Photo: Clem Onojeghuo, Unsplash
Photo: Clem Onojeghuo, Unsplash
27 juin 2018Auteure : Véronique Leduc

La saveur du jour

7 choses que vous ne savez (peut-être) pas sur les fraises et les framboises du Québec

En plein pendant la fête nationale et le début des vacances, les fraises et les framboises font chaque année leur entrée triomphante dans nos assiettes. Synonymes pour plusieurs de plaisirs d’été, il ne faut pas hésiter à les redécouvrir et à les réinventer.

D’ailleurs, depuis quelques années, grâce à un message fort et rafraîchissant véhiculé par la marque Les Fraîches du Québec, j’ai l’impression que les fraises et les framboises d’ici jouissent d’une nouvelle vie. On les voit plus que jamais, on comprend mieux l’importance de les choisir québécoises et on commence enfin à saisir toutes leurs nuances.

Photo: Lance Grandahl, Unsplash
Photo: Lance Grandahl, Unsplash

Voici sept choses que vous ne savez peut-être pas encore à leur sujet:

  • Le Québec est le troisième joueur en importance dans l’industrie de la fraise en Amérique du Nord et le deuxième dans l’industrie de la framboise au Canada.
  • En 2016, il y avait au Québec 524 producteurs de fraises et 568 producteurs de framboises.
  • Malgré la croyance populaire, la fraise n’est pas réellement un fruit. Elle est plutôt le réceptacle devenu charnu à maturité de la fleur du fraisier de la famille des rosacées, qui abrite à sa surface de nombreux petits akènes, les petits grains secs et durs qui sont eux-mêmes les vrais fruits.
  • Notre rapport à la saison des fraises est difficile à changer, mais qu’on se le tienne pour dit: il est fini le temps où la fraise du Québec ne se faisait belle que pendant l’été. Désormais, on peut la savourer jusqu’en octobre grâce aux plants de fraises d’automne cultivés depuis maintenant plus de 20 ans.
  • Puisque la fraise ne mûrit pas après sa cueillette, il faut l’acheter prête à déguster, et comme elle est fragile, la conserver dans un endroit frais. Ensuite, lorsque vient le moment de les savourer, il vaut toujours mieux laver les fruits avant de les équeuter pour éviter que l’eau s’infiltre et altère la saveur.
  • Il est possible de les consommer à l’année, puisque les fraises et les framboises se congèlent très bien.
  • Pour en savoir plus sur le sujet et se laisser inspirer par elles, le nouveau livre Ah, les fraises et les framboises (en toute transparence, auquel j’ai participé) est disponible partout en librairie. On y trouve 80 recettes, des récits de rencontres, des anecdotes, un volet sur l’autocueillette (offerte sur plus de 300 sites!) et un autre sur l’agrotourisme.

Bonne saison!

Pour en savoir plus

Les fraises du Québec: à (re)découvrir

Véronique Leduc

29 juin 2016

Avenues.ca