Photo: Frank Luca, Unsplash
Photo: Frank Luca, Unsplash
5 septembre 2018Auteure : Véronique Leduc

La saveur du jour

La nouvelle vie des microbrasseries

Voilà plusieurs années déjà que les microbrasseries du Québec et d’ailleurs ont le vent dans les voiles et, aujourd’hui, quelques-unes d’entre elles commencent à se dire qu’elles pourraient faire plus que brasser des bières... 

Au fil des ans, les nombreuses microbrasseries du Québec, mais aussi de partout dans le monde, sont devenues des porte-étendards de leur région. Parce que si les gens du coin s’y rendent pour prendre un verre et se retrouver, elles sont carrément devenues des incontournables pour les visiteurs amateurs de bonnes bières. Leur importance pour une région ou un quartier est si grande que certains avancent même que les microbrasseries seraient les nouveaux perrons d’église!

Le Québec compte plusieurs microbrasseries – plus de 200 – et ce chiffre a doublé depuis 2011. Au Canada, en 2016, on en comptait près de 800. Et l’engouement est mondial.

De la bière, et plus encore

Aujourd’hui, devant tant de concurrents et maintenant que les gens se sont habitués à boire de bonnes bières, les microbrasseries voient plus loin. On peut parler des circuits à pied, en autobus, en voiture ou en vélo et des applications conçues pour découvrir les bières et les microbrasseries, mais il y a plus. Certains établissements proposent désormais des spectacles sur place, lancent des festivals, proposent un parcours muséal, comme c’est le cas aux Brasseurs du Temps de Gatineau, ou s’associent à une exposition extérieure, comme l’ont fait le Trou du diable et le Temps d’une pinte pour l’expo Autour d’une Broue du Musée POP! de Trois-Rivières.

D’autres poussent le concept encore plus loin. En France, par exemple, plusieurs villes proposent des rallyes brassicoles. En Colombie-Britannique, aux États-Unis et au Québec, notamment à Sutton, Val-David et Portneuf, des micros offrent l’hébergement sur place, transformant ces établissements brassicoles en destination. Puis, en Nouvelle-Écosse l’an dernier, pour la première fois, une microbrasserie a ouvert ses portes… dans une épicerie!

Devant cet engouement qui ne dément pas et un nombre toujours en croissance, les microbrasseries qui conserveront leur place seront, assurément, celles qui trouveront le moyen de se réinventer. À surveiller dans les prochaines années!

À Sutton, la Microbrasserie Auberge Sutton Brouërie propose de boire, de manger... et de dormir! Photo: Facebook Microbrasserie Auberge Sutton Brouërie
À Sutton, la Microbrasserie Auberge Sutton Brouërie propose de boire, de manger... et de dormir! Photo: Facebook Microbrasserie Auberge Sutton Brouërie
Inscrivez-vous à l’infolettre