courts et le ton léger étaient parfaits pour cette pause ensoleillée. Peu à peu, j’ai commencé à apprécier les personnages, à m’intéresser à leurs aventures… tant et si bien que j’ai terminé le bouquin le soir même! Je nous ai reconnues dans Lily, Alex, Kim, Juliette et Pascale. J’ai même versé une larme au passage du salon funéraire, qui me faisait revivre ce que j’ai vécu il y a tout juste deux mois. Elles sont si précieuses, les femmes de nos vies.

Les soupers de filles de Pascale Wilhelmy ne sont pas les miens, les nôtres. Mais s’immiscer à la table d’un autre groupe, secrètement, c’est plutôt intéressant. Ce «roman» léger est parfait pour accompagner une belle journée ensoleillée, pour plonger dans les bonheurs de l’amitié… et lancer vite vite l’invitation pour le prochain souper.

alt="souper-de-filles-pascale-wilhelmy"

Soupers de filles, Pascale Wilhelmy. Libre Expression, 2018. 208 pages. 22,95$.