Photo: gooood.cn
Photo: gooood.cn
28 août 2018Auteure : Emilie Laperrière

Le « WOW ! » du jour

La deuxième vie d’un silo à grain

Visiter une exposition dans un silo à grain de 80 000 tonnes? C’est désormais possible à Shanghaï. Le géant de béton, témoin le plus marquant de l’héritage industriel de la ville, est devenu un repère culturel.

Le silo de 48 m de haut, construit par la compagnie de transport britannique Blue Funnel Line entre 1907 et 1925, se pare aujourd’hui de lumière. Atelier Deshaus a flanqué de grands escaliers sur le côté du bâtiment, un peu comme au Centre Pompidou à Paris, donnant ainsi aux visiteurs l’accès aux trois étages d’exposition tout en cassant la façade sévère. En montant, on peut aussi admirer le fleuve Huangpu qui longe l’édifice.

Photo: gooood.cn
Le fleuve Huangpu longe l’édifice. Photo: gooood.cn

À l’intérieur, les modifications sont mineures. Le passé industriel du silo est clairement visible, et la plupart des installations ont été conservées. Les surfaces, rugueuses et dures, contrastent avec les œuvres d’art, mais, étonnamment, ne détonnent pas.

Photo: gooood.cn
À l'intérieur, le passé industriel du silo est clairement visible. Photo: gooood.cn

Le concepteur a confié à Shine (un média chinois) que la zone du quai deviendra éventuellement un espace à la fois commercial et culturel, avec des expositions artistiques, des hôtels et d’autres commodités. Les architectes prévoient utiliser les structures déjà en place et en construire de nouvelles. Un escalier mécanique reliera également le troisième étage du silo au bord du fleuve. 

Photo: gooood.cn
Photo: gooood.cn

La transformation, menée de main de maître par Atelier Deshaus, fait partie des projets en lice pour les Prix Dezeen 2018, dans la catégorie Rebirth project (que l’on pourrait traduire par Deuxième vie). Seul le temps nous dira si cette rénovation en sortira vainqueure, mais, dans tous les cas, l’initiative a de quoi inspirer Montréal, qui ne semble toujours pas savoir quoi faire de sonsilo no 5

Inscrivez-vous à l’infolettre