Crédit visuel : Rase-Ha! Je ris de me voir si belle, loin de ces bêtes velues, 2011, Béalou
© L'Artothèque
12 septembre 2017Auteur : L'Artothèque

Le clin d’art du jour

Rase-Ha! Je ris de me voir si belle, loin de ces bêtes velues, Béalou

L’artiste québécoise Béalou explore les possibilités d’évolution de l’être dans la société de consommation. Trop souvent associé à une «ressource humaine» et limité par une telle définition, comment l’être peut-il exister dans ce monde réducteur?

Elle fait de l’activité créatrice un lieu ludique à l’intérieur duquel elle établit un rapport entre le monde réel et le rêve individuel.

Elle fait aussi le choix de s’accorder une liberté salutaire : la durée d’un cheminement créatif, l’artiste se soustrait aux diktats de l’organisation sociale. Une sorte d’hygiène mentale s’organise à l’aide du langage plastique et de la matière.

Coût de location par mois pour un particulier (taxes incluses) : 16,35$.

artotheque.ca

artbealou.com

Rase-Ha! Je ris de me voir si belle, loin de ces bêtes velues, 2011, Béalou © L'Artothèque
Rase-Ha! Je ris de me voir si belle, loin de ces bêtes velues, 2011, Béalou. Techniques mixtes sur toile. 115 x 115 cm. © L'Artothèque
Inscrivez-vous à l’infolettre