Photo: Unsplash, Danielle MacInnes
Photo: Unsplash, Danielle MacInnes
29 juin 2016Auteure : Véronique Leduc

La saveur du jour

Les fraises du Québec: à (re)découvrir

Y a-t-il quelque chose qui goûte davantage l’été que les fraises du Québec? Sûrement pas…

Saviez-vous que les fraises du Québec sont disponibles dès le début du mois de juin et jusqu’aux premières gelées d’octobre? Saviez-vous qu’on trouve plusieurs variétés différentes? Et que plus de 200 producteurs à travers la province proposent l’autocueillette?

Voilà le genre d’information que souhaite promouvoir cet été Les Fraîches du Québec, la marque qui représente les producteurs de fraises et framboises du Québec.

«On pense souvent, à tort, que les fraises d’ici ne sont disponibles qu’à la fin du mois de juin. C’était le cas avant, mais maintenant, grâce aux nouvelles techniques de production et aux variétés hâtives et tardives, elles sont disponibles environ cinq mois par année», a expliqué Josiane Cormier, de la huitième génération de cultivateurs à la Ferme Cormier à L’Assomption, devant quelques journalistes invités à cueillir des fraises pour inaugurer la saison.

Pendant ces cinq mois, ceux qui croient qu’une seule variété se retrouvera sur le marché auront aussi tort. «Au Québec, on trouve environ 25 variétés dont une dizaine sont plus exploitées», a exposé Josiane qui assure que les variétés de fraises sont comme celles des pommes et qu’elles ont chacune leurs particularités. Les Veestar, Annapolis ou Honeyoye par exemple, sont des variétés hâtives alors que les Jewel, Kent ou Chambly sont prêtes en plein cœur de l’été et que les Seascape ou Aromas peuvent être dégustées jusqu’en octobre.

Dès la Saint-Jean-Baptiste, plus de 200 producteurs à travers la province proposent l’autocueillette des petits fruits. Aussi un peu à l’image des pommes, Les Fraîches du Québec désirent dès maintenant mettre de l’avant toutes les possibilités que représente cette activité. «Les gens peuvent venir cueillir, oui, mais ils peuvent ensuite pique-niquer sur place, voir des animaux chez certains producteurs, visiter les lieux ou acheter d’autres fruits et légumes frais. On souhaite que les Québécois voient l’autocueillette des fraises comme une activité familiale qui peut occuper une partie de la journée», dit Yourianne Plante, directrice générale de l’Association des producteurs de fraises et framboises du Québec.

La saison est officiellement ouverte: à vos paniers!

Inscrivez-vous à l’infolettre